mercredi 2 novembre 2011

La maison des vivants


Comme beaucoup en ce jour de Toussaint j’ai pris la direction du cimetière, je ne l’avais jamais fait auparavant puisque j’étais loin et de toutes les façons je n’ai pas besoin de ça pour penser aux êtres chers qui sont partis.

Je suis allée saluer Metche et Petche, et si j’ai l'habitude de mettre une bruyère ou une lavande quand je me rends sur une tombe, cette fois  j’ai déposé des pomponettes, va savoir pourquoi….. à cause de mon binôme peut-être qui était pressé quand on est allés à la serre et qui ma fait un cours magistral sur le fait que je mettais un temps fou à choisir, que ce n’était pas important et que de toutes façons, ni Petche, ni Metche ne viendraient me dire quoi que ce soit sur le choix de mes fleurs. 

Comme il m’a énervée, du coup ca a été vite fait,  c’est bien la première fois que j’achète ce genre de fleurs, pas que je les trouve moches, mais je les trouve banales, puis il y en a partout, j’aime sortir du moule et ne pas faire comme les autres, du coup mes fleurs à pompons ça m’a contrariée.

J’ai choisi une jaune vif pour Petche et une dans les tons violine pour Metche, elles étaient bien fournies et volumineuses, ce qui m’a un peu consolée malgré tout. Les pompons tiendront mieux que ta bruyère ou ta lavande, surtout avec le gel me suis-je dit pour me conforter dans mon choix.

J’aime me promener dans les cimetières, ma préférence va aux cimetières de campagnes, ces petits cimetières en pleine cambrousse où le temps semble s’arrêter. Les cimetières de ville ne m’attirent pas, trop impersonnels, presque anonymes, trop grands, trop tristes.

Le cimetière où reposent Petche et Metche n’est ni grand, ni petit, c’est le dernier cimetière avant la frontière Belge, le petit cimetière de Bray-Dunes, il est calme et tranquille, presque accueillant, je le trouve beau.  C’est le cimetière que j’ai toujours connu durant mon enfance. Metche m’y emmenait, il y avait toujours quelqu’un à aller honorer d’un bouquet de fleurs et d’autres à aller saluer. Elle y aurait passé des heures, certainement que j’ai hérité d’elle cette prédilection pour ce lieu hétéroclite.

J’avais envie de m’y promener mais la pluie s’est mise à tomber, une pluie fine, un crachin…. Peut-être que Petche et Metche étaient en colère avec mes pomponettes !!!  J’ai réalisé en regardant la tombe que ça faisait 30 ans que Petche était parti, l’année prochaine ça fera 20 ans pour Metche.

Je n’ai pourtant rien oublié, ni le pas de Petche dans l’escalier qui remonte péniblement le grand faitout de soupe de la cave, ni celui de Metche qui va et vient aux quatre coins de la maison. Je n’ai même pas besoin de fermer les yeux pour me souvenir de chaque trait de leur visage. Le chignon gris de Metche, dont les épingles tiennent parfaitement, ses tabliers légendaires à carreaux ou à fleurs, ses infusions à base de plantes, son pot de crème Nivea qui ne la quitte jamais et le café qui ronronne en permanence sur le poèle à charbon, prêt à accueillir le visiteur.

La casquette de Petche, celle avec une belle ancre devant, en bon marin qu’il est, il ne la quitte pas, je n’ai jamais vu Petche sans sa casquette, sauf ce jour terrible  où il repose dans son cercueil…. Quand il est en colère, sa casquette part légèrement de travers, mais Petche est rarement fâché, c’est une bonne pâte, il arrive que Metche dépasse un peu les limites, il élève légèrement la voix et l’affaire est réglée. 

Qu’est devenue cette casquette, elle doit être quelque part dans une armoire de la maison, il faudrait que j’aille voir, j’y trouverais certainement ses chemises molletonnées à gros carreaux et tout un tas d’autres affaires, à moins que Tonton ait tout jeté. 

Ma mémoire est intacte,  je peux remonter très loin dans mon enfance, sans faire aucun effort, certainement parce que Petche et Metche ont pour moi beaucoup compté et que ce sont mes plus belles années à leurs côtés. 

Il y a cependant une chose que j’ai oublié et qui tout à coup m’a rendue triste, c’est le son de leur voix, j’ai beau triturer ma mémoire dans tous les sens, rien à faire, je n’arrive pas à retrouver les intonations ni les sons de l’un ou de l’autre…. Peut-être que ça fait trop longtemps maintenant……la seule chose dont je me souvienne, c’est qu’ils parlaient en flamand, c’est d’ailleurs pour ça que je le comprends…..

Que reste t’il au fond de tous ces gens qui reposent dans ces boites sous terre,  des souvenirs, des noms et des dates gravés sur des plaques, signe de leur passage sur terre, j’ai réalisé qu’un jour moi aussi je dormirais quelque part, où et quand, je n’en sais rien mais ça m’a fait peur.

J’ose espérer que Petche et Metche me voyaient de là haut, j’ai regardé le ciel attendant un signe qui n’est pas venu..... Je me demande s’ils ont aimé les couleurs de mes pomponettes !!!!

21 commentaires:

  1. Moi aussi je passe du temps à attendre des signes qui ne viennent pas. Bisous Ysa.
    Joëlle

    RépondreSupprimer
  2. encore un beau texte, bien composé en boucle avec son leivmotiv des pomponettes !! ca fait peur, hein ? le jour où on prend conscience de la mort, de sa propre mort ?

    RépondreSupprimer
  3. Je connais ce lieu... j'ai souvent pris pension à De Panne lorsque j'allais en chantier à Usinor-Dunkerque.

    Je serai incinéré et mes cendres iront sur le Vercors, au pieds des 3 Pucelles en même temps que Sydney Bechet jouera:" Et maintenant à moi de payer"...Comme cela, de Grenoble, les miens n'auront que la tête à tourner pour penser à moi....

    belle journée chez toi.

    RépondreSupprimer
  4. Coucou Ysa, bien sûr qu'ils ont apprécié ton geste, tu peux être sûre de ça..bisou et bon am...

    RépondreSupprimer
  5. je suis sûre qu'ils ont aimé tes fleurs

    RépondreSupprimer
  6. Pas de doute qu'ils aient aimé tes fleurs puisqu'il t'aiment. Si tu n'as pas reçu de signe immédiat c'est peut-être que Metche préparait le café et que Petche observait un bateau. Pour moi, la pluie est un signe évident de présence, celui peut-être que ta place n'est pas dans ce cimetière à promener ta mélancolie, elle est de l'autre coté du mur, avec les vivants.
    J'aurais aimé boire un café à coté du poêle à charbon.

    RépondreSupprimer
  7. La voix c'est ce qui s'efface le plus vite de la mémoire et on a beau chercher rien ne vient.

    RépondreSupprimer
  8. Les souvenirs d'Antan, c'est magestueux, les odeurs, les objets les expressions tant de choses qui les caracterise. J'adore quand ma maman me parle de sa maman.
    Biz mon Ysa

    RépondreSupprimer
  9. Certaines personnes signent leur passage par une trace, sur quelqu'un, et qui ne sera jamais effacée.
    Parfois on ne comprends pas pourquoi et parfois on ne comprends pas comment il pourrait en être autrement.

    Ma Belle Blonde, ce n'est pas le plus important que tu ne te souviennes plus de leur voix : le plus important est que tu te souviennes d'eux...
    Dan.

    RépondreSupprimer
  10. Coucou Ysa, bisou du samedi, passe un bon week end...

    RépondreSupprimer
  11. Bonsoir Ysa ! Merci pour ce beau texte dédié à nos chers disparus . Reparler de celles et ceux qui ne sont plus les fait encore vivre en chacun de nous ! Je suis intimement persuadé qu'ils continuent à vivre ...quelque part . J'y crois et je te remercie Ysa ! Belle soirée !

    RépondreSupprimer
  12. JOELLE : Je crois qu'on est tous un peu comme ça, après on peut interpréter à sa façon et voir les choses comme des petits signes...

    MAE : Oui ça fait peur, et pourtant on y passera tous.... le plus tard sera le mieux...

    PATRIARCH : Tu as déjà tout prévu, remarque c'est plutôt sympa....

    LE PIERROT : Metche aimait toutes les fleurs je crois....

    LILIPLUME : Oui peut-être que la pluie était là pour les arroser, j'avais oublié de le faire et la terre était un peu sèche !!

    CATHY : Oui j'aime à penser que Metche préparait son café, je la vois en train de moudre le grain dans son vieux moulin... et Petche qui répare ses filets de pêche !!!

    BRICO GIRL : Oui c'est fou, je n'y avais jamais pensé....

    VICTORIA : J'adore me souvenir de ces moments avec mes grands parents, je crois que ce sont les plus beaux.

    CARELI : Je ne pourrais jamais les oublier, ils m'ont élevée mes premières années, ils m'ont transmis des valeurs inestimables et je les aime tout simplement....

    JERRY LE MAGICIEN : Pour moi ils sont toujours vivants, même si j'ai oublié le son de leurs voix, les visages sont intacts, les gestes aussi...

    RépondreSupprimer
  13. Coucou Ysa, je passe, je t'embrasse, et j'me sauve, bien occupé en ce moment, car déménagement prévu dans un mois...

    RépondreSupprimer
  14. Petit bonsoir pour te souhaiter un bon week-end.
    En deux mois, j'ai perdu plusieurs membres de ma famille et j'ai du mal à "émerger"...
    De les voir partir, me fait comme toi, je me dit, le temps passe si vite, comme une impression d'être la prochaine...
    Ils me manquent, mais je les porte en moi, comme toi, on pense à eux, et ils restent toujours vivants, même si cela est dure... Mais nous n'avons pas le choix...
    Il est beau ton billet, même s'il me rend très mélancolique...

    RépondreSupprimer
  15. raaaaaaa, tu m'as encore une fois fais monter les larmes aux yeux toi
    moi aussi je me souviens bien de petche et metche, bon moins que toi bien sûr
    je me souviens aussi de l'armoire dans l'entrée , là où il y avait toujours un tas de "snoupres"et des "specks" à grignoter
    et la bonne soupe de metche..
    et le jardin avec les groseilles à maquereaux
    et encore un tas de choses et de moments
    Je suis certaine qu'ils ont aimé tes pomponnettes
    bises
    le Lion

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Ysa, je passe vite fait chez toi, pour te remercier de ton gentil coucou chez moi, et déposer sur ta joue un bisou...bonne journée...

    RépondreSupprimer
  17. je ne l'avais pas encore lu ce billet, et entre temps, je t'ai vu, pour de vrai et nous avons passé un superbe moment ...merveilleux d'authenticité et d'amitié, et je t'ai emmené devant la maison de ma maman qui va si mal...

    alors lire ces mots me ramènent au départ de mon papa trop tôt parti et moi c'était Yaya et Papou, mes grands aprents grecs, que j'adorais..

    le cimetière pour les uns et les autres est si loin...mai sje porte en moi toutes les fleurs à leur offrir, je regarde leurs photos, si souvent , je leur parle et j'ai souvent la sensation qu'ils me répondent ... je comprend si bien ce que tu ressens , et tu m'as parlé de tes grands parents et le marin pêcheur ...!!! et puis tu as déjà si bien écrit sur ta famille

    je t'aime beaucoup Ysa

    RépondreSupprimer
  18. "J’ose espérer que Petche et Metche me voyaient de là haut,"

    Tu as le judaïsme bizarre...

    RépondreSupprimer
  19. Petit passage rapide Ysa, mais je prends le temps de te souhaiter une bonne journée, bisou...

    RépondreSupprimer
  20. Comment vas-tu ma belle depuis le temps ?
    Mille pensées et bisous ma Havera.

    RépondreSupprimer
  21. LE PIERROT : Alors passe vite et dépêche toi de faire tes cartons !!

    VIRGINIE : Le temps passe mais leur image ne s'estompe pas, au début on pleure en évoquant les souvenirs et avec le temps, on en parle plus facilement on se surprend même à en sourire....

    JOJO LE LION : L'armoire à snoepr, un régal, des mars, des rochers suchard et tout un tas de bonbons, une tuerie !!! la soupe de metche, ses tonnes de crèpes, ses gaufres, Petch qui venait me chercher avec son vélo.... on pourrait en écrire des livres....

    NANOU : Moi aussi je t'aime et je sais à quel point tes proches disparus te manquent aussi, d'ailleurs tu as fait de jolis billets sur tes grands parents grecs.

    LE GOUT : Pour moi le jardin d'Eden c'est là haut... l'enfer n'existe pas....

    JO : Merci de ta visite, je ne suis pas encore venue te saluer mais ça ne saurait tarder

    RépondreSupprimer

Caquetages