dimanche 27 novembre 2011

Robert


Il est 10 h 20, le salon Beauté et Bien être vient d’ouvrir ses portes et déjà les premiers clients se pressent. Je suis en train de faire une facture lorsque mon portable sonne, c’est Jules qui décroche et au bout du fil, c’est notre fournisseur Israélien. 

Le dialogue se déroule en hébreu ce qui bien vite attire l’attention des visiteurs mais surtout des exposants voisins. Toujours occupée avec ma cliente, je vois un couple d’un stand en diagonale du nôtre nous regarder et j’entends murmurer « mais oui, il parle en Hébreu ».

Bien vite l’exposant vient nous voir, « je vous ai entendu parler en Hébreux, vous êtes Israéliens ? Nous habitons Ashdod avec mon épouse. Mon cœur bat la chamade, des compatriotes là sur le stand de cette exposition c’est à peine croyable. 

Bien vite nous lions connaissance et je suis tellement heureuse de rencontrer des Israéliens que je laisse choir les clients qui attendent patiemment qu’on vienne leur donner des explications. Heureusement que mon binôme est là.

Je m’appelle Robert, on a fait notre aliya il y a plus de trois ans maintenant et j’ai hâte de rentrer en eretz parce qu’ici tout me pèse, dans 3 semaines on rentre chez nous, j’ai accompagné ma femme pour le boulot. On fait des allers retours pour les expositions.  Il dit ça simplement et posément et le « j’ai hâte de rentrer en eretz » réveille les battements de mon cœur, Robert ne sait pas que moi aussi j’ai hâte de rentrer, que moi aussi tout me pèse, mais que pour l’instant ce n’est pas à l’ordre du jour…. Forcément ça me rend triste.

Robert me parle d’Ashdod qui a bien changé, je connais tous les endroits qu’il me décrit puisque j’y ai vécu un peu plus de trois ans. Je visualise l’appartement ou il vit dans le quartier de Tel Haï, il me donne les dernière nouvelles et l’on se rend compte à quel point le monde est parfois petit, on a des connaissances communes là bas.

Robert s’anime quand il parle d’Israël, c’est magique et il m’entraîne avec lui dans ce pays que j’ai quitté il y aura bientôt deux ans. Puis il m’annonce timidement qu’il n’est pas juif, j’ai envie de lui dire que ça ne se voit pas et que peu importe sa religion parce que lorsqu’il parle d’Israël c’est son cœur que l’on entend et il s’en dégage une intense émotion. 

Quand Robert parle d’Israël, il a des étoiles plein les yeux et du soleil dans la voix.  Quand il explique tout est magique. Robert nous berce avec des mots sublimes et on sent l’amour infini qu’il porte à ce pays.  Je viens de trouver mon double au masculin, je lâche mon stand et file sur le sien pour aller visionner des photos.

On parle de tout, on parle de rien, on est fiers d’être Israéliens, on fait de grands gestes, on parle fort,  le parcours de Robert ressemble au mien.  Ca fait du bien et ça fait mal. Parfois l’émotion est trop forte, les yeux de Robert brillent, les miens sont larmoyants. 

Les larmes finissent par couler, d’abord timides elles se terminent en pleurs, des pleurs de bonheur, des pleurs de regret, quand on parle d’Israël je ne sais pas me contrôler, je me rends compte que ça devient de plus en plus difficile et le temps n’est pas prêt de m’aider, il creuse jour après jour, un immense fossé qui ne cesse  de s’éroder.

Robert nous invite chez lui, on échange nos coordonnées, je forme le vœu de pouvoir y aller.

Rencontrer des compatriotes ça fait tellement de bien mais ça met le doigt sur tellement de souvenirs qui à force deviennent douloureux que je ne sais plus. Je suis contente et triste à la fois. Les mots de Robert m’apportent du bonheur mais réveillent aussi en moi de terribles maux. Il faut pourtant se reprendre, sur une expo je ne suis pas certaine que mes yeux larmoyants puissent attirer la clientèle.

On va pourtant cartonner un max, on est débordés durant ces trois jours, pas le temps de déjeuner le midi, on rejoint notre chambre d’hôte archi crevés le soir, mais c’est que du bonheur. Notre stand attire la foule, les gens sont intéressés et très réceptifs, quel plaisir de pouvoir leur parler, leur expliquer, leur faire toucher et tester..... c'est une des premières fois que l’on travaille comme ça sur une expo, on croit rêver….. 

Peut-être qu’il y a une étoile au dessus de notre stand, une toute petite étoile très discrète qui indique le chemin et comme je suis une grande rêveuse..... je me plais à imaginer que c’est Robert qui nous la envoyée.

17 commentaires:

  1. Je pense que j'ai pris presqu'autant de plaisir à découvrir cette rencontre que tu en as eu de la ressentir...
    Il peut arriver parfois, à un moment inattendu, qu'une personne entre dans ta vie, comme ça, tout naturellement, parce que son coeur s'est adressé au tien ; et que ces 2 coeurs parlaient peut-être le même langage, et je ne parle pas QUE de l'hébreu...
    Une personne que tu ne connaissais pas quelques jours auparavant et dont le chemin n'avait pas vraiment de raisons de rencontrer le tien et qui pourtant, en quelques échanges, a éclairé ta journée et sûrement beaucoup d'autres à venir...
    C'est étrange ma Belle Blonde, comme ça me fait penser à quelqu'un !!!
    Dan.

    RépondreSupprimer
  2. Triste et beau à la fois. TU nous as fait partager un moment de ta vie plein d'émotion.
    J'espère que tu réaliseras ce rêve d'y retourner

    RépondreSupprimer
  3. je suis très émue de ce que tu nous racontes, c'est merveilleux, il n'y a pas de hasard, quand on doit se rencontrer ça se fait !
    je ressens ce que tu écris , en plein cœur , cet amour qui grandit chaque jour en toi de ton pays, comme moi pour la Guyane qui me manque au delà des mots... je en suis pas Guyanaise de sang, mais de cœur et le coeur , c'est la vie

    je suis si heureuse pour toi, crois en tes rêves, chaque jour Ysa...et en plus je suis vraiment contente que votre travail marche de mieux en mieux car pour utiliser vos produits, je peux affirmer qu'ils sont excellents

    bisous ma blonde amie

    RépondreSupprimer
  4. Oh ma Havera, tu m'as donné le frisson et fais monter les larmes aux yeux ! Que du bonheur +++
    C'est votre joie (et vos produits of course) qui ont attiré les clients à la pelle et non Robert (qui y est pour quelque chose cependant car sans cette rencontre vous n'auriez pas été si heureux) ... Un visage rayonnant attire plus qu'une tronche de cake ... lol !
    Ravie oui ravie pour vous +++

    Gros bisous et aussi bonne semaine que ces trois derniers jours !

    RépondreSupprimer
  5. Tu verras, tu retourneras un jour en Israël...Je te le souhaite...heure-bleue...

    RépondreSupprimer
  6. C'est pas un des rois mages Robert ? si! tu sais, le quatrième qui vous guidera vers votre terre promise !
    Jo

    RépondreSupprimer
  7. je me réjouis pour toi, un carnet de commande bien rempli c'est bon pour le moral.

    RépondreSupprimer
  8. T'es sûre que Robert ne s'appelle pas Albert ?

    RépondreSupprimer
  9. Depuis le temps que je te le dis ici, et d'autres que moi aussi, mais oui, tu as une petite, et je dirais même un grosse étoile qui veille sur toi !
    N'aie pas peur, tu retourneras là-bas, c'est écrit quelque part et ça j'en suis sûre aussi !!!!!
    Je t'embrasse !!!

    mdr le mot à recopier ECCESSUR !!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  10. Ysa simplement te dire ♥♥♥♥♥♥

    RépondreSupprimer
  11. c'est une bonne nouvelle!! le monde est petit tout de même, cette rencontre parait providentielle!

    RépondreSupprimer
  12. Moi ce que je vois de possible c'est que comme lui , vous pourriez être de deux pays, quand vous serez lancés, partager votre année dans les deux pays, parce que finalement qui mieux que vous parlez de vos produits hein ! gros bisous

    RépondreSupprimer
  13. le vent tourne je pense...

    RépondreSupprimer
  14. Si, il vient de le réclamer !!!

    RépondreSupprimer
  15. Bonsoir Ysa ! Une jolie rencontre ! Voilà qui prouve que se rendre au salon de la beauté et du bien etre peut aussi etre bénéfique pour le bien etre intérieur : Robert en est la preuve !

    RépondreSupprimer
  16. Petit coucou rapide Ysa, suis en wifi avec mon portable au café du coin...bisou et bonne soirée..ps : t'as les mêmes à la maison ? j'arrive de suite...

    RépondreSupprimer
  17. Tu penses toi que l'on peut penser à Israël sans avoir des étoiles dans les yeux ? Je n'y suis jamais allée, mais j'ai l'impression que c'est réellement une terre magique indépendamment de la religion. Ysa, tu as un bout de ton pays en toi et tu le garderas jusqu'à ce que tu retournes là-bas !
    En attendant, tu viens quand cartonner en expo dans le sud ???
    Bisous !!!!

    RépondreSupprimer

Caquetages