mercredi 19 février 2014

4 ans déjà



L’ambiance était pesante, l’air saturé. Enveloppée d’un sentiment étrange, mélange de stress tristesse et impuissance, je déambulais dans les ruelles de la vieille ville. C’était le dernier soir, dans quelques heures je reprendrais l’avion et tout serait terminé.

J’ignorais à l’époque que 4 ans plus tard, je serais encore en train d’écrire un billet, le même tous les ans qui revient inéluctablement.

J’ai regardé partout, je me suis imprégnée des odeurs, du bruit, de la chaleur de l’air et du clapotis des vagues. J’ai écouté une dernière fois l’appel du muezzin et je ne pensais pas qu’il me manquerait autant.

J’ai photographié encore et toujours parce que j’avais peur d’oublier. Je blaguais comme pour conjurer le sort qui s’abattait sur nous.

La nuit était déjà là et la lune se reflétait dans la mer, une mer sans horizon que j’allais bientôt survoler. J’ai touché les pierres encore chaudes des vieilles bâtisses. Le petit restaurant du bord de mer m’a semblé fade, je n’arrivais pas à avaler. 

J’ai beaucoup parlé durant cette dernière balade, certainement pour me rassurer ou étouffer le silence de cette nuit de février. J’aurais voulu que le temps s’arrête mais j’avais beau fermer les yeux, les aiguilles de ma montre semblaient s’affoler. 

Nous avons pris la route de l’aéroport et je me suis retournée pour regarder une dernière fois les lumières de Tel-Aviv. Les larmes ont brouillé mon regard mais Tel-Aviv reste imprimé dans ma mémoire.

Quand l’avion a décollé j’ai réalisé que tout était terminé et que je laissais derrière moi 8 années d’une vie merveilleuse. 

Le lendemain j’arrivais en France et tout me semblait si étrange, aux antipodes de ce que je venais de quitter.

Ca fait 4 ans et même si je fais semblant, je ne me suis toujours pas habituée.

16 commentaires:

  1. C'est vibrant, comme toujours, ce billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien oublié, ni le bruit, ni les odeurs ni les couleurs....

      Supprimer
  2. Parfois il ne faut pas se retourner et regarder devant, c'est ce que j'ai fait en quittant l'Algérie il y a 30 ans, pourtant je n'y étais resté que 5 ans...

    RépondreSupprimer
  3. Déjà 4 ans, il me semble que c'était hier que tu nous racontais cet épisose

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui déjà 4 ans, c'est fou ce que le temps passe vite....

      Supprimer
  4. D'accord avec Jeanmi.
    Les souvenirs, ça se raconte ou ça se garde, mais il ne faut vivre dedans.
    Cela dit, je reconnais qu'il faisait beau, là-bas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Autre qualité de vie, autres gens.... autre tout....

      Supprimer
  5. Je suis montée dans l'avion en pensant revenir dans 15 jours et tu connais la suite...heure-bleue...

    RépondreSupprimer
  6. Ne désespères pas... tu y retourneras ;-)
    bisoux
    Le Lion

    RépondreSupprimer
  7. Il y a peu de temps que je viens ici, je te connais très peu, je sais maintenant d'où tu viens. Difficile de se refaire une vie ailleurs sans penser à "l'avant"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une vie totalement différente alors c'est vrai que c'est compliqué mais j'ai besoin de penser à l'avant pour pouvoir rêver à l'après....

      Supprimer
  8. Je comprends Ysa, et compatis...

    RépondreSupprimer
  9. J'y retournerais.... et tu es le bienvenu, je sais que ça te plaira

    RépondreSupprimer

Caquetages