dimanche 31 mai 2015

TIC TAC....TIC TAC....

Le Goût veut que je raconte mes Etats d’âme, c’est vrai que ce sont deux jolis mots qui pourraient faire un billet. En vérité j’ai plein de choses à raconter mais je n’ai pas les moyens de tout expliquer ici, d’abord par manque de temps et ensuite parce que ce blog est publique et qu’il y a des choses que je ne peux pas mettre, pourtant qu’est ce que j’aimerais…..

J’aimerais te raconter les aléas du boulot, te parler du personnel par exemple, ou encore des clients….

J’adore mes clients, je les bichonne, c’est eux qui nous font vivre et je veux leur offrir le meilleur …. Il y en a certains avec qui on a déjà tissé de vrais liens d’amitiés, ce sont les fidèles, ils reviennent régulièrement et reprennent rendez-vous en partant…. Puis il y a les chiants, ça fait partie du métier, ceux qu’on est contents de voir parce que « time is money » mais qui sont pénibles, toujours plus exigeants, qui bougonnent…. Bref, c’est l’jeu ma pov Lucette, faut faire avec sinon faut aller élever des chèvres dans le Larzac.

Pour le personnel c’est Joker, mais je ne désespère pas de faire un petit blog en parallèle, un blog privé dont quelques privilégiés auront la clé pour entrer….

Le rythme est soutenu, il faut être au four et au moulin, il faut conjuguer avec tout, le bon et le meilleur, les jours fériés, les difficultés économiques et même avec le climat.

Comme disait le Goût… qu’est ce que vous aviez besoin de vous emmerder avec ça !!!

Faut avouer que ça me plait, même si c’est compliqué. J’ai déjà une folle envie d’aller dynamiter le bureau du banquier, mais je crois que j’ai passé ma vie à avoir des envies de meurtre vis-à-vis de ces gens là… Heureusement le binôme est diplomate, il arrive à louvoyer et là ou moi je flanquerai bien tout le bureau en l’air, le binôme garde son self contrôle…. Mais il boue à l’intérieur….

Sinon il fait moche aujourd’hui, c’est la fête des mamans et aucun de mes trois enfants n’est à la maison.  L’ainé est venu la semaine dernière, j’ai pu profiter de ma fillotte, elle marche pratiquement et elle cause, c’est trop mignon. La deuxième arrive samedi prochain, elle vient passer une petite semaine. Et la dernière rentre ce soir.

Il pleut, il vente, il fait gris, il fait moche…. Juste une envie de rester sous la couette et de regarder des séries…. Sauf que ce soir mes parents qui rentrent de vacances viennent manger, alors j’ai préparé des trucs, on a opté pour un petit apéro dînatoire, j’aime bien, c’est plus sympa que de traîner à table durant des heures…. Surtout le soir……

Bon, sur ce je file parce que j’ai encore un cake courgettes/chèvre à préparer…. Tu vois même quand on ne bosse pas on est pressés….. 

Si quelqu’un à la recette pour stopper ce temps qui court….. je suis preneuse…. 

mardi 5 mai 2015

LA MINUTE DE LUCIDITE

Je suis comme beaucoup, mon pouvoir d’achat a diminué, les fins de mois sont parfois rick et rack et si avant je pouvais me permettre de dépenser sans compter, ça c’était avant.

Quand j’avais envie de quelque chose, je dégainais ma carte bancaire et hop, dans l’heure qui suivait j’avais les fringues, le parfum, ou même le meuble qui me faisaient tant plaisir.

Aujourd’hui quand j’ai besoin de quelque chose, -et tu remarqueras que je n’emploie plus le mot « envie »- , je prends mon temps et je patiente, je réfléchis et je compare les prix et ceux-ci me font parfois reculer à tel point que finalement je finis par me convaincre que je n’avais pas réellement besoin de l’objet ou du vêtement qui me paraissaient si indispensables.

J’ai l’impression qu’on vit moins bien dans ce siècle ci,  qu’il faut faire des choix, qu’on ne peut pas tout avoir et qu’on est sans cesse à la recherche des bons plans et des bonnes affaires.

Quand je fais mes courses au supermarché j’ai parfois envie de pleurer, j’ai beau faire attention, mon caddie pèse toujours aussi lourd dans le porte monnaie et pourtant je ne fais pas de folies. Il n’y a guère qu’au marché -ou le prix des fruits et légumes me semble acceptable et de bonne qualité- que je ne sors pas mon mouchoir.

L’électricité augmente, le gaz augmente, les loyers ne sont pas donnés,  les mutuelles sont élevés, les soins dentaires et l’optique aussi,  pour une bonne paire de chaussures il faut s’aligner, idem pour un vêtement de qualité et il y a tellement d’autres choses que j’oublie !!

Il y a les pauvres, toujours plus pauvres, les riches pour qui la crise n’a aucun impact et il y a moi et certainement toi, le français moyen qui raque, qui peine et qui, une fois qu’il a tout payé, n’a plus que ses yeux pour pleurer !!!

Allez, c’était ma minute « rabat joie », faut bien de temps en temps.... 

Pour me changer les idées je vais aller faire ma déclaration d'impôts tiens.... celle là faut pas l'oublier !!