jeudi 18 décembre 2014

Un morceau de bonheur

Nous avions ce projet, nous l’avions dès notre retour en France mais les choses ne vont pas toujours comme on en a envie, il y a tellement de paramètres qu’on ne maîtrise pas.

Il y a tout juste un an j’ai jeté l’éponge, j’en avais marre de faire des expositions et mon chiffre d’affaires de décembre avait baissé de plus de 40 % par rapport à l’année précédente.

J’ai cherché à reprendre mon activité normale, à savoir ce que je sais faire le mieux mais là aussi les portes étaient fermées. Trop vieille pour certains, trop expérimentée pour d’autres qui voulaient des jeunes pour pouvoir les « driver «  je me suis dit qu’à 51 balais on était plus bon à rien et j’ai un peu sombré, sans jamais laisser paraître quoi que ce soit…..

J’ai la chance d’avoir un binôme qui ne baisse jamais les bras, il se fixe des objectifs et fait tout pour les atteindre. Il déplace des montagnes, défonce les portes, il a un moral d’acier et une capacité d’action qui me déroute…. Un petit coup de chance a fait le reste…

Je ne voulais plus m’engager, il l’a fait à ma place, il est retourné faire des stages (il a 63 ans et il est à la retraite), il a essuyé des refus parce qu’il était trop vieux, on lui a dit qu’il n’avait qu’à se contenter de sa retraite, qu’à son âge on n’entreprend plus, on doit se reposer, on lui a dit que c’était un job de femme et pas d’homme…. La France là-dessus est encore trop arriérée…

Pourtant rien ne l’a arrêté et là ou j’aurais déjà lâché l’affaire mille fois, il a persévéré. On lui fermait la porte, il rentrait par la fenêtre. Je n’ai pas cette force, je l’ai eue étant jeune, je ne l’ai plus, parfois je me demande comment on peut changer à ce point.

Si tout se passe comme prévu, nous sommes à J-3 , c’est la dernière ligne droite, on bosse beaucoup, on dort peu, il y a tellement de choses à penser, à prévoir, à préparer, il faut passer par là pour comprendre ce que c'est.... 

Je ne sais pas si c’est bien d’entreprendre vu la situation économique, j’ai envie de dire que seuls ceux qui ne font rien ne se trompent jamais. Des amis disent que nous sommes cinglés, d’autres saluent ce courage ou peut-être cette inconscience....

J'’avais besoin de retrouver un statut social, de me lever le matin pour aller faire quelque chose,  d’arrêter d’être montrée du doigt parce que j’avais pu bénéficier d’une retraite minima en tant que fonctionnaire parce que j’avais bossé plus de 15 ans avec trois enfants.

A  51 ans on peut encore faire plein de choses, on a des idées , une expérience, un vécu que peut-être les plus jeunes n’ont pas. On vient d’une génération de bosseurs ou les heures ne nous font pas peur.

Nous n’avons pas le droit à l’erreur, nous sommes condamnés à ce que ça marche et c'est dans cette optique que je vais avancer.... 

Je ne suis pas très présente sur vos blogs depuis un bout de temps, je ne posterai peut-être pas jusqu’à la fin de l’année, ne m’en veuillez pas,  il faut que les choses se mettent en place, que je trouve de nouvelles marques et une nouvelle organisation., je suis pleine d’espoirs et de doutes aussi….


Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année, et vous dit à bientôt.

13 commentaires:

  1. Je ne connais pas ton projet. Mais j'espère de tout coeur que ça va marcher. De toutes façons, tu sembles bien partie, avec beaucoup d'espoirs et ton mari est là pour rentrer par le trou de la serrure. Je vous souhaite de très belles fêtes.

    RépondreSupprimer
  2. Je crois que c'est Israël qui donne cette force, nous sommes rentrés les mains dans les poches, le Goût a été malade, on a continué à lutter, bravo à vous deux, joyeux hanouka et bises..

    RépondreSupprimer
  3. Allez croisons les doigts pour qu'enfin tout se réalise au mieux pour vous 2

    RépondreSupprimer
  4. Que c'est bon de lire ce post ma chère Ysa:-) on en parle à côté ?

    Vous y arriverez je n'en doute pas !

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connais pas votre projet, mais j'ai comme exemple mon conjoint qui a du en passer par là.
    Débuts difficiles mais ça commence à donner des résultats.
    Bon courage et tous mes voeux à tous les deux.

    RépondreSupprimer
  6. Ce n'est pas une question d'heures, c'est une tournure d'esprit.
    Certains seront découragés au premier obstacle, d'autres ne se laissent jamais décourager.
    On en prend plein la gueule (alapanim...) on se relève et on y retourne.
    C'est la vie.
    Ne pas se laisser abattre, c'est un métier !

    RépondreSupprimer
  7. bonnes fêtes de fin d'année et surtout merdoum pour vos projets !!!

    RépondreSupprimer
  8. j'aimerais bien savoir en quoi ça consiste .... mais en tout cas M.... pour que ça marche !

    RépondreSupprimer
  9. Je viens bien de passer un diplôme à 56 balais et je l'ai eu , et je pense à changer de boulot, puisque je l'ai eu, il a raison le binôme, toujours partir gagnant ;)

    RépondreSupprimer
  10. J'espère de tout coeur que ça fonctionnera Me Kind, vous le méritez
    gros bisous
    le Lion

    RépondreSupprimer
  11. Il faut foncer, vous avez raison, ne pas tenter serait resté comme un échec, alors bonne chance !

    RépondreSupprimer
  12. Ah quel Homme quand même ton Jules. Je souhaite de tout mon coeur que ce rêve qui est le vôtre soit devenu réalité à l'aube de l'an neuf qui débute.

    Qu'importe qu'on ne te lise plus sur le blog, l'important c'est d'avancer sur "l'autre chemin" ...

    Comme je me suis retrouvée en toi lors de tes recherches d'emplois infructueuses ... ! En effet, j'ai vécu ça à l'âge de 50 ans quand mon patron a pris sa retraite et que je me suis retrouvée si jeune au chômage. J'entendais les mêmes phrases quand j'ai recherché un travail digne de mon expérience ....

    Je pense fort à vous et vous embrasse tous les trois.

    RépondreSupprimer

Caquetages