mercredi 16 février 2011

Les Petits "rien"

Le soleil était déjà haut dans le ciel et malgré nos vêtements pour nous protéger, nous sentions ses rayons nous échauffer. Entourés de montagnes aux dégradés ocres, bruns et rosés, nous écoutions le silence de cet endroit insolite qu’est le désert du Néguev.

Notre guide nous avait déjà montré de merveilleux coins et recoins et c’était loin d’être fini. Nous faisions une halte avant de repartir à l’aventure. Assis sur une couverture de fabrication bédouine, nous dégustions un thé qu’elle nous avait préparé, un breuvage à base de plantes du désert qui, même s’il était brûlant, nous désaltérait au plus haut point.

Ce moment était délicieux, je ne pensais pas qu’une simple tasse de thé pouvait apporter tant de bonheur, l’endroit y était certainement pour quelque chose. Nous admirions ces montagnes majestueuses qui se dressaient vers le ciel, faisant mine de le frôler et jouant avec le soleil. Nous fixions le sable à perte de vue…. Un sable oranger, parfois jaune ou marron selon les endroits, un sable épais comme de la terre et recouvert de cailloux petits ou gros….. un paysage d’une beauté à vous couper le souffle.

C’est alors qu’il arriva comme sorti des entrailles de la montagne. D’abord prudent, il s’aventura furtivement sur un gros rocher puis sauta habilement sur un autre avant de s’immobiliser et de nous fixer.

L’instant était magique, j’osais à peine attraper mon APN pour le photographier et je savais que l’occasion ne se représenterait pas. Nous retenions notre souffle de peur de l’effrayer mais il avait du en voir d’autres et ne paniquait pas.

Surpris de notre admiration et de notre silence, il joua le jeu et se laissa prendre en photo. Un plaisir intense m’a alors envahie et j’avais les larmes aux yeux, émue par tant de beauté.

Certains diront, mais ce n’est vraiment rien, y a pas de quoi fouetter un chat, il y a des choses bien plus belles dans la vie…..

Peut-être…. mais ce petit rien m’a apporté tellement de bonheur que j’en ai encore des frissons juste à l’évoquer. Je revois la bête, fière et royale se faufiler sur les rochers pour ensuite disparaître entre deux montagnes, je sens le soleil me brûler le corps, j’entends le silence du désert…..je n’ai même pas besoin de fermer les yeux.

La notion du bonheur est relative, pour certains il en faudra beaucoup et ils ne seront jamais satisfaits. Pour d’autres, une main tendue, un sourire, un message suffira à illuminer la journée.

Pour moi, ce jour là ce fut lui, rien que lui qui me fit frissonner.

Ce texte est ma participation au tag de Béalapoizon qui, par ce « petit rien » m’apporte une touche de gaité pour égayer ma soirée…..


9 commentaires:

  1. un vraiment trés joli petit...rien :-)

    RépondreSupprimer
  2. wouahh ! quels beaux texte ET petit " rien" :-D
    Merci d'avoir partagé avec nous ce doux moment !

    RépondreSupprimer
  3. Joli texte. C'est que parfois un petit rien fait tout.

    Nous ne regardons pas assez la nature, où plutôt nous n'en prenons pas le temps. je m'en suis aperçu depuis que je ne travaille plus.

    Belle journée avec bises.

    RépondreSupprimer
  4. Le petit rien indispensable pour avancer.

    RépondreSupprimer
  5. Si tu savais comme je te comprends, je n'ai jamais connu une telle sensation de paix que dans le Néguev...

    RépondreSupprimer
  6. Joli texte, je comprends parfaitement une telle communion! il est extrêmement difficile à certains de se laisser pénétrer ainsi par la nature sauvage d'un paysage

    RépondreSupprimer
  7. Petits et Riens, tu plaisantes là ! C'est énorme et bouleversant, ce sont tout de même des animaux "sauvages".
    Cet instant est ta madeleine Proust à toi ;).

    RépondreSupprimer
  8. J'en aurais pleuré aussi ...
    Joëlle

    RépondreSupprimer
  9. Je sais ce que tu as ressenti ... Il en va de même pour moi mais je n'ai pas eu ta chance. Cet animal (dont j'ignore le nom) me fait penser à un bouquetin ? Bouquetin que j'ai guetté en vain lors de notre séjour à Valloire l'an dernier ...

    Gros bisous ma Havera

    PS : tu as perdu ton oncle ou bien est-ce une date anniversaire de son "départ" ? Si c'est le premier cas, je suis de tout coeur avec toi ma grande.

    RépondreSupprimer

Caquetages