dimanche 7 avril 2013

Yom HaShoah

Lorsque nous sommes arrivés à Auschwitz, Menachem marchait en tête de file. Toute la délégation l'a salué. Il a été tellement touché qu'il a fondu en larmes.

Ensuite, toute la délégation s'est assise dans l'une des casernes. Menachem, notre témoin, a alors commencé à nous raconter son histoire, tout le monde a été très ému.

Lorsque la cérémonie s'est terminée, le sol était déjà couvert de glace. J'étais inquiet pour Menachem alors j'ai appelé une voiture pour qu'elle le conduise.

C'est à ce moment qu'il m'a regardé et dit :

"D'Auschwitz, je ne pars qu'à pied" 

Et il a marché tout le chemin.....    
Le général Amir Aboulafia, chef de la délégation de l'armée israélienne des commandants de compagnies et de bataillons présents en Pologne. 

Texte et photo extrait de : Tsahal, armée de Défense d'Israël 


                                 
Ces quelques lignes parce que ce soir débute en Israël les commémorations de Yom HaShoah et que ce texte m'a émue. 

Respect Menachem.

12 commentaires:

  1. émouvant, oui bien plus que ça....
    bises
    le Lion

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Admiration sans limite pour Menachem..

      Supprimer
  2. Respect Ysa, souvenirs...je t'embrasse bien fort...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui un énorme respect pour cet homme qui a vécu l'horreur et qui a survécu...

      Supprimer
  3. Très émouvant et le mot est faible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a toujours du mal à trouver les mots dans ces cas là

      Supprimer
  4. Un grand respect pour ce GRAND homme ! Sans oublier tous les autres : d'abord ceux qui ont péri et juste après, ceux qui ont survécu.

    Et soudain tant de tracas paraissent si futiles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que tout semble futile à côté de ça...

      Supprimer
  5. Je me souviens du silence, étonnant lorsqu'on connait Tel Aviv, de notre posture, finalement, à part l'hébreu, je n'ai rien oublié..heure-bleue....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas oublier ce silence et le son strident de la sirène qui nous glace le sang... c'est un moment d'immense émotion.... j'essaie de ne pas oublier l'hébreu mais quand on ne pratique plus forcément ça marche moins bien. Quand j'y retournerais, je me reprendrais des cours à l'oulpan.

      Supprimer
  6. oui !! je l'avais lu sur FB ! émouvant !

    RépondreSupprimer

Caquetages