vendredi 5 août 2011

Un non anniversaire


5 août 2002, nous partions pour un voyage que nous pensions sans retour….. Nous recommencions une nouvelle vie, un nouveau départ qui n’allait pas s’avérer de tout repos mais qui allait nous apporter une sacrée richesse nous en étions persuadés.

 5 Août 2002, je laissais mon poste de responsable du service scolaire d’une mairie à regret, parce que j’aimais ce job plus que tout, j’avais trimé pour obtenir les concours, mais ce qui m’attendait là bas était bien plus beau et bien plus fort et valait bien de faire ce sacrifice j’en étais certaine.

5 Août 2002, nous abandonnions nos amis, je nous vois encore à l’aéroport des larmes plein les yeux, le cœur lourd, nous demandant quand nous nous reverrions. Les proches, les vrais étaient là, ils avaient tenu à nous accompagner pour ce nouveau départ, ils voulaient être là pour vivre avec nous cette aventure peu commune mais tellement belle.

5 Août 2002, Chat, chien et perroquet nous accompagnaient dans ce périple certainement très stressant pour eux, mais il était inconcevable de ne pas les emmener, ils allaient comme nous devoir prendre de nouvelles marques, sur une nouvelle terre, affronter la chaleur qu’ils ne connaissaient pas, mais ils étaient avec nous et je crois que pour eux c’était le principal.

5 Août 2002, nous partions avec les deux filles, Marianne 12 ans, Rébecca à peine trois, elles allaient toutes les deux devoir s’adapter à une nouvelle langue, une nouvelle école, de nouveaux amis. Je vois encore mon fils à l’aéroport et je me vois pleurer dans ses bras parce que je le laissais en France, j’avais  l’impression de l’abandonner, mais il voulait continuer ses études et sa vie était ici….

5 Août 2002, je crois que je n’ai jamais autant pleuré ni stressé de ma vie. J’étais dans un état second, heureuse de partir mais tellement malheureuse de laisser derrière moi tout ce que j’avais construit jour après jour. Je partais vers l’inconnu, je n’avais plus rien en France et encore rien en Israël. 

5 Août 2002, dans l’avion qui m’emmenait vers la terre promise, j’étais assaillie d’interrogations, incapable de réfléchir, tout se bousculait dans ma tête et la question qui revenait perpétuellement était  « est ce que j’ai fait le bon choix pour les enfants, et si j’avais fait une énorme erreur »….. l’heure n’était plus aux questions pourtant, la machine était en route et l’avion ne ferait pas demi-tour !!!

5 Août 2002, en soirée, nous posions le pied sur le sol Israélien, accueillis avec des familles qui arrivaient d’autres pays, nous étions regroupés dans une salle spéciale à l’étage de l’ancien aéroport. Un accueil sympathique, avec boissons et sandwiches, on entendait parler plusieurs langues, nous avions tous en commun l’arrivée sur cette terre pour y commencer une nouvelle vie

5 Août 2002 à 22 h 30, nous étions officiellement Israéliens, on nous avait remis nos papiers d’entrée sur le territoire, donné des informations afin d’assurer nos premiers pas, félicité de notre choix, accueillis à bras ouverts et rassurés, il n’y avait plus qu’à !  un taxi payé par le Ministère de l’intégration nous attendait pour nous emmener dans notre nouvelle demeure, une villa à Ashdod que nous avions louée par Internet, une belle villa de 250 mètres carrés parce qu’il fallait que tout soit parfait pour ce nouveau départ.

10 ans jour pour jour aujourd’hui mais il n’y aura pas d’anniversaire parce qu’un maillon de la chaîne s’est brisé en route et malgré nos efforts, nous n’avons pas réussi à le consolider. 

Nous devrions être en train de souffler nos 9 bougies là bas dans notre appartement de Jaffa,  j’imagine le gâteau,  je vois même les flammes scintiller, je les entend crépiter, nous avons attendu la tombée de la nuit pour avoir un peu de fraîcheur, nous sommes sur la terrasse, cette belle terrasse qui domine la mer et nous fêtons la joie de vivre ici sur cette terre que nous chérissons,  je lève mon verre à la fierté d’être Israélienne et je regarde le paysage, la mer, les bateaux, la vieille ville de Jaffa, je sens l’odeur du jasmin et des grillades qui viennent des parcs publics.

5 août 2011, le destin en a décidé autrement, plus de poste de responsable d’un service, mais un poste de gérante d’une petite boîte de cosmétiques que nous faisons avancer contre vents et marées et qui nous bouffe la majeure partie de notre vie…

Les amis d’antan, ceux que nous pensions les vrais, les fidèles, les indéboulonnables ont disparu, éparpillés en cours de route,  évaporés dans la nature…..

Nos fidèles compagnons à 4 pattes ne sont plus, Sasha le perroquet a été volé quelques jours après notre arrivée en 2002, linotte la chatte qui nous suivait partout repose dans un jardin de Tel-Aviv et Moïse, le chien d’une vie, est mort deux mois après notre retour en France, il est enterré avec les chiens de la famille dans le jardin de mes grands-parents….

5 août 2011, j’ai envie de pleurer mais ça ne servirait à rien, je m’accroche à des souvenirs et des morceaux de vie qui ne reviendront plus. Je suis en colère contre moi, contre nous, parfois contre lui là haut. Je suis en colère contre le monde entier. 

Si seulement je pouvais revenir en arrière…….

26 commentaires:

  1. Ben justement, tu n'imaginais pas revenir comme aujourd'hui tu n'imagines plus repartir. Et ainsi de suite...La vie est pleine de surprises bonnes ou mauvaises.

    T'as besoin d'un bon lapin d'Alice au Pays des Merveilles qui te montre le chemin, et te fasse rêver un peu à une vie qui ne dépende pas que tu sois là ou là mais qui te rende heureux dans ton coeur où que tu sois !

    Besos moussaillonne Ysa, écris moi donc un texte pirate du sujet de ton choix pour mon blog, c'est un jeu...Galipettes, tour en hamac ou histoire triste ou romantique, tu as le choix ♥
    Bonne journée !
    Jack

    RépondreSupprimer
  2. Ma grande, on ne peut jamais se retourner, tu es comme nous, tu fais face, nous aussi on a égaré des amis en route, Balagan n'est plus, comme Moïse, il te reste Bamba et des souvenirs...

    RépondreSupprimer
  3. JACK : Je veux repartir, parce que je sais que mon bonheur est là bas, parce que je ne me sens bien que là bas !!!

    HEURE BLEUE : Oui il ne faut pas se retourner, il faut aller de l'avant, retourner là bas fait partie des projets et on y retournera..... et tu viendras nous voir avec le Goût et peut-être qu'on croisera des balagan dans les rues de Neve Tsedek, oui Bograshov, ou Gordon....

    RépondreSupprimer
  4. Chère Ysa,
    Vouloir de toutes ses forces changer de pays et de nationalité pour trouver un avenir meilleur, cela se rencontre souvent.
    Cesbron disait: "Ce qu'il y a de meilleur dans le dimanche, c'est encore le samedi soir."
    S'il y a, en plus, des promesses d'assimilation immédiate, par idéal religieux, on y croit encore plus.
    Mais la vie dans un pays en guerre, des valeurs différentes, un climat hostile, des attentats, une langue compliquée et de la haine raciale, on ne peut pas effacer cela d'un petit coup de balai.
    Cela me fait penser à l'Afrique du Sud, du temps des "boers" et de leur vieille chanson "sarie marais" que tu as peut-être déjà écoutée en afrikaans (et comprise si tu connais le néerlandais qui y ressemble).
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  5. Envisage d'abord un voyage de vacances pour te soulager un peu, puis tu verras bien les opportunités d'y revenir. Rien ne s'oppose à un retour plus tard, donc pas de souci...^^

    RépondreSupprimer
  6. ARMAND : Je n'ai pas besoin de changer de nationalité, j'ai la nationalité Israélienne, ce n'est pas non plus par idéal religieux, je pense que la religion on peut la pratiquer n'importe où, même s'il est plus facile de faire kippour ou encore de manger cacher en Israël. Pour moi Israël n'est pas un pays en guerre, c'est un pays où il y a un éternel conflit qui ne se règlera certainement jamais, on fait avec car on a pas le choix. La langue n'est pas compliquée si on se donne la peine de vraiment bien l'apprendre, il n'y a pas non plus de haine raciale, 103 nationalités différentes se cotoient.... Je pense qu'il est difficile de comprendre ce que je ressens et pourquoi je veux à tout prix retourner là bas.....

    JACK : C'est déjà prévu, et si j'ai très envie d'y aller pour les vacances, ça sera aussi très difficile quand il faudra rentrer, mais on ne peut pas tout avoir !!!

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Ysa, je te lis depuis quelques semaines à présent. Tes mots m'intriguent et me touchent sans que je ne puisse réellement l'expliquer... Pourquoi êtes-vous partis et surtout pourquoi êtes-vous revenus ? Tu n'en parles jamais, c'est sans doute voulu mais bon, pourquoi ?? Amitiés.

    RépondreSupprimer
  8. Ma Belle Blonde !
    Moi je sais que tu y retourneras. Peut-être pas dans 6 mois, ni 1 an mais j'en suis sûre !
    Ne perds pas espoir, jamais car avec Jules, vous avez ce même objectif et ce n'est pas donné à tout le monde.
    Un jour viendra où tu feras tes valises à nouveau et tu me donneras ce fameux rdv, sur le pont, ce rdv que j'attends patiemment... et je te rejoindrai là-bas et nous ferons nos voeux !
    Eretz t'attend, tu l'as trop dans la peau !...
    Dan.

    RépondreSupprimer
  9. Ne pleure pas Ysa, nous serons toujours partagees entre ici et la-bas, c'est notre destin, tu dois l'accepter comme il est, profite de tes enfants tant que tu es te trouves sur le sol du beau pays de notre enfance, profite de la pluie, de l'herbe verte... moi je sais bien que tu vas bientot revenir sous nos oliviers. Je t'embrasse de tout coeur Ysa. Muriel

    RépondreSupprimer
  10. Je suis certaine que tu as en toi les ressources nécessaires pour passer ce cap difficile, tu veux y retourner et tu y reviendras parce que tu es forte.

    RépondreSupprimer
  11. Toujours voir le positif, tu n'es pas partie, tu es revenue en france pour justement pouvoir VIVRE en Israel, c'est une parenthése, et en te lisant, si vous vouliez que votre entreprise s'envole vraiment, il fallait que vous le fassiez vous même, on ne peut faire confiance les yeux fermés qu'à soi même. Quand tout sera en route, vous retournerez dans votre pays.C'est une évidence.

    RépondreSupprimer
  12. Je voulais rester en Calédonie, Eliane n'a pas voulu venir m'y rejoindre avec les enfants. Est-ce un bien, ou un mal ? Je ne cherche pas à savoir....C'est la vie avec ses aléas....

    Bonne journée tout de même.

    RépondreSupprimer
  13. Oui une douloureuse date anniversaire des 9 ans (et non 10 comme tu l'écris ... lol !) qui commémorent votre GRAND DEPART ! Le chagrin que cela n'ait pas marché comme vous le souhaitiez est bien légitime mais une page est tournée et les beaux souvenirs restent.
    Votre nouvelle vie est actuellement bien "partie" et il ne faut plus avoir de regrets mais foncer tête en avant comme tu l'as toujours fait !
    Tu y retourneras sans aucun doute et dans de meilleures conditions ...
    Mille pensées ma belle Havera et gros bisous.
    JO

    RépondreSupprimer
  14. NYNY : Bienvenue ici, j'aime quand de nouveaux lecteurs se manifestent. Nous sommes partis en Israël en 2002 parce que nous avions décidé de faire notre aliya, l'aliya c'est le retour pour un juif sur sa terre tout simplement.
    Mon mari avait depuis longtemps envisagé d'y aller et un matin je lui ai proposé de tenter l'aventure, comme ça tout à coup, nous étions en février 2002, on a donc pris des renseignements, beaucoup parlé avec les enfants et on a fait un voyage d'étude en avril avec un groupe afin de voir les possibilités là bas en Israël et en aout nous partions..... Nous étions partis là bas dans le but d'y rester, mon mari avait sa petite boite en France et il faisait des allers et retours, mais en 2008 avec la crise économique, la boite n'a pas résisté et il a du fermer. Nous avons vécu quelques temps sur nos économies, puis il a trouvé des contrats de boulot sur place, moi j'ai bossé un peu aussi mais ce n'était pas suffisant. Nous avons donc ouvert une boite de cosmétiques de la Mer Morte pour vendre les produits en France où il y avait un sacré potentiel si on se donnait la peine de s'en occuper. Nous avons trouvé des fournisseurs, fait des formations spécifiques et nous nous sommes lancés. Au bout de 10 mois d'activité on s'est vite rendus compte qu'il fallait être sur place pour pouvoir faire découvrir les produits, on a donc pas eu le choix, on a pris la route du retour et on a ouvert la boîte en France. Maintenant le rêve c'est, dans un premier temps d'acheter un appartement là bas pour y aller en vacances et plus tard, de retourner y vivre, quand la boîte aura vraiment trouvé son rythme de croisière et qu'on pourra se permettre de faire des allers-retours.

    RépondreSupprimer
  15. CARELI : Pas dans 6 mois c'est certain, on doit mener notre boîte de cosmétiques à majorité et la faire fructifier. Je ne veux pas me fixer de date, le destin a décidé de nous faire revenir ici, il décidera aussi de nous faire repartir. Mais ce RV sur le petit pont de bois on se le fera !!

    MURIEL : Je ne sais pas si je suis partagée, je sais qu'Israël me manque cruellement mais que de toutes façons pour l'instant je ne peux pas revenir, sauf si je gagne au loto mais comme je ne joue pas !!!

    BRICO GIRL : Je l'espère en tout cas !!!

    RépondreSupprimer
  16. MAY : C'est la voix de la sagesse qui parle et tu as tout compris !!!

    PATRIARCH : Oui comme tu dis c'est la vie, avec ses joies et ses peines... La nouvelle Calédonie ça devait quand même être chouette !!!

    HAVERA JO : J'y retournerais et tu viendras me voir parce que je sais que tu aimes voyager !!!

    RépondreSupprimer
  17. Ysa, ta peine fait de la peine, et je peux comprendre ta colère, mais il y aura une heure, un jour où tu repartiras là-bas pour toujours ! Tu vois, parfois, il faut un coup d'essai pour réussir son retour !
    Maintenant, tu es informée et "armée" pour affronter les pièges et les difficultés en terre promise.
    Elle ne se donne pas à tout le monde, elle se mérite, se gagne durement.
    Dis-toi que c'est une épreuve et qu'elle t'aura appris beaucoup de choses.
    Et puis dis-toi que les amis qui se sont envolés ont peut être été remplacés par des amis "virtuels" certes, mais tellement attachés à toi...
    T'apprécier sans te connaître, sans rien attendre de toi, et même sans avoir d'à-priori, c'est une amitié différente et forte.
    On était avec toi "là-bas" et on est revenus avec toi ! on pleure et on rit avec toi !
    Moi, je croise les doigts pour ton prochain "envol" (parce que je viendrai te voir !) . Mais je me dis "pour le moment, Ysa est tout près, à quelques heures de route ou de train" c'est chouette ! et je suis aussi contente !!!
    Bises et courage !!!!! Isa

    RépondreSupprimer
  18. le petit passage en France est necessaire aussi, il permet de faire un nom à votre entreprise sur un plus grand marché, après la déménager ne sera qu'une histoire d'avion !

    RépondreSupprimer
  19. tu es très courageuse. J'espère que cela va marcher pour vous et que vous pourrez repartir un jour.

    RépondreSupprimer
  20. Il faut s'accrocher ma belle, on ne sait pas ce que la vie nous reserve, imagine toi un 5 Aout 2012, ou 2013... en Israel!!!!!! Moi j'y crois.
    Bises ma belle

    RépondreSupprimer
  21. Merci de ton passage. Ce que j'ai lu de tes blogs me laisse penser que ton retour n'est qu'une question de patience. Courage, l'avenir est à écrire.

    RépondreSupprimer
  22. Merci Ysa pour tes explications, je comprends mieux ! Comme je le lis, cela ressemble effectivement plus à une pause ou plutôt une étape qui fait partie du parcours. As-tu un site avec tes cosmétiques ? As-tu déjà raconté comment tu étais devenue juive ? (j'ai cru comprendre que tu n'étais pas née juive mais je me trompe peut-être !)
    Promis, je commenterai davantage maintenant que nous avons fait connaissance ;-)

    RépondreSupprimer
  23. RAINETTE : Et oui, la terre promise se mérite, j'espère bien que la prochaine fois sera la bonne !!! et Bien sûr que tu viendras me voir!!!

    MAE : Je ne sais pas si on la déménagera, en fait pour l'instant j'essaie de la faire grandir et je ne me pose pas de questions.

    LILI : Ah oui on repartira c'est certain !!

    VICTORIA : 5 août 2012 ou 2013 ça va faire un peu juste, pour les vacances peut-être, mais pas pour un retour, mais comme tu dis on ne sait pas ce que la vie nous réserve, on était loin de se douter que l'on reviendrait en France !!!

    FELY : Oui une question de patience, mais par moments j'en ai plus du tout en stock !!!

    NYNY : J'aimerai mieux que cette étape n'aie jamais existé, mais elle est là et il faut faire avec malheureusement. Sinon je confirme, je ne suis pas née juive, à mon grand désarroi, il faudra un jour que je raconte mon parcours et mes déceptions aussi, je pourrais écrire un livre !!! Pour le site Internet c'est : www.rebecca-cosmetiques.com

    RépondreSupprimer
  24. ça, c'est une bonne idée, raconte, raconte ! Et merci pour le lien !

    RépondreSupprimer
  25. Il y a quelques minutes, je lisais une interview du chanteur M Fugain qui parlait de la Corse !
    J'ai pensé à toi et je viens de retrouver la page, il disait qu'un ami juif lui avait cité ce proverbe que peut-être tu connais " si tu veux te défaire de tes problèmes et de ton passé, traverse une eau" !
    Tu l'a déjà fait Ysa, dans un sens et dans l'autre, donc tu vas le refaire, c'est sûre !!!!!!
    La patience à souvent du bon...
    Je viens de t'envoyer un message sur FB, j'ai un problème avec ton mail, je voudrais t'envoyer un petit texte que j'ai lu ainsi qu'une recette !!!!
    Gros bisous !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  26. Tu vois Ysa, je reviens sur cet article après avoir vu les problèmes économique en Israël. Ce n'était pas un échec, c'était déjà la situation économique qui était mauvaise et donc... pour faire de belles racines, une (belle) plante a besoin d'une terre fertile, et pour l'instant, le climat économique n'est peut être pas favorable.
    Mais ça te donnera le temps de "fourbir tes armes" (au sens figuré), d'apprendre mieux l'hébreu, de mieux appréhender la vie là-bas pour avoir tous les atouts en main.

    RépondreSupprimer

Caquetages