mardi 26 juillet 2011

Lettre à Monette


Tu vas enfin poser le pied sur ce sol dont je t’ai tant parlé, dommage, je ne serais pas là pour t’accueillir à l’aéroport, pourtant nous en avions tant rêvé !!

Ne te formalise pas sur la sécurité, dis toi que c’est pour le bien de tous, que c’est une protection, ca commencera dès l’aéroport à Paris et ça se terminera quand tu reposeras le pied sur le sol Français.  Ne te sens pas agressée quand on te demandera d’ouvrir ton sac, là encore c’est pour la sécurité, on est jamais assez prudents, ça peut faire bizarre pour les non initiés mais tu apprendras vite, ça fait partie du paysage Israélien, après on ouvre nos sacs machinalement et quand quelqu’un refuse d’ouvrir le sien, on l’engueule, parce qu’on sait que c’est pour notre bien.

Tu seras gênée par la langue, mais ne t’inquiètes pas, tous les Israéliens parlent l’anglais et même tellement bien que parfois tu en pâliras de jalousie et puis l’hébreu c’est joli à entendre, c’est parfois doux et ça sonne si bien dans les chansons. De toutes façons je ne sais pas pourquoi mais là bas on arrive toujours à se faire comprendre !!! 

Je ne me souviens plus bien de ton périple, j’aimerais bien que tu me le renvoies afin que je te donne plus d’informations,  je sais que c’est un pèlerinage que tu fais et pas vraiment un voyage pour faire du vrai tourisme et flâner.  Tu n’auras peut-être pas le temps d’arpenter la tayelet de Tel-Aviv, d’aller humer l’air de ma petite rue, la bas ou les bougainvilliers avachis sur les murs de vieilles pierres se chauffent au soleil,  là bas où j’ai passé mes derniers jours heureux…. ma petite rue m’attend, je le sais….  

Peut-être pourras tu te baigner dans la Mer Morte, attention elle est très chaude à cette époque, le sable brûle, mais c’est tellement bon. Tu te retrouveras en train de flotter entre les montagnes et un ciel bleu sans nuage, autour de toi ça sera le vide, juste ce paysage sublime avec la frontière jordanienne qui passe au milieu, quand la nuit tombera les montagnes revêtiront leurs plus belles couleurs rien que pour toi et tu te sentiras bien, le corps et l’âme reposés, tu seras tellement bien que tu ne voudras pas en partir.

Est-ce que tu visiteras la vieille ville de Yaffo ? si oui, n’oublies pas d’aller sur le petit pont de bois, c’est le pont des vœux, tu y trouveras tous les signes astrologiques et si tu as un souhait, tu le fais en te mettant devant le tien et en regardant la mer…. La dernière fois que j’y suis allée, mon vœu n’a pas été exaucé mais peut-être que le tien le sera. 

Quand tu entreras dans Jérusalem, tu seras aveuglée par la luminosité, prends le temps de bien regarder le ciel et tu  verras cette lumière qui brille bien plus fort qu’ailleurs, tu sentiras cette atmosphère particulière et je suis certaine que tu vivras ce lieu de façon très spirituelle, Jérusalem dégage quelque chose de magique qu’il est difficile de définir, là bas on se sent apaisé et serein, plus rien ne compte. Tu traverseras les petites ruelles en pierre et tu chercheras un peu de fraîcheur, tu verras des hordes d’enfants religieux courir dans les rues, des chats errants qui quémandent de la nourriture et des touristes de partout, beaucoup de touristes.

Tu visiteras le St Sépulcre et tu referas les stations du chemin de croix,  je sais que c’est pour ça que tu vas là bas, tu verseras certainement des larmes sur la tombe de Jésus et le St Sépulcre te marquera à jamais. Pour moi ce fût différent, j’ai trouvé l’endroit joli mais je n’ai rien ressenti. C’est le mur qui m’a ébranlée et qui m’a fait verser mes premières larmes. Ce mur est si beau, si fort, si grand, on se sent si petit à ses pieds….. le kotel, c’est comme ça qu’on l’appelle là bas. 

Quant tu te trouveras face à ce mur, n’oublie pas une petite prière pour moi, je sais que tu la feras. Ne sois pas timide, il est impressionnant et il supporte tellement de prières, de douleurs et de pleurs que parfois je me demande encore comment il fait pour survivre. Ce mur tellement convoité, ce mur que nous avons récupéré durant la guerre des 6 jours, ce mur lourd d’histoire….. Il est magnifique, il est somptueux, majestueux… Je sais que tu l’aimeras….

Quand tu le quitteras, ne lui tourne surtout pas le dos, tu verras beaucoup de gens partir à reculons car on ne tourne pas le dos à ce symbole qui est le lieu le plus sacré du peuple juif, si tu oublies ne t’inquiètes pas, personne ne t’en tiendra rigueur.

Si l’envie te dit, n’oublies pas de te faire prendre en photo avec nos soldats, tu verras comme ils sont gentils, toujours partants pour poser, en parlant avec eux tu les verras peut-être d’une autre façon, tu les verras comme des humains, des jeunes qui ont envie de paix et qui aimeraient s’amuser comme tous les jeunes de leur âge au lieu de donner 3 ans de leur jeunesse à l’armée. Tu ne verras pas les monstres sanguinaires que l’on décrit dans les journaux télévisés, tu  apprendras simplement que ça fait partie de la vie Israélienne, c’est un passage obligé pour ces jeunes, ils meurent parfois pour assurer notre sécurité. 

J’aimerai être avec toi là bas, je m’imagine venir t’accueillir à l’aéroport et je te vois arriver parmi la foule,  l’aéroport est très sympa, garde ta CB pour la faire chauffer quand tu repartiras, le duty free de là bas c’est un vrai duty free avec des vrais prix !!!  

Oui j’aimerais vraiment être avec toi là bas mais La vie en a décidé autrement, je ne serais pas là pour te guider, pour te montrer tous les petits coins que je connais mais je serais avec toi en pensée. J’espère  que tu partageras avec moi toutes les photos que tu vas ramener. 

Quand tu reviendras de ce beau voyage, tu comprendras enfin pourquoi je suis tellement attachée à ce pays…. Peut-être même que tu seras triste de le quitter, c’est ce que certains de mes amis ont ressenti quand ils sont venus me visiter. 

Ton rêve se réalise, pour le mien il faudra attendre encore un peu mais je forme le vœu que dans quelques années on se retrouve là bas et cette fois je serais à l’aéroport pour t’accueillir, j’aurais alors à la main des ballons bleus et blancs et nous les ferons s’envoler dans le ciel d’Israël, c’est une promesse que je te fais et je la tiendrais.

נסיעה טובה מונאט




vendredi 22 juillet 2011

Fourberies blogesques


J’ai commencé mon premier blog en novembre 2006. A cette époque je n’avais aucune idée comment cela fonctionnait mais je me suis lancée, mon but était de faire découvrir mon pays autrement parce que j’en avais marre d’entendre tout et n’importe quoi sur Israël.

Ainsi est né « Sur la route d’Israël », si je devais le refaire aujourd’hui, je le referais autrement, sous forme de site avec beaucoup plus d’explications, je m’attarderais sur certains endroits que je n’ai pas assez expliqués et je ne reprendrais pas l’hébergeur que j’avais.

Refaire ce blog totalement, lui donner une seconde vie parce qu’il est à l’abandon, voilà qui fait partie de mes projets quand je rentrerais en eretz, mais peut-être que je remanierais tout avant, ce ne sont pas les idées qui me manquent mais le temps….Peut-être que mon binôme m’y aidera, il répond toujours présent dans ces  moments là….

A cette époque j’ai fait connaissance de mes premières bloggeuses, Monette et Délia avec qui je suis toujours en relation, elles sont mêmes venues à la maison et on se donne régulièrement des nouvelles. 

Puis de fil en aiguille je suis allée sur d’autres blogs, Liliplume a été la première à m’accueillir et chez elle j’ai fait connaissance d’autres bloggeuses, mais avec mon blog ce n’était pas évident, il n’y avait pas grand-chose à commenter et les billets étaient rares, parce qu’écrire un article sur Jérusalem et trouver les photos appropriées ça ne se fait pas en quelques minutes.

En 2007 j’ai décidé d’ouvrir un blog avec du blabla, des histoires de tous les jours et là j’ai commencé à connaître un peu plus de monde car il était plus facile de commenter sur une photo de chat, sur une histoire de fuite d’eau ou encore sur mes mésaventures.

Il y a eu Imag’in, puis le Monde d’Ysa et enfin ce blog que j’ai ouvert à mon retour en France…. Je pense que c’est Le Monde d’Ysa qui a remporté tous les records, tant au niveau des visites que des commentaires, à cette époque nous étions une bonne bande de copains, nous allions les uns chez les autres, je ne sais pas pourquoi, naïvement j’ai cru que j’avais trouvé des gens sincères et j’étais persuadée que tant qu’il y avait nos blogs, on ne se perdrait pas de vue.

Il faut croire que certain(es) se sont égarés en cours de route ou qu’ils n’ont pas trouvé mon autre chemin, à moins qu’ils n’aient tout simplement décidé de déserter pour je ne sais quelle raison et je ne tiens même pas à le savoir.

La blogo est un mini monde où l’on croit que tout est plus simple et plus franc, mais ce n’est qu’un leurre. Je me rends compte qu’il y a des clans et je déteste ça, surtout quand on te fait comprendre, avec des salamaleks que tu  n’en fais pas partie. Jamais rien de direct bien évidemment, tout est toujours enrubanné et trop poli…..

Comme dans la vraie vie, il y a des gens qui travaillent dans l’ombre, trop lisses et trop gentils pour être démasqués, le ciel est toujours bleu et le soleil brille, ils sont pourtant maîtres en la matière d’influencer habilement les plus faibles avec une arme terrible, les mails !!!  

La semaine dernière je me suis dis que j’allais arrêter ce blog, parce que je déteste toute cette hypocrisie, ils pensent certainement que la blonde que je suis ne comprend pas….. ils se trompent !!! Il y a bien longtemps que j’ai vu le jeu mais je n’ai rien dit, un blog doit être un lieu d’expression et d’échange convivial,  pas un champ de bataille et je ne veux pas me prendre la tête avec des conneries, sur mon FB j’ai mis « les gens changent, je les efface », voilà c’est tout simple.

Finalement j’ai décidé de ne pas arrêter parce que ma devise « qui m’aime me suive » tient toujours, je n’oblige personne, je sais qui sont les vrais et les autres je les emmerde.  Je n’arrêterais pas parce que je ne suis pas une ingrate et la fidélité pour moi est importante,  il y a sur la blogo des gens qui valent le coup, qui sont sincères et avec qui je n’ai pas envie de couper les ponts.

Ne plus avoir de nouvelle d’Heure Bleue et du Goût me rendrait malade, ne plus rêver sur la ménagerie de Jo, c’est impensable, ne plus entrer dans l’univers de Maé, de sa faune et de sa flore, c’est mission impossible, ne plus suivre les post journaliers de Mab n’est pas envisageable et laisser tomber Angelita alors là,  c’est hors de question.

Puis il y a aussi la râleuse du sud que j’affectionne particulièrement et les écrits et délices de Cathy que je viens de rencontrer puis Nanou qui je l’espère ne se laissera pas influencer parce que je la sais fragile, l’autre Jo, celle que j’appelle « Havera »  puis plein d’autres encore que j’oublie de mentionner, il y a les inconnues qui viennent régulièrement, des lectrices ou lecteurs d’Israël ou de Belgique, des lectrices de France qui ne se manifestent jamais mais qui sont toujours fidèles à chaque post,  Emmanuelle qui ne blogue plus mais que je n’oublie pas…… Careli qui répond toujours présent, mais Careli c’est ma sœur de cœur….. voyez finalement il y a de quoi faire….

Je dis toujours que ce qui compte ce n’est pas la quantité mais la qualité !!

Alors voilà je continue sur mon autre chemin, et j’espère bien que les fidèles, les vraies de vraies seront toujours là quand j’écrirais mon nouveau blog, un jour quand je retournerais là bas, au pays où coule le lait et le miel….. et je sais déjà, sans me tromper….. qui me suivra…..

mercredi 13 juillet 2011

Vous avez dit "Vacances" ?


Pour une fois tout était au top, j’avais même prévu le gel solaire protecteur cheveux c’est dire !!! Il faisait beau, pas trop de monde sur la route, j’avais hâte d’arriver pour effectuer un petit plongeon dans la piscine, le premier d’une longue série parce que j’avais décidé d’axer mon temps de repos essentiellement autour de cet endroit en alternant natation et lecture au soleil. 

C’était sans compter sur des éléments extérieurs que l’on ne maîtrise pas toujours et qui d’un revers de main balaient nos espoirs et réduisent à néant tous les projets que l’on nourrit pendant des semaines.

Le lendemain de notre arrivée, le mari de ma cousine est décédé, il avait mon âge et avant de devenir mon cousin par alliance, il était  le copain d’enfance qui venait passer ses vacances chez ses grands-parents qui avaient acheté une résidence secondaire dans le village. Nous nous sommes vus chaque été pendant des années, un jour quand nous sommes devenus adultes, ma cousine est partie le rejoindre et cela ne faisait aucun doute qu’ils allaient se marier.

J’ai appris la nouvelle en me réveillant et bien que l’on s’y attendait (il luttait depuis plus de 6 mois contre un cancer et avait été transféré une semaine auparavant en soins palliatifs) cette révélation a été violente pour nous tous.

Comment dans de telles conditions envisager d’aller barboter dans la piscine ou faire quoi que ce soit d’un peu joyeux…..  « The show must go on » comme on dit mais quand le cœur n’y est pas on a beau tenter, rien n’y fait !!!

J’ai envoyé un texto à ma cousine, quelques mots de réconfort, de soutien, incapable de lui parler au téléphone, je l’avais eu quelques jours plus tôt et elle m’avait dit que ce n’était qu’une question de jours. Je ne pensais pas que cela arriverait si tôt.

Le lendemain nous sommes allés la voir et saluer C une dernière fois. En le regardant dans son cercueil,  J’ai vu défiler toute notre jeunesse. Je voyais C arriver avec son vélo, c’était le plus beau de la bande, une carrure de rugbyman, des cheveux foncés et frisotants, toujours souriant, doué à l’école, posé, d’une gentillesse exemplaire…. Ce n’est pas pour rien que ma cousine avait craqué.

Le Jeudi nous sommes allés à l’enterrement, un moment douloureux, ma cousine tenait la main  de sa fille de 13 ans…. elle a perdu son père il y a 5 mois et maintenant elle perd son mari…..  J’étais révoltée, j’ai trouvé ça tellement injuste….

Nous avons promis de nous revoir dès le dimanche.

La pluie s’est invitée dans les vacances ce qui a eu le don de me mettre de très mauvaise humeur, Nous étions là depuis 4 jours et je n’avais encore rien fait, pas pris de repos véritable et voilà que maintenant le ciel venait perturber mes envies de farniente en lâchant des litres d’eau sur le jardin.

Qu’à cela ne tienne, on trouverait bien à s’occuper, j’ai fini par mettre au point un planning qui pourrait être modifié en fonction du temps. Au programme, canoé-Kayak sur la Vézère, visite du haras de Pompadour, balade à Collonges la Rouge,  sorties cinéma…..et certainement que d’autres idées viendraient se greffer. 

Samedi matin mon plan d’attaque était en place, les vacances allaient enfin commencer quand j’ai reçu un texto de fiston m’indiquant que le grand-père (le papa de mon ex mari) était au plus mal et que ça serait bien si on ramenait Marianne pour qu’elle puisse voir son grand-père encore en vie, à moins qu’elle ne prenne le train.

Pas question de laisser fifille toute seule….. Nous avons plié bagage dimanche matin direction la Normandie, après 5 jours seulement de vacances, si on peut appeler cela des vacances !!!! 

Me voilà de retour à la case départ, avec un temps pourri, une humeur de chien et l’envie de mordre tous ceux qui se hasarderaient à venir m’accoster !!!! 

Le Papy se maintient doucement….. Hier après-midi j’ai accompagné Rébecca à l’enterrement de la mamie d’une copine d’école, une mamie qu’elle connaissait parce qu’elle était allée déjeuner plusieurs fois chez elle. Encore un moment très émouvant même si je ne la connaissais pas. Dehors il tombait des cordes on se serait cru en novembre. 

Je crois que pour le bien de l’humanité, faudrait vraiment que je puisse prendre quelques jours de vraies vacances au mois d’Août !!!!