mercredi 22 mai 2013

Les maisons de là bas...




La villa était grande, lumineuse, fonctionnelle, il manquait juste un bout de jardin avec de la pelouse où il y aurait pu y avoir une petite piscine, mais il ne fallait pas en demander de trop non plus, une villa de 250 m2 c’était déjà le paradis pour vivre et l’enfer à nettoyer. 


La bâtisse était imposante mais possédait des formes légèrement arrondies qui adoucissaient l’ensemble. Elle avait un toit plat, un toit terrasse comme pratiquement toutes les maisons méditerranéennes et quand le soleil venait se perdre sur les murs, elle brillait de mille feux.


La terrasse était intenable en pleine journée, la tonnelle de toile ne suffisait pas à nous protéger du soleil et nous attendions le soir pour venir y paresser. Quand la nuit commençait à tomber on entendait le chant des grillons et leur douce mélodie m’apaisait. Nous dinions presque tous les soirs dehors, c’était un moment agréable, certainement l’un de mes préférés. 


De chaque côté de la bâtisse il y avait un peu de terrain où nous avions planté toutes sortes de fleurs,  un olivier déjà âgé  se pavanait, il savait qu’il avait mes faveurs et je ne cessais de le contempler. Des fleurs colorées  couraient sur le mur, un mur qui entourait toute la maison, un mur de hauteur d’homme qui n’avait pas intimidé les jeunes venus voler notre Perroquet.


L’immense porte d’entrée n’était pas bien vaillante mais elle avait un charme fou et faisait du bruit quand on la poussait. A gauche la cuisine, à droite la salle à manger et le salon dans lequel on accédait en descendant trois marches très larges. J’adorais ces marches, je trouvais ça original et classe d’avoir une pièce qui n’était pas au même niveau que les autres.


Le salon et la salle à manger étaient dotés de grandes baies vitrées dont les volets étaient souvent fermés pour empêcher le soleil d’entrer et de chauffer une maison qui était déjà brulante aux premières lueurs du jour.



La cuisine grande et fonctionnelle ne me plaisait pas, elle avait pourtant plein d’éléments qui permettaient un grand rangement mais je ne supportais ni la matière qui ressemblait à du formica, ni la couleur qui s’approchait plus d’un blanc un peu vieilli que d’un beau blanc bien net !! Il fallait pourtant faire avec !! 


Un escalier menait à l’étage qui desservait quatre chambres dont une suite parentale avec un dressing et une salle de bains et une autre salle de bains encore plus grande. Deux chambres se partageaient une immense terrasse sur laquelle nous allions rarement. Lors de notre arrivée j’avais pensé qu’elle serait l’endroit idéal pour bronzer mais vu la chaleur qui y régnait, j’ai vite renoncé !! 


Je ne sais pas si j’ai véritablement aimé cette maison, elle était bien trop grande, trop froide, trop impersonnelle, il lui manquait une âme que je n’ai jamais réussi à lui donner. Nous avions pourtant mis de la couleur, de la douceur, de la chaleur…. 


Nous avons passé trois ans dedans, quand nous sommes partis pour nous rapprocher de Tel-Aviv je n’ai eu aucune peine à la quitter, je crois que je ne me suis même pas retournée pour la saluer et je le regrette parce qu’avec du recul il est évident que je l’aime cette maison…..


Aucun recoin ne m’échappe, ma mémoire est intacte, je saurais encore dire où étaient rangés les assiettes, ce qu’il y avait dans les salles de bains, la décoration des murs…. Ça fait presque 11 ans pourtant…..



La prochaine fois si tu veux,  je t’emmène visiter la deuxième, j’en ai eu 5 durant mes 8 ans là bas .. y a de quoi expliquer !!

vendredi 3 mai 2013

Arnaques and co...



Non, pour une fois je ne suis pas celle qui a été arnaquée, je suis en pause là pour l’instant et j’espère bien y rester, faut pas toujours que ça tombe sur les mêmes hein !!


C’est fifille qui s’est fait escroquer et en beauté. Elle vient de prendre un petit studio dans une grande ville (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux c’est comme tu veux) et elle a décidé tout simplement de changer la serrure de la porte d’entrée. Bon,  jusque là rien d’anormal, en général quand on loue un truc c’est une des premières choses que l’on fait, au cas où, malencontreusement, des clés traîneraient ailleurs.


Fifille a fait appel à un serrurier, tant qu’à faire, un serrurier ça marchera mieux qu’un plombier quoi que….. sur ce coup là je me le demande !! 


Comment pourrait-on appeler ce serrurier ? Raoul c’est déjà pris et puis Raoul quand même personne ne lui arrive à la cheville en matière de chapardage, donc on a qu’à l’appeler Marcel… ça te va Marcel ? 


Marcel arrive sur place et Fifille lui explique qu’elle a besoin que l’on change la serrure, elle aimerait un devis parce qu’elle n’a aucune idée des prix. Fifille aurait mieux fait d’appeler maman sur ce coup là mais elle se dit que pour une serrure et trois clés y a pas de quoi fouetter un chat !!


Marcel qui a bien senti que fifille serait une proie facile -puisque inculte en matière de serrures- en profite pour étaler sa science qui à  mon avis est loin d’être infuse. Il rédige un devis avec une serrure….qui…. dépasse les 500 €uros.
Fifille s’étrangle, elle n’a pas une telle somme à mettre pour une serrure, alors elle se ravise et informe Marcel qu’elle va réfléchir, mais Marcel n’est pas enclin à lâcher l’affaire, tu parles il a senti le coup venir et là il se dit que c’est le moment !!  

Il sort le grand jeu Marcel, il argumente, il embrouille, donne des chiffres, énonce des normes et fait croire qu’il va faire des réductions. Il joue sur le côté sécurité, le quartier n’est pas très sûr et en plus regardez Mademoiselle, cette porte à déjà du être vandalisée, voyez un peu les traces. Non, quand on vit toute seule dans une grande ville faut se protéger !! 


Comme la demoiselle est sympa il ne va pas compter les frais de déplacement, parce que si elle prend le temps de réfléchir et d’accepter le devis plus tard, là forcément il y aura 60 €uros en plus, mais s’il change la serrure tout de suite, et bien la demoiselle économise 60 €uros. En plus ça tombe super bien, il a la serrure dans son camion dis donc…. Elle est pas belle la vie !!


Alors bon gré mal gré et un peu précipitée par les évènements, fifille accepte et lui demande d’encaisser le chèque vers le 10 du mois, parce qu’elle n’a pas un gros budget, elle vient seulement de se trouver un job. Quel homme adorable ce Marcel, il accepte tout de suite et en deux coups de tournevis, la serrure est changée.


Prise de remords, fifille décide de nous appeler et là bien sûr, stupeur et colère de notre part. Nous lui indiquons tout de suite qu’elle s’est faite arnaquer, qu’elle aurait du nous appeler avant et que maintenant il ne faut pas laisser ça là, il n’est pas question de mettre une serrure d’un tel prix pour un studio dont elle n’est que la locataire. Quand elle m’annonce le type de serrure et que je file sur Internet je comprends tout de suite, Marcel lui a mis une serrure digne de Fort Knox, sauf qu’elle c’est dans un petit 20 mètres carrés qu’elle vit !! 

Forte de mes informations et des conseils qu’on lui donne, Fifille décide de recontacter la serrurerie, et si besoin est, on interviendra après.


En plus d’être un escroc, Marcel est de mauvaise foi et il se pourrait bien que son patron soit du même acabit. Fifille a passé de nombreux coups de téléphone hier et ça n’avance pas, on la balade, on a pas le temps, on lui répond n’importe quoi, on essaie de l’impressionner.

Ce matin, une belle lettre recommandée avec A.R. a été adressée au patron de Marcel, en mentionnant le droit de rétractation des 7 jours, en demandant une serrure moins onéreuse, en proposant une solution amiable et en insistant sur le fait que si jamais il n’y a pas d’accord, des procédures seront engagées.


Je vais construire une grande cellule, je vais y mettre Raoul, Marcel et tous les arnaqueurs que je connais et je vais jeter la clé !!