lundi 8 décembre 2014

Sombre comme...

Le train ralentit, il entre en gare, nous avons profité pour sauter, je ne sais pas comment on a fait mais on se retrouve en train de rouler dans des herbes hautes et humides. Le jour se lève à peine, les arbres de la forêt voisine sont encore enveloppés de brume.

En me réceptionnant j’ai du heurter un caillou, j’ai mon pantalon troué et mon genou écorché vif, il me fait mal mais curieusement je ne le sens pas. Je cherche ma compagne d’infortune, je ne la connais pas, nous nous sommes retrouvées embarquées dans ce train et je ne sais pas comment ça c’est passé. Nous sommes là c’est tout…

Je l’appelle doucement, je ne connais pas son prénom, je ne devine même pas son visage… je ne devine pas le mien, je sais simplement que c’est moi, j’aperçois juste mon genou et sa large plaie rouge vif, je n’ai toujours pas mal.

Ma compagne me dit qu’il ne faut pas rester là, on doit avancer vite fait vers la forêt pour se cacher. Je ne veux pas bouger, je lui dis qu’avec les herbes hautes personne ne nous verra. Elle a peur qu’on nous aperçoive du train, elle a peur que le train s’arrête en gare et que les hommes en uniforme descendent pour nous chercher.

Quelque chose me dit que je dois rester là et attendre que les choses se calment mais elle insiste, on doit se lever doucement et courir vers la forêt, là bas on sera à l’abri, là bas il y a les arbres, c’est plus prudent.

Je regarde de l’autre côté de la voie ferrée, mon 6 ème sens me dit d’attendre et qu’une fois le train passé on pourra traverser. Je suis terrorisée, j’ai l’impression de peser une tonne, mes gestes sont lents et lourds, ma respiration haletante.

Ma compagne rampe jusqu’à moi et se lève pour courir vers les bois, je n’écoute pas mon instinct, j’ai trop peur de rester toute seule, je lui emboite le pas….

La forêt est dense et froide, je ne m’y sens pas en sécurité, ma compagne me dit « on a réussi »… je me demande ce qu’on a réussi, on est quelque part au milieu de nulle part, il fait froid, mon genou commence à me faire mal et j’ai mon cœur qui fait des bonds.

Je n’ai pas le temps de m’apitoyer sur quoi que ce soit, je sens le canon d’un révolver sur ma tempe et des ordres hurlés en Allemand. Je me retourne et devant moi un soldat au regard glaçant. Je ne vois que ses yeux, ils sont haineux, je vais mourir je le sens…..

J’ouvre les yeux, je ne peux plus respirer, j’ai des suées mais je suis réveillée, ce n’est qu’un cauchemar, il est 3 h 47, je balaie ma chambre du regard, c’est bien un rêve……  le chat me regarde bizarrement, mon binôme dort tranquillement, il fait encore nuit et mon genou n’a pas une seule égratignure.


Je n’ai pas réussi à me rendormir, ce soir encore j’y pense… c’est terrible comme certains rêves peuvent nous affecter…. 

21 commentaires:

  1. Ça ressemble terriblement à un documentaire projeté à Yad Va Shem...
    Sors de là ! C'est horrible !

    Pense à autre chose : Qu'est-ce qu'il t'amène, le Père Noël ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Terreur suprême je peux te le dire, je suis sortie puisque je me suis obligée à me réveiller tellement j'avais peur !! ce qui est dingue c'est de constater au réveil qu'on transpire de peur et que le coeur palpite puissance 1000. Sinon pour Noël je ne sais pas si j'ai été assez sage pour mériter des cadeaux !!

      Supprimer
  2. Pas étonnant que tu n'aies pas pu te rendormir, c'est horrible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'y ai pensé toute la journée, et je me suis rendormie vers 6 h 00, autant dire peu de temps avant que le réveil ne sonne !!

      Supprimer
  3. Mais qu'avais tu fait pour subir ce rêve horrible? Vu un film à la télé? Mangé trop au dîner?
    Quelle horreur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais rien de tout ça, je ne sais pas, c'est curieux.

      Supprimer
  4. J'ai fait un rêve horrible pendant des années, j'entendais une bombe siffler alors que je suis née après la guerre....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être le fait d'avoir entendu tes parents en parler, ou alors, ta vie d'avant...

      Supprimer
  5. J'ai eu ce genre de rêve horrible après le 11 septembre. J'étais dans les tours et je me voyais mourir... Je connais aussi le sentiment de malaise que ça laisse alors je t'envoie des bisous tous doux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sacré malaise, et même physiquement... je suis passée du chaud au froid et le palpitant je ne te raconte même pas, je pouvais entendre les battements dans la chambre !!

      Supprimer
  6. Affreux mais très bien raconté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca semblait tellement vrai que c'est trop facile de le raconter...

      Supprimer
  7. bizarre j'avais commenté , mon commentaire n'y est pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vu, en général je reçois par mail le commentaire... mais tu avais dit quoi alors ?

      Supprimer
  8. Il faut arrêter de lire des livres trop durs ... lol ! Les contes pour enfants ça serait mieux si tu fais de tels rêves ma chérie ... hihihi !

    Gros bisous ma Havera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne lis pas en ce moment, et pour cause, tu vas bien vite comprendre ma havera... ça se bouscule à grande vitesse ici et quand les projets prennent forme, il faut les saisir au vol...

      Supprimer
  9. c'est horrible de se souvenir de tels cauchemars

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est dans un tel état quand on se réveille que forcément, on ne peut que s'en souvenir... ça faisait très longtemps que je n'avais pas rêvé ce genre de truc....

      Supprimer
  10. Franchement, 24/24 face à l'Allemagne...
    La honte ! ;-)

    RépondreSupprimer

Caquetages