mercredi 29 juin 2016

BYE

Moins de flux, peu de commentaires, je crois qu'il est temps....
Merci aux fidèles et aux autres que je ne connais pas.....



mercredi 22 juin 2016

Terre à terre

Penser que ça ne s'arrête jamais, qu'on est fin juin et que c'est le début de l'été. Envisager qu'il fera beau demain mais demain c'est encore la pluie qui revient.

Se dire qu'on est bientôt fin juin et que c'est le début de l'été, le soleil devrait briller, les températures devraient grimper. Je ne regarde plus la météo, quand elle annonce du beau, le beau c'est toujours ailleurs et rarement chez moi.

Parler de la coupe d'Europe parce qu'on entend que ça et  même si on veut l'éviter on a beaucoup de mal à passer à côté. En même temps ça ne me dérange pas, j'aime le sport et comme beaucoup j'attends l'exploit qui j'espère viendra, ça fera oublier la morosité ambiante qui squatte et s'accroche à tour de bras.

Jeter un oeil sur la perfide Albion ... Brexit, Brexin... on sera fixés jeudi, les anglais ont leur destin en main, à eux de choisir ce qu'ils veulent.... Ah, j'oubliais, jeudi c'est aussi le jour des manifs, alors manif, pas manif, casse, pas casse, ça aussi c'est d'actualité.

Jeudi j'aurai moins de clients parce que les gens ont la trouille de rencontrer les manifestants. Chez moi ils sont pourtant calmes, ils s'excitent parfois verbalement comme si le fait de gueuler des noms d'oiseaux ou de faire peur aux gens peut faire avancer les choses. Moi ils ne me font pas peur, ils m'agacent c'est différent. J'ai un chiffre à faire, je dois composer avec le sale temps, avec la crise économique et maintenant avec les manifestants. 

Quelle actualité merdique finalement, si seulement il faisait beau ça semblerait moins pesant.

J'ai des envies de lecture au soleil, de pieds dans l'eau, des petits bonheurs si simples mais si difficiles à réaliser finalement.

A l'heure ou j'écris ces quelques lignes le soleil fait une timide apparition.... pourvu que ça dure !!!

mercredi 8 juin 2016

Madame FILOU

Elle vient chez nous pour épiler et teindre ses sourcils. 

Elle a vite compris qu'on aimait le travail bien fait et qu'on n'hésitait pas à recommencer quand le client n'est pas satisfait.. Elle a vite compris comment profiter d'une prestation à moindre prix, voire même gratuite.

Je n'ai pas mis longtemps à démasquer le manège mais j'ai quand même plongé deux fois, il n'y en aura pas de troisième, je suis gentille et compréhensive, je veux une satisfaction totale de la part de la clientèle  mais  il arrive un moment ou il faut cesser de me prendre pour une bécasse.

Tout commence il y a plusieurs mois. Quand elle ressort elle n'est pas satisfaite et je suis assez d'accord avec elle, je trouve la couleur des sourcils trop foncée par rapport à ses cheveux et l'effet naturel escompté n'est pas au rendez-vous.

J'en parle avec l'esthéticienne qui me dit qu'elle ne comprend pas,  c'est la couleur qu'elle fait habituellement et elle n'a jamais rien trouvé à redire jusqu'à présent.  Je lui explique qu'on devrait peut-être trouver une teinte plus adaptée. Comme j'aime le travail bien fait et que je veux que le client soit satisfait, je lui propose la gratuité sur sa prochaine teinture. 

Madame Filou revient trois semaines plus tard, on lui fait sa prestation gratuitement comme prévu et on utilise une couleur plus claire.  Elle sort satisfaite, surtout qu'en plus elle n'a rien payé !! 

Une bonne semaine s'écoule et voilà que Madame Filou pousse la porte pour venir se plaindre, les sourcils n'ont pas assez été épilés à son goût. "On a fait comme d'habitude" me dit l'esthéticienne stupéfaite. Comme on a personne à ce moment là, on la fait monter en cabine et on lui enlève la repousse, je dis bien la repousse, donc rien à voir avec la prestation précédente qui aurait été mal faite. 

Madame Filou s'inquiète de savoir si elle va payer la prestation, on lui dit que non pour cette fois, elle a passé à peine 5 minutes en cabine pour trois poils qui se battent en duel.

Un mois plus tard elle reprend rendez-vous. J'ai préalablement acheté la teinte qui s'accorde avec ses cheveux, on ne peut pas trouver mieux. Elle sort de la cabine, se regarde dans le miroir et me fait comprendre que ça ne va pas.  Je lui réponds que c'est parfait, la teinte lui va à merveille, on ne devine même pas que c'est une couleur, c'est comme si c'était sa teinte naturelle. Je lui explique, je lui prouve par A + B et elle finit par convenir que oui finalement ce n'est pas trop mal.

Bon, là il faut payer la prestation, elle trouve que ça a augmenté, -ce qui est faux mais vu qu'elle n'a pas payé la prestation précédente, elle ne se souvient certainement plus du prix-.

Je la vois revenir en fin d'après-midi avec un sourire narquois, elle  me dit "regardez, il y a là un poil qui n'est pas coloré". Je ne le vois pas, je lui dis montrez-moi je ne vois rien,  en se regardant dans le miroir elle ne le voit pas non plus mais me dit si si promis, je l'ai vu avec mon miroir grossissant, y a un poil qui a été oublié.

Je suis à deux doigts de perdre mes nerfs,  je la fais monter en cabine, je sors la lampe loupe pour mieux voir et comprend bien vite pourquoi la couleur n'a pas adhéré. C'est un poil complètement mort. Je lui explique, elle ne semble pas bien convaincue, Je crois qu'elle tente d'encore une fois d'obtenir un petit quelque chose pour la fois suivante mais je ne me laisse pas berner. Je sais que le travail a été bien fait et je trouve un peu vicelard de venir quémander un truc qui ne se voit pas à l'oeil nu, j'ai envie de lui dire que son poil mort personne ne le voit,  qu'on ne le détecte qu'à la loupe, il me semble que peu de gens se promènent en regardant les autres à la loupe. Je ne lui demande rien,  je prends la pince à épiler et j'enlève le gêneur.

Madame Filou sort de mauvais poil, il n'y aura pas de remise pour la prochaine fois c'est raté. 

Depuis on ne l'a pas revue, elle passe devant l'institut, traîne, regarde la vitrine et attend que je sorte pour lui demander si tout va bien et pourquoi elle ne revient pas. Elle se dit que je vais peut-être lui proposer quelque chose pour son retour mais c'est hors de question.

Je ne sais pas dans quel institut elle sévit du coup, mais je souhaite bien du courage à celle qui s'occupera d'elle !! 

mercredi 1 juin 2016

LES AILES DU DESESPOIR

L'histoire commence au Maroc où David vit avec ses parents. Il n'a que onze ans quand il la voit pour la première fois, elle a 6 ans de moins, presque un bébé encore, elle est superbe et ne le laisse pas indifférent, il ne sait pratiquement rien d'elle, sauf qu'elle se prénomme Alia.

Le temps passe, la famille de David quitte le Maroc pour s'installer à Paris. David est brillant, promis à un bel avenir professionnel, il est fiancé à Myriam, fille issue d'une famille de la haute bourgeoisie parisienne.

Le chemin semble tout tracé mais le destin s'en mêle à nouveau et c'est lors d'un dîner que David revoit Alia qui fait ses études à Paris.

David est amoureux, Alia semble réceptive, dès lors il va tout mettre en oeuvre pour qu'ils puissent vivre leur rêve. Mais David est juif, Alia musulmane, leur projet de vie commune s'annonce compliqué, heureusement l'amour est plus fort que tout et ne connait pas de barrières.  Après une attente interminable et beaucoup de patience, c'est à New york que les amoureux se retrouvent pour enfin conjuguer le bonheur à deux.

L'histoire s'annonce belle, ils ont décroché de bons boulots,  un appartement sympathique, des sorties entre amis, même si les familles respectives ne sont pas convaincues, ils vivent leur amour tranquillement et loin des tourments. David et Alia s'unissent un beau jour de 1999.

Quand l'avion de l'american airline percute la tour nord du world trade center, le 11 septembre 2001, Alia est à l'intérieur, elle appelle David pour le prévenir, elle tente de s'échapper mais n'y arrivera pas. Elle lui dit Adieu par téléphone.

La vie de David bascule, il ne peut vivre sans Alia. C'est alors qu'un avocat parisien lui transmet une lettre laissée par Alia à n'ouvrir que si jamais elle décède. Cette lettre cache un lourd et affreux secret dont Alia n'a jamais parlé.

Cette révélation va transformer David, il ne rêve plus que de vengeance, il est prêt à tout et va plonger au sein de réseaux terroristes radicaux, quitte à se perdre lui même. 

La plongée est terrifiante, David est méconnaissable, on ne sait pas bien ou tout ça va mener.....on plonge avec lui, on a peur avec lui, on a envie de le secouer, de lui dire stop, tu vas trop loin, ressaisis toi, il est encore temps.... mais David s'enfonce un peu plus chaque jour jusqu'au moment ou il devra passer à l'action....... reste t'il une lueur d'espoir ? existe t'il une petite étoile qui brille encore quelque part et qui pourra le guider ? 

Je ne peux en dire plus, ça serait tout vous révéler et ça serait bien dommage.

j'ai lu ce livre en peu de jours parce qu'il m'a passionnée et quand je rentre vraiment dans un livre j'ai du mal à le lâcher. On peut tout faire par amour, le meilleur comme le pire et ce livre le montre bien. Il décrit parfaitement comment la souffrance peut parfois tout faire basculer et comme il est difficile de ne pas penser à la vengeance.  On se demande comment David, si brillant, si intelligent peut tout à coup se laisser entraîner dans cette spirale de violence jusqu'à ne plus savoir qui il est vraiment.

Ce livre est sorti en janvier 2016 aux éditions Albin Michel, je ne connaissais pas l'auteure Roselyne Durand-Ruel. Elles est historienne de formation et a déjà écrit un roman qui s'intitule l'héritier. J'ai trouvé le livre bien écrit, bien construit. 

J'ai lu de mauvaises critiques sur certains blogs, à chacun son ressenti avec son vécu, un livre c'est comme les goûts et les couleurs, ça ne peut pas plaire à tout le monde. J'ai aimé ce livre, j'ai aimé David et Alia, je vous le recommande. 

mercredi 25 mai 2016

EN GREVE

"On a qu'à continuer, tout bloquer, les stations d'essence, les centrales nucléaires, les routiers, tout tout tout, ils seront bien obligés de céder."

Je ne sais plus combien de fois j'ai lu ça sur les réseaux sociaux, combien de fois je l'ai entendu aussi de certains clients ou tout simplement de gens dans la rue. 

Ce que je sais c'est que lorsque j'ai demandé à certains pourquoi ils manifestaient, ils m'ont répondu pour faire retirer la loi El Komri, alors j'ai renchéri en demandant ce qui les gênait dans la Loi et là rien, que dalle, le néant, ils ne savent pas répondre parce qu'ils ne l'ont pas lue.

"Mais alors si vous ne l'avez pas lue, pourquoi manifester " ?

"On suit le mouvement et de toutes façons on manifeste en même temps contre le gouvernement, on montre notre mécontentement". 

A ces gens j'ai envie de répondre qu'ils sont des moutons, que si on décide de manifester et d'emmerder le monde il faut au moins savoir pourquoi.

Je n'ai pas lu la Loi, je vais m'y atteler ou peut-être pas mais je ne fais chier personne.

Ce que j'ai envie de dire  c'est que j'ai été des 2 côtés, et maintenant je suis presque comme un chef, je n'ai pas l'impression d'être une privilégiée  qui s'en fout plein les poches au détriment des employés.

Pour avoir cette boutique nous avons beaucoup investi, en terme de temps et d'argent aussi. Nous avons pris tous les risques et quand on connaît la situation économique et notre situation géographique,  nous avons même pris plus que des risques, c'est purement et simplement du suicide, l'avenir nous le dira, on s'accroche, on est pessimistes mais au moins on aura le mérite d'avoir essayé.

Quand je regarde ma fiche de paie à la fin du mois elle affiche 650 €uros net, pas de quoi fouetter un chat et je ne te dirais pas le nombre d'heures travaillées, je ne pars pas non plus en vacances depuis 2 ans et les ponts je ne connais pas. Tu me répondras que j'ai choisi !! Si j'avais su, j'srais pas v'nue comme dirait l'autre !! Maintenant je sais......

Notre employée gagne plus que moi pour moins d'heures,  on la laisse partir plus tôt quand elle a un rendez-vous ou quand ses enfants sont malades, et on ne lui demande jamais de récupérer ses heures non faites, c'est un échange, quand on aura besoin d'elle on sait qu'elle fera le maximum pour nous aider. On est attentifs, on anticipe afin qu'elle se sente bien. C'est un respect mutuel et non un rapport de force, elle est indispensable parce que sans elle ça ne tournerait pas et si nous n'étions pas là elle n'aurait pas de boulot non plus, nous essayons de travailler dans de bonnes conditions avec une ambiance détendue et de l'intelligence. 

Bien sûr, on ne peut pas comparer une multinationale avec une entreprise de taille moyenne et encore moins avec des artisans ou petits commerçants, je sais que beaucoup d'employés souffrent, sont sous payés, font des heures supplémentaires, ont des boulots difficiles, des patrons pourris.....mais certains directeurs de PME, certains petits commerçants, ou encore artisans souffrent eux aussi, on les oublie et on les insulte parce qu'à partir du moment ou on a l'étiquette "patron" tout le monde est dans le même sac !! 

Je sais que je suis en train de t'énerver avec ce que j'écris mais les discours de la CGT m'exaspèrent, je les trouve intolérants, parfois radicaux, ils se basent sur le rapport de force qui ne laisse pas beaucoup de place à la discussion.... Puis certains franchement ne sont pas futés.... incapables d'aligner correctement trois mots censés.... ça fait désordre.... 

Oui,  je sais ce que tu vas me répondre, si nos grand-parents n'avaient pas manifesté nous n'aurions pas eu les congés payés, les avancées sociales,  les 39 heures, les 35 heures...

J'en ai fait des grèves et un paquet crois moi, mais je n'ai jamais emmerdé personne, pour moi c'est simple, une partie de la population prend l'autre en otage, ça me gave et ce n'est pas acceptable et puis je n'aime pas la casse, quand je vois qu'on brise des vitrines, qu'on brûle des bagnoles je dis NON, c'est pitoyable.

On est en train de foutre le pays en l'air, on était déjà dans la merde, on y sera encore plus, ce n'est pas comme ça qu'on fera repartir l'économie et qui en pâtira, toujours les mêmes.... 

Je vais aller lire ce putain de  texte de loi.... manquerait plus que je sois d'accord avec Myriam, Manu et François..... mouahahaha ça serait d'un drôle !! 

mercredi 18 mai 2016

DIFFERENCE

Il y a trois choses que j'exècre le plus dans la vie, l'injustice, le mensonge, les différences et quand je parle de différences, je ne te parle pas d'une différence de race, de religion ou de couleur, parce que pour moi c'est plutôt une chance et un enrichissement, non je te parle de différence de traitement par exemple entre des enfants dans une famille, entre des employés dans une entreprise, entre des élèves dans une classe... tu vois à peu près ce que je veux dire.

Je ne vais pas disserter sur l'injustice et le mensonge, ils sont vieux comme le monde, quoi qu'en y réfléchissant bien, la différence remonte aussi à la nuit des temps.

Si je te parle de différence c'est parce que je l'ai vécu, je le vis encore chaque jour mais je m'en fous royalement, parce qu'à 53 balais on passe au dessus de tout ça, quand on ne peut pas changer les choses et qu'on se bat contre des moulins à vent, on finit par s'épuiser moralement et physiquement.

Ca fait déjà longtemps que j'ai compris que rien ne changerait et que tout irait de mal en pis.... laisse pisser le mérinos disait mon grand-père.... c'est ce que j'ai fait mais avec un bémol parce que lorsque la différence se transmet sur la génération suivante, je ne suis plus d'accord !! 

Et là tu es en train de penser "mais où veut-elle nous emmener, qu'est ce qu'elle raconte, je ne comprends rien" !! 

Tout simplement je veux te dire que si j'ai supporté que ma mère fasse des différence entre mon frère et moi, je ne supporte pas qu'elle en fasse avec les petits enfants mais je crois que chez elle c'est une seconde nature.

Elle en fait en permanence, entre mes 3 déjà, elle a une préférence pour mon aîné qui est un garçon parce qu'elle ne s'en est jamais cachée, elle préfère les garçons. Depuis la naissance du fils de mon frère, c'est l'apothéose, je pourrais écrire des chapitres entiers et tu penserais que j'affabule tellement c'est gros. 

J'ai tenté maintes fois des discussions sur ce sujet, c'est mission impossible c'est sujet tabou, je vois le mal partout, je cherche des histoires....je suis jalouse... j'ai toujours quelque chose à dire.... pffff j'ai lâché l'affaire, maintenant on est dans la phase des "non dits" et ce n'est pas mieux crois moi.....

J'ai 3 enfants, je les aime tous de la même façon, sans faire de préférence, j'ai des affinités différentes avec chacun, avec mon fiston on partage la passion du hand-ball et on est fan d'Arcady et Belmondo, avec ma deuxième on est branchées livres, on se passe des bouquins, on n'a pas forcément les mêmes lectures, on est fan des séries américaines, on ne regarde pas forcément les mêmes mais on en a quelques unes en commun,  avec ma dernière c'est plus futile, on parle de rap, de foot et d'émissions de télévisions, je suis souvent à côté de la plaque et ça la fait bien rire.... 

Je me demande de quoi je parlais avec ma mère quand j'étais jeune.... je me rends compte que je n'ai jamais eu cette connivence que j'ai avec mes enfants, je me rends compte qu'elle ne cherche pas non plus à avoir plus de proximité avec ses petits enfants, pas avec les miens en tout cas...

Toutes ces palabres ne vont pas faire avancer le shmilblick mais ça fait du bien de les écrire.

Et du coup, ça se passe comment chez toi ? 

mercredi 11 mai 2016

DEGONFLEE

J'ai reçu ma convocation, c'est pour début juin, premières épreuves le 8 exactement et j'ai eu un moment de panique qui finalement n'a pas duré car j'ai très vite pris la décision de ne pas y aller. 

Je ne suis pas prête, on ne peut se présenter à un examen en ne connaissant que 50 % du programme, si ça avait été 70 % j'aurais tenté mais là franchement si c'est pour se ridiculiser ce n'est pas la peine.

Alors voilà, je me suis dégonflée et je m'en fiche royalement, J'ai très vite appelé ma prof pour en discuter, elle est d'accord avec moi et de toutes façons ne comprend pas pourquoi j'ai voulu faire ça sur un an alors que c'est 2 normalement. 

Depuis je me sens libérée d'un poids, il me reste du temps pour étudier et pour m'organiser si toutefois l'envie de passer ce diplôme est encore là parce qu'avec les difficultés économiques que l'on rencontre ce n'est pas gagné.

Il faut maintenant que j'envoie un beau courrier de désistement où j'indiquerai clairement que je ne suis pas prête, j'espère que l'académie ne m'en tiendra pas rigueur pour l'année prochaine. Je pourrais toujours envoyer un certificat médical, mais soyons honnête, je n'aime pas tricher, même si mes problèmes de santé n'aident pas, voilà que maintenant on me soupçonne d'apnée du sommeil, ce qui indiquerait pourquoi je suis si fatiguée parfois..... alors va falloir faire des examens, ils vont surveiller mon sommeil et quoi encore !! si je sais qu'on me surveille quand je dors, je dormirais encore moins !!

Hier la prof m'appelle, alors vous en êtes où.... bein j'en suis nulle part ma brave dame, depuis que je sais que je ne me présente pas à l'examen, j'ai, comme qui dirait, un sacré coup de mou, je n'ai pas ouvert un dossier depuis l'arrivée de la convocation !! 

J'attends septembre pour m'y remettre et puis c'est tout !! et peut-être que je ne m'y remettrai pas, peut-être que je ferai autre chose, que je serai ailleurs, que je ne serai plus là, qui peut prédire l'avenir après tout !! je vis au jour le jour, je donne, je prends, on ne me donne pas mais on me prend, c'est la vie, on essaie d'avancer, un pas devant l'autre et on ne fait plus de projet.... moi je n'en fais plus en tout cas, parce que le binôme lui des projets il en a plein la tête... je l'envie...

Je suis déprimée, mais non, tu n'y es pas du tout.... si je ne me reprends pas rapidement,  je vais devenir comme ces vieilles grincheuses, aigries de la vie qui voient tout en noir. 

Oh non, je ne veux pas être comme ça !! 

jeudi 21 avril 2016

Demain Pessah

Demain c'est la fête de Pessah qui commence, ça fera ma septième depuis notre retour en France, je ne pensais pas qu'il y en aurait autant et j'ai bien peur qu'il n'y en ait encore d'autres, même si on commence à parler un peu plus de retour qu'avant. 

Il y a un nouveau paramètre à prendre en compte, c'est ma petite fille qui a fêté ses 2 ans et même si je ne la vois pas beaucoup je sais qu'en 2 h 30 de temps je peux être à côté d'elle et j'ai vraiment besoin de la voir grandir et de jouer mon rôle de mamie. 

Autant avouer que je suis perdue, une énorme envie de retourner là bas parce que ça me semble vital et que ce pays me manque trop et de l'autre côté je ne veux pas laisser les enfants, peut-être parce que je vieillis et que je ne pense pas faire de vieux os. J'ai donc envie de profiter d'eux un maximum, on ne peut pas m'en vouloir là dessus.

J'ai décidé de ne plus me poser de questions, d'essayer de ne plus y penser mais ça me taraude continuellement et c'est vraiment chiant !! 

En attendant je suis dans les préparations de Pessah, rien à voir forcément avec ce que je faisais en Israël. Le ménage est plus succinct. J'ai pris 3 jours de congés pour nettoyer l'essentiel et demain pour cuisiner un peu, surtout du sucré.

Le binôme est allé en Belgique chercher les courses, c'est cher, ils abusent, après ils se plaignent que beaucoup de juifs ne mangent plus casher et ne font plus les fêtes. En Belgique ça reste néanmoins moins cher qu'en France et notre boucher à Anvers a des prix tout à fait corrects, il est très commerçant et adorable. Par contre, à la makolete, un paquet de simples biscuits à plus de 8 €uros faut quand même pas exagérer et je n'ose même pas te parler des prix des gâteaux chez les pâtissiers renommés. Les prix sont triplés, voire plus, je trouve ça honteux !! 

Le seder de demain soir n'aura pas la saveur des seder d'antan, on est seuls, on écoutera le binôme nous réciter la hagada, on fera les mêmes gestes et on se dira que peut-être l'année prochaine à Jérusalem, tout en sachant que ça ne se produira pas.

Allez, inutile de s'apitoyer, Pessah c'est une fête, c'est la liberté du peuple hébreu enfin retrouvée, une liberté durement acquise, on va fêter ça, je m'en vais fouiner sur le net pour trouver de bonnes recettes !!

Hag Pessah Sameah !

dimanche 10 avril 2016

Esther *

C'était certainement la plus brillante de notre classe d'Oulpan. Lorsque nous en étions encore à tenter de comprendre comment fonctionnaient les racines des mots elle était déjà passée à autre chose, lorsque nous rendions des copies incomplètes, les siennes débordaient de réponses, elle avait une capacité de réflexion largement au dessus de la moyenne et elle m'épatait.

Elle avait fait son aliya en été 2001 avec son mari et ses 3 enfants, une aliya de coeur, de choix, avec un idéal comme la plupart d'entre nous. 

Ils avaient tout laissé en France, vendu leur maison, lâché de bons boulots, c'était un départ sans retour. Elle avait, dans ses bagages, un diplôme de pharmacienne qu'elle devait faire reconnaître par l'état parce qu'elle comptait bien exercer une fois son oulpan terminé.

J'ai tout de suite apprécié ce couple parce qu'ils étaient sympathiques, ouverts, on pouvait parler de tout et on avait pas mal de points communs.

Ils avaient acheté une maison sur plan mais la maison n'était pas terminée.   A leur arrivée, ils avaient été obligés de louer un appartement en attendant que la maison soit habitable et ça traînait un peu en longueur !! 

Je me souviens de ses cheveux bouclés, de ses jean's et sweat et de ses grands yeux pétillants de vivacité. J'aimais son intelligence et la trouvais tellement brillante. Je ne lui ai jamais dit. On ne se voyait qu'en cours, on venait tous d'arriver et il nous fallait reconstruire une nouvelle vie, avec nos enfants respectifs et gérer les aléas d'une aliya, on avait pas beaucoup de temps pour autre chose que l'essentiel, et l'essentiel était de s'installer, d'apprendre la langue et pour certains de se trouver un nouveau job.

Lors des récréations on rigolait beaucoup, on mangeait aussi, c'était sympathique même si parfois on avait envie d'être ailleurs, de profiter de la mer et du ciel bleu. Au bout d'un mois je la trouvais triste, ils arrivaient souvent en retard en cours, elle avait les yeux rougis, un tas de problèmes avec la maison à régler, elle se languissait de se retrouver enfin chez elle mais les travaux n'avançaient pas et puis un des enfants avait des problèmes à l'école et n'arrivait pas à s'habituer à cette nouvelle vie.

Par pudeur peut-être je n'osais pas poser de questions, moi aussi j'avais du mal à trouver mes marques, je crois qu'une bonne partie de la classe en était au même point. Une aliya c'est un grand bouleversement et ça ne se fait pas du jour au lendemain. Le problème c'est que personne n'ose le dire ouvertement, comme si c'était une tare. Il faut toujours faire semblant que tout va bien, que ça y est, on est à la maison et que dorénavant la vie sera un long fleuve tranquille. 

Elle a quand même lâché quelques informations, ce n'était pas simple, en France la vie était bien réglée, le boulot, l'école des enfants, la famille, tout fonctionnait comme sur des roulettes mais ici tout était tellement compliqué. Son diplôme n'était toujours pas validé, elle avait passé des examens pour confirmer, l'emménagement dans la maison était toujours repoussé, elle ne supportait plus l'appartement. Son fils ne s'adaptait pas..... Elle ne voyait pas sa vie comme ça....

Je tentais de la rassurer,  il faut du temps, on finirait pas s'habituer et se sentir chez soi, c'était un nouveau départ, il fallait tout recommencer et la langue était une sacrée barrière mais on allait y arriver, surtout elle, elle était tellement douée. 

La livraison de sa maison l'a quelques temps apaisée mais d'autres problèmes sont venus se greffer que je ne connais pas. Je l'ai perdue de vue, j'ai arrêté l'oulpan parce que ça me gavait (je le regrette aujourd'hui) et elle a continué dans des classes supérieures.

Un jour alors que je partais faire mes courses je l'ai croisée sur le trottoir. Je ne l'ai pas reconnue, le sweat et le jean's avaient laissé place à la jupe longue, il n'y avait plus de bras dénudés et la tête était couverte. Ca m'a interpellée. 

Des amis qui fréquentaient la même synagogue qu'elle m'ont informée qu'elle avait plongé a fond dans la religion, refusant même dorénavant d'embrasser ses amis masculins. Je n'en revenais pas, pas elle, ce n'était pas possible, elle était trop libre, trop libérale pour franchir ce pas. 

Je n'ai rien contre les très religieux, chacun sa route, chacun ses opinions mais les extrêmes me font flipper et la religion à outrance me fait peur.

Ca m'a stressée de la voir comme ça mais je me suis dit que c'était son libre choix et que je n'avais pas le droit de la juger. 

J'ai pensé à elle tout à coup ce matin en passant l'aspirateur. J'aime laisser mon esprit vagabonder quand j'effectue des tâches ménagères, parfois je pars très loin, dans des paysages magnifiques, ou les montagnes se mirent dans une mer très salée, d'autres fois je remarche dans mes premiers pas là bas.....

J'espère qu'elle a trouvé le bonheur qu'elle cherchait, c'est tout ce que je lui souhaite.

* le prénom a été volontairement changé



mercredi 30 mars 2016

J'en Caisse !!!

"Vous devez vous ennuyer parfois derrière votre caisse, enfin quand je dis ça, c'est pour dire que peut-être le temps doit paraître long, surtout en hiver quand il ne fait pas beau et que les gens ne sortent pas"....

J'ai esquissé un sourire forcé, je n'ai pas voulu répondre, pourquoi tenter d' expliquer les choses à des gens qui ont des idées préconçues et qui pensent détenir la vérité. 

Peut-être que j'aurais du finalement, histoire de casser le mythe de la blondasse qui attend bêtement que les heures s'égrènent.

Souvent je regrette de ne pas aller plus au fond des choses, de ne pas avoir plus de mordant en affirmant haut et fort que non Madame, tenir un institut ne se résume pas à scanner bêtement des produits toute une journée. D'ailleurs si je passais ma journée à scanner et encaisser, qu'est ce que je serais riche à la fin du mois !! 

Je n'ai jamais compris pourquoi les gens avaient des visions si réductrices eu égard à certains métiers. Tu remarqueras qu'en général ceux qui critiquent sont ceux qui en savent le moins, des handicapés du bulbe en général qui sont persuadés de tout savoir sur tout.

Depuis je ronge mon frein parce que j'avais tous les arguments pour la remettre dans le droit chemin et je ne l'ai pas fait, simplement pour avoir la paix et ne  pas m'aventurer sur des chemins tortueux qui mèneraient dans l'impasse. Ce jour là je voulais une route calme et tranquille, sans embouteillage, rien qui ne puisse venir perturber ma journée.

Je ne sais pas pourquoi des fois je ne réagis plus, je trouve ça dangereux et ça ne me ressemble pas. C'est vrai quoi, si je lui avais expliqué à cette bécasse comment on fonctionnait elle aurait certainement regardé les instituts sous un autre angle et aurait pu entrevoir une autre image que celles du style poudre aux yeux, miroir aux alouettes et j'en passe.....

Madame, lorsque vous arrivez comme aujourd'hui à 10 h 00, heure d'ouverture, sachez que ça fait déjà 30 minutes que j'ai ouvert, mais qu'avant de venir, le binôme est déjà allé à la banque et a aussi acheté des consommables et petit matériel qui manquaient. 

J'ouvre toujours 30 minutes plus tôt afin de pouvoir accueillir mes clientes dans les meilleurs conditions. Ainsi j'allume le chauffage dans la cabine pour que la première cliente puisse avoir bien chaud. J'allume les cires  et je vérifie qu'elles soient bien propres même si je sais que je les ai déjà nettoyées la veille. Je mets le diffuseur d'huiles essentielles en route, je remets des serviettes propres que j'ai fait bouillir la veille, parce que même si je mets des draps de protection sur la table de massage, mes serviettes sont changées plusieurs fois dans la journée, question d'hygiène. J'inspecte tout, rien n'est laissé au hasard ! 

J'allume les bougies et la musique pour donner une ambiance cocon et feutrée, du bien être Madame, c'est ça que nous vendons et ça ne se fait pas d'un simple claquement de doigts. Je prépare la cabine en fonction du soin et si c'est un modelage aux pierres chaudes, je désinfecte une à une les pierres avant de les faire chauffer même si je sais qu'elles ont été parfaitement nettoyées après la dernière utilisation, idem pour le petit matériel, parce qu'en plus d'être plantée derrière ma caisse comme vous le croyez, sachez que je suis une maniaque de la propreté et que ça m'empoisonne la vie.

Je descends ensuite dans l'espace boutique pour imprimer le planning des rendez-vous et c'est parti pour 10 h d'affilée ou il y a tout un tas de petites tâches diverses et variées à effectuer. Et non Madame je ne fais pas 35 h , on aligne plus de 50 h/semaine sur 5 jours et encore quand il n'y a pas les expo, sinon c'est bien pire. Ah oui, désolée moi je ne fais que 40 heures sur 4 jours, le mercredi je suis à la maison et bien entendu vous devez penser que je me prélasse toute la journée.

Il y a les jours de nettoyage des étagères et produits, tout est consigné dans un cahier pour que le nettoyage soit fait régulièrement, il y a les jours de nettoyage de vitrine. Il y a le samedi ou je chamboule toute la cabine pour la nettoyer à fond, vérifier les produits, voir ce qu'il faut recommander pour ne pas être à cours.  Il y a quotidiennement de la paperasse, j'essaie d'en faire pas mal sur place, ce n'est pas toujours possible, tu ne peux pas t'embrouiller avec ton banquier quand là haut une cliente est en train de se faire masser, alors le reste se fait à la maison.

Il faut aller à la banque, téléphoner aux administrations et avec les administrations c'est long, on perd du temps, on s'énerve....  zut, il est déjà temps de penser à envoyer la TVA. IL faut alimenter la page facebook, le blog, rajouter des choses sur le site internet, c'est un peu notre vitrine,  tiens aujourd'hui on va faire une campagne SMS pour proposer des réductions, est ce qu'on lance une promo cette semaine pour notre nouveau soin ?  merde faudrait peut-être s'affoler, il y a une expo ce week-end. 

Pendant que nous effectuons tout cela il y a bien évidemment la clientèle à recevoir, il faut répondre au téléphone il faut expliquer, informer, il faut lâcher tout ce qu'on est en tain de faire pour ne s'occuper que de la cliente parce que c'est elle l'essentiel, c'est elle qui nous fait vivre, le client est roi !! S'il n'y a pas de clients Madame, on continue quand même de bosser, parce qu'à tout moment quelqu'un peut arriver et dans un commerce il y a toujours quelque chose à faire;

Non Madame je ne m'ennuie pas, je suis occupée toute la journée et pas seulement derrière ma caisse. Vers 18 h 00 je m'attelle à la cabine, elle est petite mais ça prend du temps, mon maître mot c'est désinfecter, nettoyer, aérer,.... faire en sorte que le visuel soit agréable pour la cliente.  J'attaque ensuite le salon d'accueil, puis la petite pièce attenante, les WC, pendant ce temps là, le binôme s'occupe de nettoyer en bas, parce que chez nous c'est nettoyé tous les jours. Quand il y a de la clientèle à 18 h 00, sachez Madame que je dois attendre qu'il n'y ai plus personne et que parfois je commence mon ménage à l'heure de la fermeture, dans ces cas là, je quitte la boutique à 20 h 30, ça fait une très longue journée.

Accessoirement Madame, j'étudie aussi, mais ça c'est de la broutille bien évidemment, ça prend juste beaucoup de temps mais le temps vous ne devez pas en avoir la notion, ou alors nous n'en n'avons pas la même vision.

Sachez que quand je rentre chez moi Madame, je n ai qu'une envie, me laisser choir sur le canapé et ne plus bouger mais ce n'est pas possible parce que j'ai une tournée de serviettes à faire bouillir, que ça prend du temps et qu'il va falloir ensuite la mettre à sécher avant d'aller me coucher. Si j'ai encore un peu de courage, je photocopierai les remises en banque pour le lendemain et rangerai un peu de documents.

Vous avez raison Madame, ça serait tellement plus chouette de rester assise toute la journée derrière la caisse, ne rien faire et attendre. Je pourrais lire toute la pile de livre qui jonche le coin de ma table de nuit,  je pourrais venir écrire sur ce blog que j'ai délaissé depuis deux mois, je pourrais aller visiter mes blogamies qui me manquent et dont je n'ai pas de nouvelles, parce que vous savez Madame, sur le net c'est donnant donnant, on est bien peu de choses et très vite oubliés.

Vous ne lirez pas mon post, vous devez penser qu'une blonde ne doit pas savoir écrire..... Il n'y a pas de sot métier Madame et j'aime ce que je fais, ce qui est juste dommage, c'est que je n'aurais jamais l'occasion de vous le dire ! 
 

mercredi 27 janvier 2016

Bla bla du mercredi

Encore une fois le temps est mon pire ennemi, un ennemi difficile à combattre et qui gagne à tous les coups, peut-être parce que je suis éparpillée, que je veux faire trop de choses à la fois, que je suis désorganisée.

Ce matin comme chaque mercredi je ne travaille pas, pas à l'extérieur en tout cas parce qu'à la maison je tangue entre ménage, repassage, paperasse et accessoirement mes cours parce que si je me souviens bien, j'ai un diplôme à passer en juin. 

Je ne vais pas te dire.... mais si je vais te le dire quand même que la prof qui me suit pour mes cours m'a téléphoné trois fois !! les deux premières fois je n'ai pas répondu, elle n'a pas lâché l'affaire pour autant, j'ai reçu un joli mail me disant qu'elle ne me voyait pas beaucoup connectée sur ma plate forme de cours, que je n'avais pas rendu mes devoirs, qu'elle ne me voyait pas faire les évaluations et qu'elle était inquiète.... bref j'ai fini par lui répondre ne pouvant me cacher plus longtemps, j'ai pris des bonnes résolutions.... pas faciles à tenir, cet examen me mine, autant te dire tout de suite que c'est mission impossible, si je suis prête en pratique, en théorie c'est autre chose et comme j'ai un cerveau lent dû à l'âge c'est pas gagné. Depuis 2 semaines je bloque sur un cours de biologie, à peine croyable. Quand ça bloque il faut passer à autre chose me dit-elle, bein je n'y arrive pas voilà !! 

Je ne vais pas te parler du balagan du boulot, ça ferait trop routine et chacun sa merde j'ai envie de dire... on l'a voulue cette boutique, on l'a eue, le personnel incroyable, au sens figuré du terme,  la crise économique, le mauvais endroit, les clients qu'il faut prendre avec des pincettes.... avant d'être attrapés tous les deux par le burn out, on prendra certainement les décisions qui s'imposent, ça fait 14 mois qu'on bosse comme des cons pour pas grand chose, qu'on n'arrive plus du tout à compartimenter notre vie entre maison et boulot, que mon binôme qui tient le choc avec ses 64 balais commence à avoir une tête de déterré, que j'ai des troubles du sommeil et des problèmes de santé.

T'informerais-je de mes problèmes de santé ? vite fait alors... je suis allée voir un cardiologue, sur demande de mon médecin. J'ai largué 60 €uros et on me renvoie avec une liste de médocs et basta..... pas d'échographie parce que même si le palpitant s'affole parfois, qu'il me fait mal de temps en temps et que mon bras aussi s'engourdit régulièrement et bien ça ne vaut pas la peine d'aller vérifier.... parce que je n'ai pas de malaise et parce que même si j'ai eu plus de 16 de tension avec une deuxième chiffre oscillant entre 10 et 11, durant une semaine,  ce n'est pas grave, c'est l'âge qui veut ça et mon surpoids, qu'on m'a dit. Alors faut que je mange moins de sel, que je fasse beaucoup de marche et que je perde du poids. Du coup je lui dis, mais alors si je fais tout ça, pas besoin de médicaments ? "ah bein si parce que vu votre âge maintenant c'est obligatoire" !! J'ai demandé si des fois on ne pouvait pas prendre des plantes à la place mais ça l'a fait rire ! 

Je ne suis pas encore allée voir mon médecin qui me délivrera la feuille magique des médocs mais vu la tension qui ne faiblit pas va falloir m'y résoudre. Je suis incapable de prendre des médocs régulièrement, je suis incapable de perdre du poids, je suis incapable d'être zen et de rester tranquille.....

Est ce qu'on parle politique ? non on ne va pas se fâcher encore, c'est déjà tellement compliqué. Je voulais juste dire qu'aujourd'hui c'est la journée internationale pour la mémoire de l'Holocauste et que notre président normal reçoit le premier ministre Iranien a l'Elysée. Tu sais ce premier ministre qui trifouille dans le nucléaire, qui finance le terrorisme, qui rêve d'éradiquer Israël de la carte..... je ne comprends pas bien, je dois être trop bête pour jouer dans la cour des grands !!

Ce matin je pense à ce Monsieur âgé que j'avais rencontré à la poste d'Ashdod, un matin de 2003. Il était devant moi et venait récupérer de l'argent. J'ai tout à coup vu son bras tatoué d'un numéro. Mon sang s'est glacé, c'était la première fois que je rencontrais un survivant de la Shoah. J'aurais eu envie de lui parler, mais je ne savais pas quoi lui dire. Je me suis contentée de regarde ce numéro que le temps avait érodé et de lui sourire. Aujourd'hui j'ai oublié son visage mais je vois toujours ce numéro imprimé à jamais sur son bras et ça me bouleverse.

mercredi 13 janvier 2016

2016 ANNEE CHAOTIQUE ?

Il s'en passe des choses depuis ces fameux 12 coups de minuit, moi qui était heureuse de basculer dans le nouvel an je me demande s'il ne va pas être plus pourri que l'ancien. Je ne voudrais pas plomber l'ambiance mais quand même, il faudrait être aveugle pour ne pas se rendre compte que ce début d'année n'est pas top !!

Chaque matin quand j'allume la radio (et c'est la première chose que je fais quand mon alarme de téléphone nous réveille) on n'entend que des trucs glauques et pas réjouissants et chaque matin je me dis mais c'est pas possible, on va où là ? et bien je ne sais pas mais en tout cas on y va !!

Ce qui m'inquiète c'est cette violence, toute cette violence quotidienne qui rythme notre vie. L'homme est devenu pire qu'un animal sauvage et parfois je me dis que j'aimerais mieux me retrouver dans la cage d'un lion qu'en face d'un fou qui tue au nom de Dieu et de quel dieu on se demande parce que mon dieu à moi, celui en qui je crois n'a jamais demandé à personne de tuer qui que ce soit.

On a fait rentrer le loup dans la bergerie, au nom de la liberté, de l'humanité, qu'est ce que j'en sais, on trouve toujours de très beaux mots pour justifier l'injustifiable. Ce loup va  maintenant falloir l'apprivoiser parce qu'on a plus le choix, mais un animal sauvage on ne peut jamais vraiment le dompter.

Hier à Marseille un homme s'est fait attaquer à coup de machette parce qu'il portait la kippa. Le jeune qui voulait le tuer avait 16 ans et pas du tout un profil de killer, bon élève, tout bien comme il faut.... la semaine précédente il me semble qu'un autre juif avait été la cible d'une attaque au couteau.... un déséquilibré qu'ils ont dit, ça passe mieux et comme en France on ne veut pas mentionner agression antisémite on parle de déséquilibré, il y a aussi cet élu de Créteil qu'on a retrouvé mort roué de coups dans son appartement, (de religion juive aussi), que lui est-il arrivé ?

Ici  un jeune homme est mort sous les coups de 2 autres, il s'est pris des coups de poings tout près d'un centre commercial, frappé à mort, sous les yeux de passants qui n'ont pas bronché.

La trouille, toujours la trouille, tout le monde a peur, peur de tout et de rien.... combien de temps ça va durer tout ça ?

Tu n'es plus tranquille nulle part et même pas dans un train ou tu peux te faire agresser, voire violer sous les yeux des autres passagers qui ne bougent pas, tu peux te faire tabasser pour un mauvais regard ou parce que tu n'as pas de cigarette, ou pas de feu.... tu peux te prendre un coup de couteau pour une place de parking, en fait le moindre geste est risqué, c'est hallucinant !! 

Ici en France une fois sur deux tu te dis que si tu te fais agresser t'es tout seul, il y a peu de chances pour que quelqu'un te vienne en aide, si c'est ton jour de chance tu peux t'en sortir mais si c'est ton heure rien n'y fera..... tu peux crever sous l'indifférence des gens qui depuis longtemps ont adopté le "chacun pour soi" parce qu'ils ont peur et parce que c'est eux ou toi.

Je pense aux résistants de partout, ceux des régimes totalitaires, ceux des guerres, ceux qui ont lutté et osé ne pas être d'accord, ils ont souvent payé de leur vie en disant non ou pour en sauver d'autres. Ils doivent se retourner dans leurs tombes si ils voient les pleutres que nous sommes.

Alors oui, sortir manifester pour Charlie ou pour le bataclan c'est déjà un bel acte de résistance, c'est montrer qu'on existe, qu'on n'a pas peur et qu'on va continuer mais est ce que c'est assez ?

Je n'ai pas de réponse, je n'ai pas de solution et si j'en ai elles seraient trop radicales... la seule chose que je sais c'est qu'on ne peut pas rester comme ça et attendre que ça se passe parce que rien ne passera..... le premier loup est là, ne laissons pas entrer les suivants, on a déjà du mal à en contenir un seul, s'ils entrent tous on est foutus.

Aujourd'hui je m'inquiète, comme toi peut-être, je m'inquiète de cette montée de haine et de violence qui semble inéluctable, je m'inquiète de cet antisémitisme latent et sournois qui est toujours là, tapi dans l'ombre et prêt à frapper, n'importe où, n'importe quand, je m'inquiète surtout pour mes enfants et petits enfants.... quel monde allons nous leur laisser. 

La vie ne tient qu'à un fil, tout peut très vite s'arrêter....  je ne comprendrai jamais pourquoi l'humain à besoin de tuer.

Tu crois qu'au paradis c'est peace and love toi ?




mercredi 6 janvier 2016

LES VOEUX


C'est la tradition et on ne déroge pas à la tradition, enfin pas encore.....
Je vous souhaite plein de bonnes choses pour cette nouvelle année qui commence,
bonheur, santé, amour, argent, réussite....
les trucs banals qu'on se dit chaque année et qui pour la plupart ne se réalisent jamais.... 
mais on continue d'y croire, parce que si on n'a plus d'espoir et qu'on ne peut plus rêver 
la vie serait encore plus triste.....
Je n'ai pas de projets pour 2016, j'ai décidé de vivre l'instant présent et je ne peux m'empêcher de regarder dans le passé, mon passé là bas ou c'était tellement bien.
Je rêve d'une maison dans les vertes vallées,
là bas où le soleil est toujours très chaud, 
là bas où ma vie était si douce même quand elle était compliquée...
là bas où même si on ne parle pas la même langue on se comprend,
Mais là bas semble si loin.....
Peut-être qu'un matin....