vendredi 28 novembre 2014

Chaud chaud chaud

Les hommes veulent toujours avoir raison jusqu’au moment où ils se rendent compte qu’ils ont tort, et encore, quand ils ont tort faut-il le reconnaître…. Mon binôme n’échappe pas à la règle malheureusement et depuis hier soir je suis en pétard contre lui !!

L’histoire est futile et ne mérite pas ma foudre mais c’est plus fort que moi parce que ce n’est pas la première fois que j’ai raison…. Oui je sais ça paraît très présomptueux d’écrire cela mais ce n’est que la pure vérité, j’ai raison dans 90 % des cas, je peux comprendre que ça énerve le binôme auquel il ne reste que 10 petits % mais c’est certainement mon intuition féminine, mon 6ème sens ou autre, un truc qui dépasse les mecs !!

L’objet de mon courroux est tout simple, il s’agit de notre chaudière. Quand nous sommes arrivés en juillet, j’ai dit au binôme qu’il ne fallait pas oublier de la faire réviser à l’entrée de l’automne et de prendre un contrat d’entretien (ce qui est d’ailleurs obligatoire pour un locataire). Le binôme a décidé unilatéralement de le faire au premier décembre, juste avant l’arrivée de l’hiver.

Début novembre nous avons mis le chauffage en route, on s’est familiarisés avec le thermostat et tout le St Frusquin, on a vérifié  si tout fonctionnait bien et j’ai demandé au binôme de purger les radiateurs (ce n’est toujours pas fait à cette heure). Après quelques jours de mise en route j’ai remarqué que la chaudière faisait un bruit bizarre, un peu sourd qui ne me semblait pas normal.

Evidemment qu’est ce qu’une blonde peut connaître en matière de chaudière… le binôme m’a renvoyée dans mes pénates, argumentant que c’était normal que la chaudière fasse du bruit en se déclenchant. J’admets qu’il peut y avoir du bruit mais un tel bruit ça m’a drôlement interpellée, surtout la nuit…. Forcément le binôme dort la nuit alors il n’entend rien !!

La semaine dernière j’ai remis la question sur le tapis, demandant au binôme d’avancer sa date de venue du chauffagiste parce que ça m’inquiétait et qu’en plus je trouvais que les radiateurs n’étaient pas assez chauds. Réponse de l’intéressé « Tu vois le mal partout, tu ne peux pas être un peu positive dans la vie, c’est pénible de vivre avec des gens pessimistes » !!

J’ai mis mon mouchoir par-dessus et j’ai simplement répondu que si jamais la chaudière tombait en panne avant la venue du chauffagiste il allait m’entendre !!

Bingo !!

Hier soir, à 20 h 45 précises, la machine s’est mise en sécurité, pas moyen de la remettre en service !!

Arrêt de la chaudière ça veut dire plus de chauffage et pas d’eau chaude et c’est ballot, je m’apprêtais à me prendre un bon bain pour me détendre parce que j’étais énervée de ma journée !!

J’ai sorti mon plus beau répertoire de noms d’oiseaux et la soirée a été détestable. J’ai lu le mode d’emploi de la chaudière en long et en large, avec le binôme nous n’étions pas d’accord sur la marche à suivre mais de toutes les façons rien de ce qu’on a essayé pour la remise en marche n’a fonctionné.

A 22 h 00 il a bien fallu se rendre à l’évidence que dame chaudière s’était mise en sommeil et que seul un prince charmant spécialiste en la matière pourrait la réveiller.

Nous avons dormi, comme qui dirait, à l’hôtel du cul tourné, digne expression de feu ma grand-mère paternelle.  Je n’ai pas décoléré et le binôme en a pris pour son grade, s’il m’avait écouté, l’entretien aurait été fait, la machine révisée et on serait tranquille… mon énervement à bien duré jusqu’à une heure du matin et dans ces cas là, le sommeil ne vient pas !! 

A 8 heures tapantes ce matin, le binôme s’est mis en quête de trouver un chauffagiste, il a eu de la chance, à 8 h 45 le sauveur est arrivé pour nous dépanner, à 9 h 30 tout était terminé.

Résultat des courses, le vase d’expansion est mort, la chaudière  n’est plus toute jeune et semble avoir souffert d’un manque d’entretien durant des années et….. Me voilà délestée de 185 €uros…. Un vendredi matin, juste avant le week-end ça calme….

La journée avançant ma colère est retombée, c’est surtout la douce tiédeur de la maison qui m’apaise, ça fait du bien d’entendre la chaudière ronronner !!

lundi 17 novembre 2014

Pensée d'un Lundi matin

Je n’ai jamais eu la terreur de l’attentat et pourtant lorsque nous avons fait notre aliya, en pleine seconde intifada, il y en avait beaucoup. On ne peut pas dire qu’on n’y pense pas, on vit tout simplement avec, comme si ça faisait partie du paysage… quand on y réfléchit bien, c’est grave de penser ça, ça veut dire qu’on banalise un acte qui est odieux et anormal.

Quand tu vis en Israël tu as toujours dans tes amis ou même dans ta famille quelqu’un qui a été touché de près par la mort d’un proche dans un attentat. J’ai repensé à elle qui nous racontait que ce jour là elle avait manqué le bus, elle était d’une ponctualité rare, c’était la première fois que ça lui arrivait, elle a vu le bus s’ébranler, elle a eu beau courir, il est parti sans elle, elle rageait, était hyper en colère, c’était trop important pour elle de monter à bord. 300 mètres plus loin, elle a vu le bus exploser et n’a même pas réalisé qu’elle n’était pas à bord et qu’elle venait de sauver sa peau, par son retard, le premier de sa vie, un retard salvateur parce que ce n’était certainement pas son heure.

En  octobre2003 c’est l’attentat du restaurant Maxim à l’entrée de HaÏfa. C’est un jour de shabbat, il est bourré de monde, une femme kamikaze entre, elle choisit une table où autour il y a des enfants, elle se fait exploser, c’est l’horreur absolue. Mon amie Chantal est bouleversée, la femme et la petite fille d’un cousin meurt ce jour là. Ca nous touche, même si on ne les connaît pas.

La « Ganenette » (ATSEM) de Rébecca perd son mari en ce jour de mars 2004 dans le double attentat au port d’Ashdod. Mon binôme est dans l’avion direction la France, moi j’arrose mon jardin, Chantal me téléphone et me dit « reste chez toi et enferme toi, il peut y avoir des terroristes dans la ville ». Je vois les hélicoptères tourner. Les filles ont peur, elles pleurent. Ca nous ébranle….. Je me souviens être allée chez elle avec Chantal, je suis incapable de lui présenter correctement mes condoléances, j’ai honte quand j’y pense…

Un soir de février 2005, il est très tard,  un copain du collège téléphone à ma fille, il vient d’éviter de justesse l’attentat perpétré dans une discothèque de Tel-Aviv, il passait devant avec une bande d’amis, 5 morts, une cinquantaine de blessés…. On n a pas dormi de la nuit…. On est tourmentés par cette histoire, peut-être que demain parmi les victimes il y aura des jeunes qu’on connaît.

En avril  2006, on est à l’arrêt dans la voiture durant plus d’une heure en plein Tel-Aviv à cause d’un attentat à la vieille gare routière. Ce jour là tout est bloqué, on ne peut pas téléphoner, c’est un peu la panique. Dans la voiture nous avons avec nous une nièce qui est venue passer 10 jours chez nous. Elle n’est pas habituée, elle est en panique totale, blanche, au bord de l’évanouissement. Il faut qu’elle appelle ses parents en France parce qu’ils vont entendre l’attentat à la radio, ils vont avoir peur.

Et j’écris tout ça ce matin parce que les attentats ne cessent pas en Israël, ils évoluent et prennent une forme différente, une forme plus sournoise qui fait moins de bruit, qui fait moins la une au niveau de l’actualité internationale et qui fait pourtant autant de mal.

Depuis quelques temps ce sont des voitures qui foncent sur les gens et des attaques au couteau. C’est moins spectaculaire, ça ne vaut pas le coup qu’on en parle dans l’actualité Française, c’est plus habile et plus simple pour les terroristes parce que c’est moins détectable mais pourtant ça fait tout autant de mal.

Hier encore et la semaine dernière et la semaine d’avant,  il y en a quotidiennement et tellement qu’on finit par ne plus savoir quand, ou et comment…..

Ca ne fait pas la une des journaux, vous n’êtes pas forcément au courant…. mais ne pensez pas que le calme soit revenu en Israël, la haine est toujours là, en sourdine, elle rampe doucement mais sûrement… jusqu’au prochain ouragan….


De paix… il n’y en aura jamais !!

vendredi 14 novembre 2014

Mes livres "du moi"

Après avoir lu « Naufrages » de Philippe Zaouati, j’avais besoin d’insouciance, de légèreté, de choses futiles qui me fassent rire. Je me suis souvenue que j’avais une pile de livres qui m’attendait, des livres donnés par mon ancienne voisine lorsque nous avions déménagé.

J’ai attaqué « Passeport pour les embrouilles » de Jane Heller. Bon ce n’est pas de la littérature, mais c’est un livre divertissant et c’est ce dont j’avais besoin. Comme son nom l’indique des embrouilles il y en a en veux tu, en voilà. C’est l’histoire de Nancy,  jeune célibataire enseignante qui vit à New york,  une vie tranquille et bien rangée, pas d’écarts, pas vraiment d’éclat…. Mais voilà qu’un jour, une personne qui porte le même nom et prénom qu’elle s’installe dans son immeuble et cette personne est une journaliste People très médiatisée….. 

Nancy va recevoir des invitations et même des cadeaux destinés à son homonyme. Si au début elle n’accepte pas,  Elle va finir par se prendre au jeu et se faire passer pour l’autre Nancy…. Mais attention, à ce petit jeu les embrouilles et quiproquos arrivent très vite.

Je suis rentrée complètement dans le bouquin, comme si j’étais la bonne copine de Nancy, j’ai rit et stressé avec elle, pas de prise de tête, une lecture de pure détente, c’est ce que je recherchais.


J’ai ensuite embrayé sur le sang des Koenigsmark, tome 1 et 2, livres écrits par Juliette Benzoni. Cette auteure me ravit à chaque fois et j’ai lu beaucoup de ses livres. Avec Juliette Benzoni on ne s’ennuie jamais, elle a l’art de mélanger romance, fiction avec des évènements de l’histoire qui sont réels et si certains faits historiques peuvent sembler rébarbatifs, avec Juliette Benzoni ça ne l’est jamais. 

Ce livre nous conte l’histoire d’Aurore de Koenigsmark qui est, entre autre, l’arrière arrière grand-mère paternelle de George Sand. L’intrigue est bien sûr romancée, mais tout au long on y retrouve des réalités historiques.  J’aime beaucoup, ça me permet de replonger dans l’histoire et de me rendre compte que le moyen âge et compagnie, les reines et rois…. Je n’y connais pas grand-chose !!

J’ai dévoré le Tome 1, l’histoire d’Aurore me plait, son courage, son culot pour une femme de cette époque c’est plutôt bien….. elle mène sa barque comme elle l’entend, faisant fi des convenances et de ce que les autres pensent…. même si  finalement on se rend compte au fil du livre qu’elle n’est pas si forte qu’elle le laisse paraître….. 

Dans le tome 2, l’auteure se penche plus sur la vie de Maurice de Koenigsmark qui est le fils d’Aurore, né de ses amours illégitimes avec Frédéric Auguste 1er, électeur de Saxe et roi de Pologne, j’ai moins apprécié parce que j'étais vraiment restée branchée sur Aurore... pourtant cet homme s’est illustré, il est devenu entre autre maréchal de France et ce fut un grand stratège sur les champs de bataille.

Enfin j’ai lu un livre de Diane Lacombe « la chateleine de Mallaig ». L’histoire se déroule dans l’écosse Médiévale, dans les Highlands, en l’an 1424. Afin de réconciler deux clans, Gunelle Keith, fille d’un riche armateur est donnée en mariage au fils du clan MacNeil à Mallaig.

Gunelle est instruite et très cultivée. Ian MacNeil est un analphabète qui aime la chasse, la bagarre et les filles. Gunelle aura tout à apprendre et devra  supporter les frasques d’un époux qui la rejette et la provoque en permanence. 

Seule, déracinée,  arrivera t’elle à aimer ce mari qu’on a choisi pour elle ? Comment va-t-elle être perçue par les habitants de mallaig ? quelle rôle jouera t’elle dans son nouveau domaine… autant de questions qui trouvent leurs réponses dans ce livre que j’ai lu très vite et que j’ai vraiment aimé !! 

Bon et bien tout ça pour te dire que j’ai retrouvé le chemin de la lecture, du coup je délaisse un peu le web mais on ne peut pas tout faire. Quand Internet n’existait pas je lisais bien plus mais je me dis que 4 livres dans le mois, finalement c’est pas si mal….

J'en attaque un nouveau ce soir, encore une histoire de reines et de rois.... pas de ma faute, ce sont les bouquins de ma voisine, faut bien que je les lise !! 

mercredi 5 novembre 2014

Novembre

Novembre est là il marque le départ des mois de l’année que je déteste même si l’hiver peut parfois être beau quand il se pare de son blanc manteau.

Novembre c’est le mois de mon anniversaire et si avant j’attendais ça avec impatience, maintenant j’y vais à reculons… peut-être que l’âge augmentant,  je n’ai plus réellement envie de le fêter.

Metche disait toujours « Novembre c’est le mois des morts »… en référence à la Toussaint certainement mais aussi à des proches qui souvent choisissaient cette époque pour tirer leur révérence… elle redoutait novembre et elle avait raison, c’est dans cette période qu’elle est partie et Petche aussi….

L’automne a été sublime, Samedi il faisait beau, assez pour nous laisser croire que c’était le printemps…. On a jardiné toute la journée…. Quel bonheur de charrier de la terre, de réaménager certains coins de la terrasse pour la remettre à notre goût, de tout préparer pour la plantation d’arbustes et de sentir le soleil venir nous réchauffer….

Pourtant l’hiver arrive timidement à notre porte….

Bonjour  grisaille, pluie , froid, ciel plombé qui oppresse et donne l’impression qu’il va nous tomber sur la tête,  ciel si triste qu’il nous donne envie de pleurer, ciel gris qui ne donne pas envie de se lever….

Mais aujourd’hui c’est soleil… on va en profiter, il reste des choses à faire au jardin et des bricoles dans la Salle de bains…. On avance on avance… si si promis bientôt la preuve en images !!