dimanche 8 janvier 2012

Réveillon raté

Nous avions fait notre aliya 4 mois plus tôt et j’étais au plus bas moralement, même si l’arrivée de fiston pour les fêtes me mettait un peu de baume au cœur.

Nous avions décidé de fêter l’an neuf dans la station balnéaire d’Eilat, tout le monde se réjouissait et en particulier les filles qui allaient pouvoir profiter de la piscine de l’hôtel et du soleil omniprésent pour un mois de décembre. Au programme, balade dans le désert, visite de l’aquarium, shopping et feu d’artifice pour la fête,  de quoi en ravir plus d’un.

Je n’ai jamais aimé ce passage entre le 31 décembre et le 1er janvier, pourquoi, c’est un mystère. Lors du réveillon de la Saint Sylvestre, on est censé s’éclater et commencer la nouvelle année avec de la joie, un bon repas, des bulles et tout ce qui va avec…. Je ne garde pas de souvenirs extraordinaires de fêtes où je me suis éclatée, à part peut-être une ou deux…..  Sur 49 ans de vie ça ne fait pas beaucoup, ce qui explique peut-être le pourquoi de mon adhésion à reculons vis-à-vis de ce moment particulier où il faut se dire bonne année. J’avoue que les 12 coups de minuit, les compte à rebours et autres, ça me stresse.

Quoi qu’il en soit, ce 31 décembre 2002 aurait pu être plus que sympathique, je dirais même royal, parce que tous les ingrédients étaient au rendez-vous. Nous étions partis le matin et la traversée du désert nous offrait de belles couleurs, un soleil magnifique et une température qui flirtait avec les 25 degrés. L’hôtel que nous avions réservé était agréable et proposait plein d’activités,  c’est la première fois que nous allions passer un nouvel an au soleil et, cerise sur le gâteau,  nous étions tous réunis.

Depuis notre arrivée en Israël si chacun avait trouvé ses repères, je n’avais toujours pas trouvé les miens. J’avais laissé mon travail, je n’avais plus de statut social, j’avais laissé mes amies, la solitude me bouffait petit à petit le peu d’énergie qui me restait, je ne maîtrisais pas la langue ce qui me donnait l’impression d’être une parfaite analphabète, j’avais laissé fiston en France et même si c’est lui qui n’avait pas voulu venir, je ne pouvais m’empêcher de culpabiliser.

Chaque jour je sombrais un peu plus, me demandant à quel moment je toucherais le fond et malgré la joie d’avoir tout le monde à mes côtés,  malgré les efforts incessants de mon conjoint pour m’étonner et m’épater, je n’arrivais pas à me sortir de cette déprime.

Il était 19 heures et tout le monde se préparait, nous avions prévu de dîner et ensuite d’assister au feu d’artifice qui se déroulerait sur la mer. Je ne me souviens pas de m’être particulièrement apprêtée alors qu’il est de coutume ce jour là de briller. En fait j’avais hâte que tout ce simulacre se termine, hâte d’aller enfouir ma tête dans l’oreiller et de m’endormir pour ne plus penser.

Je ne me souviens pas du repas, je crois que mon humeur maussade n’avait pas aidé à mettre de l’ambiance, j’essayais bien de faire des efforts mais je n’y arrivais pas.  J’avais les yeux rivés sur la montre et j’appréhendais les 12 coups de minuit et le moment où il faudrait se souhaiter la bonne année car je savais que je fondrais en larmes.

La petite dernière n’avait que trois ans et vers 23 h 30 commençait à montrer de signes évidents de fatigue. J’avais trouvé là un échappatoire et je m’y engouffrais bien vite. Ainsi je laissais tout le monde aller voir le feu d’artifice sans moi et malgré l’insistance de mon mari à me remplacer dans cette tâche, parce qu’il ne voulait pas me priver des réjouissances, je ne me laissais pas fléchir, bien décidée à être couchée pour ces 12 coups de minuit qui pour moi représentaient l’enfer.

La petite s’est tout de suite endormie. A minuit j’ai entendu les premiers pétards et des bribes de bonne année. J’ai ouvert la fenêtre, au bord de la piscine les gens s’embrassaient, les verres s’entrelaçaient, les bouchons de bouteilles virevoltaient.  Le ciel au dessus de la  Mer Rouge s’est embrasé d’un coup se parant de magnifiques couleurs. Le spectacle était féérique, les gens applaudissaient, riaient, ils étaient si heureux et je me souviens avoir pleuré sans retenue. Mon conjoint est bien vite rentré, il a laissé les jeunes s’amuser, il ne voulait pas faire la fête sans moi. Je me suis cachée dans mon oreiller, étrange façon de commencer l’année.

Quand je repense à ce premier réveillon en terre promise je me rends compte à quel point j’étais stupide de ne pas profiter à fond de ce moment. Depuis je rêve de le refaire, je sais à quel hôtel je descendrais et je connais déjà mon emploi du temps. Il faudra que l’on soit tous réunis pour que la magie opère, je pense même que je me permettrais quelques pas dans l’eau et que je profiterais du bord de plage, la tayelet d’Eilat est sublime et toujours animée, impossible de s’ennuyer, impossible de ne pas aimer.

Oh la la, j’ai plein d’idées, reste à savoir en quelle année je vais concrétiser !!!

16 commentaires:

  1. J'espère que tu arriveras à concrétiser ce voeu.
    En tous les cas, ton texte est très beau et bien écrit et surtout j'ai ressenti toutes tes émotions

    RépondreSupprimer
  2. fais vite pour concrétiser, je vieillis moi, et demain je pars en voyage pour 8 jours :-)))

    bon, 8000 s'ennuie de toi et Victoire aussi :-)))

    ah ces jeunes ! je prendrai le temps de te lire à l'hosto , ça aura ça de bien, que ça à faire :-) bisous ma blonde Ysa

    RépondreSupprimer
  3. Moi non plus, je n'aime pas trop cette période de fêtes... je ne sais pourquoi...
    je me souviens nous en avions passé une ensemble chez ta grand mère , metche, nous étions bien jeunes....
    gros bisoux
    le Lion

    RépondreSupprimer
  4. Et bien, 10 ans après, c'est mon tour : le passage 2011-2012 n'a rien représenté pour moi et surtout n'a rien apporté...
    C'est la 1ère fois que les souhaits de bonne année m'insupportent ! Je ne réponds même pas à ceux qui me les souhaitent car ils n'ont aucun sens pour moi !
    Ma Belle Blonde, j'espère de tout mon coeur que tu retrouveras très bientôt le pays qui a gardé une grande partie de ton coeur en ôtage et que tu y célébreras tous les jours importants dans la joie !
    Bé ezrat achem !!!

    RépondreSupprimer
  5. Il ne faut pas attendre, pourquoi pas l'an prochain... Belle journée... Amicalement

    RépondreSupprimer
  6. Je te souhaite de réaliser le plus vite possible ce réveillon futur.

    RépondreSupprimer
  7. Moi aussi je ne suis pas fan de cette nuit de la St-Sylvestre. On devait rien faire , mon frère nous a invité au dernier moment. Nous sommes rentrés à 2h avec un voisin ss scupule pour faire vibrer mes murs et mes sols. à 3h30 la musique etait tjrs aussi forte, j'ai dû demenager ma fille et mon neveu de chambre car on aurait cru que la fête se passait ds cette chambre. la suite?... ahhhh je peux dire que 2012 commence mal avec mon voisin!
    Bises Ysa et meilleurs voeux

    RépondreSupprimer
  8. C'est vrai qu'il y tant de choses que l'on regrette !!! Mais tu te rattraperas j'en suis certaine et ton rêve se réalisera. Ce sera le plus beau réveillon !
    Mille pensées ma Havera et gros bisous

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Ysa ! En lisant ton récit (toujours bien écrit, je savoure !) de ton premier réveillon de la St Sylvestre en Israel , je partage aussi ton sentiment de malaise vis à vis de cette "fete obligatoire " ou l'on est (comme tu l'écris) censé s'éclater dans la joie en buvant des bulles . j'aime les fetes improvisées ! Il n'y a rien de mieux !

    je te souhaite une belle semaine et j'en profite pour te remercier de ton passage et de ton commentaire sur mon nouveau titre .

    RépondreSupprimer
  10. boudeuse va! c'est dingue comme on peut apprécier tout ce qu'on a plus !!!!!!!

    RépondreSupprimer
  11. Juste le temps nécessaire pour tout organiser comme tu le veux et vous y serez. Les rêves sont fait pour être réalisés, peu importe le temps qu'on met à leur mise en place ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Coucou Ysa, mon rêve d'aller dans cette région du monde, pour plein de raisons...merci de tes gentilles visites durant mon manque de connexion, maintenant va falloir que tu supportes mes petits cousous, tant pis pour toi, désolé...plein de bisous, et bonne fin d'après midi...

    RépondreSupprimer
  13. je n'aime pas Eilat mais comme je te comprends, j'ai vécu analphabète, j'ai toujours pris le bus en me répéranr à certains paysages mais je n'ai plus de nostalgie, j'aimerais juste retourner la bas en touriste.. heure-bleue...

    RépondreSupprimer
  14. Bien le bonjour ysa, j'espère que ton petit séjour à la montagne sera ensoleillé, et que tu auras un peu de neige, alors plein de bisous et bonne journée...

    RépondreSupprimer
  15. Juste un petit coucou en passant ma Havera.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer

Caquetages