vendredi 28 janvier 2011

Une belle histoire

Nous sommes en juillet 1996, il fait chaud. Je suis descendue dans la maison de Corrèze pour y passer des vacances et j’ai avec moi la chatte « Linotte » et ses 5 chatons nés 15 jours auparavant. Voyager avec une maman chat flanquée de sa marmaille ce n’est pas banal et ça demande une sacrée organisation….. Nous avons roulé de nuit pour ne pas indisposer les petits.

Nous sommes installés depuis quelques jours et c’est là que je l’aperçois…. Je n’avais pas spécialement prêté attention à elle, pensant qu’elle appartenait aux voisins et qu’elle était attirée par la famille nombreuse qui commençe à s’ébattre dans l’herbe, à devenir très bruyante, à s’éparpiller et à occuper une bonne partie de notre temps il faut bien le dire !!!!

Tapie sous les grands tuyas qui pointent vers le ciel, elle nous guette du coin de l’œil, figée telle une statue, bougeant parfois, reculant de quelques mètres quand elle se sent en danger, puis se rapproche furtivement de la maison quand tout est plus calme, les oreilles toujours en alerte, prête à parer au moindre incident.

Elle m’intrigue car je me demande si elle n’est pas perdue ou même abandonnée.

Une rapide enquête dans le village ne m’apprend rien sur ce chat qui semble avoir atterri ici comme par enchantement. Mes tentatives d’approche étant infructueuses, je vais procéder autrement et amadouer l’animal avec de la nourriture.

Le soir après avoir mis la ménagerie à l’abri, je laisse un bol d’eau et de croquettes sur la terrasse. Le lendemain plus un seul aliment dans le récipient, razzia complète, la minette devait avoir drôlement faim. Je vais répéter l’opération plusieurs soirs afin d’appâter la bête un maximum et mes efforts seront vite récompensés…. Au bout de trois jours, Minette vient sur la terrasse et trois jours plus tard, elle se laisse carrément caresser.

Je découvre ainsi qu’elle se prénomme Minouche, c’est marqué sur un petit papier glissé dans une clochette accrochée à son collier et il y a même un numéro de téléphone. Du coup c’est certain c’est une minette perdue, je suis toute fière d’attraper le combiné du téléphone pour annoncer la nouvelle à sa famille qui doit certainement être très inquiète.

Le hic c’est que le numéro de téléphone n’est plus très visible et qu’à chaque fois que je compose le chiffre, ça ne fonctionne pas. Je ne me prends pas la tête avec ça, c’est le début des vacances, on va prendre notre temps et on retrouvera bien la famille de ce chat.

Minouche prend ses marques, s’entend à merveille avec Linotte et les petits, c’est une chatte qui doit déjà avoir au moins 7 à 8 ans à vue d’œil, elle est très caline et bien sûr nous fait craquer. Au bout de 15 jours c’est comme si elle avait toujours fait partie de la famille, le problème c’est qu’une famille elle en a une et je me dis que peut-être il y a des gens qui doivent la chercher, des enfants qui doivent pleurer après elle alors je décide de m’y mettre sérieusement et de mener l’enquête pour retrouver les parents légitimes de Minouche.

J’appelle la SPA du coin, je regarde un peu partout s’il n’y a pas des annonces. Je compose des numéros de téléphone divers et variés qui pourraient correspondre au numéro indiqué sur le collier mais rien n’y fait…… Je m’avère une très mauvaise enquêtrice et je lâche l’affaire me disant que c’est le destin qui a conduit ce chat ici et qu’en temps voulu on avisera, il n’y a pas 36 solutions, soit Minouche rejoint notre famille chat soit elle sera adoptée par mes parents. Il y a donc une issue favorable pour elle.

En Août je rentre en Normandie où je dois reprendre le travail, j’embarque ma famille chat et je laisse mes enfants et Minouche chez mes parents qui ont finalement décidé qu’elle resterait avec eux. Je la reverrai quand ils passeront chez moi pour ramener mes deux zoziaux, Je ne discute pas, j’ai déjà Linotte et j’ai décidé de garder deux petits.

Mon père a ses habitudes dans le village, il connaît tout le monde et un matin il discute du chat avec le postier. Ils en viennent à parler du numéro de téléphone et le postier lui dit « ramène moi le numéro demain », je vais voir ce que je peux faire.

Le destin de Minouche est en train de basculer, le lendemain matin le postier dit à mon père de passer à la poste et lorsque mon père arrive il lui dit, j’ai trouvé le numéro de téléphone et ça marche, en fait le numéro indiqué sur le papier n’était pas complet, il manquait l’indicatif, la personne se trouve dans la région Eure et Loire, si tu veux je le compose et tu prends la communication dans la cabine.

Mon père d’abord surpris se dirige vers la cabine et là il tombe sur une dame, ne sachant comment l’aborder il lui dit « je vous appelle de la part de Minouche »….. il entend un cri à l’autre bout du fil et la dame se met à pleurer. Il apprend ainsi que cette dame est venue en vacances dans le coin fin juin et qu’un jour Minouche s’est éloignée de la maison qu’elle avait louée et qu’elle ne l’a pas retrouvée. Il découvre aussi que cette dame est revenue deux week-end de suite dans la région pour essayer de retrouver son chat mais en vain, qu’elle a mis des affiches, prévenu les gens du village et même prévenu la SPA, elle a remué ciel et terre, elle ne vit plus depuis ce jour.

Minouche a donc bien une famille, sa maîtresse propose à mon père de prendre la route dès le lendemain pour venir la chercher, nous sommes en milieu de semaine et mes parents repartent le samedi direction la Normandie, du coup mon père propose à la maman de Minouche de la garder encore et de lui rendre la minette le samedi puisque la maison de Minouche se trouve sur leur chemin de retour, il est inutile qu’elle fasse tant de route et puis il ne faut pas qu’elle s’inquiète pour Minouche, tout se passe bien.

Le samedi ils ont rendez-vous à la gare de Chartres en début d’après-midi, la maîtresse de Minouche a leur signalement, la marque et la couleur de la voiture, elle sait aussi qu’ils sont accompagnés de deux enfants dont une petite fille (Marianne) qui aura bien du mal à quitter Minouche.

C’est tout naturellement qu’ils se retrouvent devant cette gare et tout le monde pleure. La maman de Minouche n’en peut plus de retrouver son animal, mes parents sont heureux de voir son bonheur et peut-être un peu tristes aussi de devoir se séparer du chat. La maman de Minouche ne trouve pas ses mots pour remercier mes parents (faut dire que Minouche vient de passer presque deux mois dans la maison de Corrèze et elle ne semble pas en avoir souffert !! ) C’est une journée de bonheur, une journée comme on aimerait en avoir tout le temps.

La dame donne une enveloppe à Marianne, mon père lui dit non non, on ne veut rien, vous savez c’est avec plaisir qu’on a gardé votre bête mais la dame insiste « c’est une photo souvenir de Minouche pour les enfants et comme vous m’avez dit que votre petite fille était attachée à elle, et bien comme ça elle pourra la regarder quand elle lui manquera »

Mes parents reprennent la route avec des étoiles plein les yeux, les retrouvailles de ce chat ils en parleront pendant longtemps avec une certaine émotion.

Je ne reverrai pas Minouche mais je n’ai pas de peine, elle a retrouvé sa maîtresse et c’est avec elle qu’elle sera la plus heureuse même si avec nous elle ne manquait de rien. Marianne retrouve Linotte et les chatons, on lui explique que pour Minouche c’est bien mieux d’être avec sa famille. Elle court chercher l’enveloppe que la maîtresse de Minouche lui a donnée et nous dit, on va accrocher la photo, elle ouvre l’enveloppe, dedans il y a bien une photo de Minouche mais il y a aussi 1 500 Francs avec un petit mot « Merci pour tout » signé Minouche.

15 commentaires:

  1. Ton histoire de chat me fait penser à celle que j'avais quand j'étais enfant.
    Une fois, nous l'avions emmené en voiture, ma mère avait laissé la fenêtre un peu ouverte. Elle était partie. Lorsque nous sommes revenus, ma mère a appelé la chatte qui est vite arrivée.
    Une autre fois, c'était chez ma grand mère à la campagne. Au moment de partir plus de chatte; malgré des appels elle n'est pas revenue. une semaine plus tard, lorsque nous sommes revenus et que ma mère l'a appelée, elle est arrivée à fond la caisse et ma grand-mère ne l'a pas vue de la semaine. Comme quoi
    Très belle histoire en tous les cas

    RépondreSupprimer
  2. Zut, c'est malin, tu me tires les larmes comme on dirait dans le sud !
    C'est un beau roman, c'est une belle histoire...
    Mon premier chat s'appelait Minouche aussi et tous mes autres chats sont des chats trouvés et je me demande toujours d'où ils viennent vraiment, leurs maîtres les ont ils abandonnés, ou plus simplement perdus ? je ne saurais jamais, mais je me met à la place de la "maman"de Minouche, comme j'aurais été heureuse de retrouver mon animal perdu !!!!
    Dans ma rue, je donne à manger à deux chats, des gens qui ont déménagé et qui les ont abandonné, je ne supporte pas ça !!!
    Lorsque je vais faire des courses, ils me suivent jusqu'au pont, environ 100 mètres et pas mal de voisins pensent qu'ils sont à moi !
    Belle, belle histoire et comme tu sais bien les raconter, merci ysa !!!!!!!
    Je t'embrasse très fort et je te souhaite un bon week-end avec un peu de temps à toi...

    RépondreSupprimer
  3. Nous n'avons jamais eu de chat, une de nos fille est allergique. Mais un chien oui, et nous avons été très peinés quand il est parti à 14 ans.
    Je comprends la joie de cette dame et la peine de tes enfants. Une très belle histoire, merci.


    Bonne soirée avec bises

    RépondreSupprimer
  4. Très beau, Ysa...J'adore les chats !
    Et j'en ai deux, Nina et Ptiloup à qui je suis très attaché !

    Besos !!

    RépondreSupprimer
  5. Quelle belle histoire Ysa, merci. Passe une excellente fin de samaine, ici , il pleut avec tout ce que cela implique...

    RépondreSupprimer
  6. Quelle belle histoire, ça fait du bien en ce moment.

    RépondreSupprimer
  7. belle histoire qui finit bien! ces chats voyageurs indépendants nous font faire bien du souci!Elle s'est offert des vacances en fait!

    RépondreSupprimer
  8. J'ai une minouche, que les enfants ont gardé, une siamoise caractérielle !!!

    RépondreSupprimer
  9. Wahou, tu me mets les poils comme dirait Dédé !
    Joelle

    RépondreSupprimer
  10. ANGELITA : Tu avais un minou qui ne s'éloignait pas et qui revenait dès qu'on l'appelait, ce n'était pas le cas de Minouche...

    VIRGINIE : C'était bien que Minouche retrouve sa vraie maîtresse. Moi non plus je n'ai jamais choisi mes chats, on m'a ramené Linotte un beau jour et Bamba est une chatte de rue... mais c'est pas plus mal finalement..

    PATRIARCH : On est toujours triste quand nos compagnons à 4 pattes nous quittent, ils nous apportent tellement de bonheur...

    JACK : C'est marrant je ne pensais pas que tu aimais les chats... je ne sais pas pourquoi, une idée comme ça... peut-être ton côté pirate !!!

    MURIEL : Enfin de la pluie, ça doit vous faire plaisir, ça va faire remonter le Kinneret, il en a bien besoin !!

    BRICO GIRL : Oui une belle histoire qui se termine bien ça met du baume au coeur dans toute cette grisaille...

    MAE : Elle a du vouloir rejoindre sa maîtresse et bien sûr elle s'est perdue, ensuite elle s'est retrouvée chez nous, pas par hasard j'en suis certaine, avec son flair elle a trouvé la bonne maison...;

    HEURE BLEUE : Sont beaux les siamois... mais bon, Balagan c'est encore mieux !!!

    JOELLE : Ah ah je ne connaissais pas cette expression....

    RépondreSupprimer
  11. une belle histoire qui se termine bien, ça fait plaisir !

    RépondreSupprimer
  12. Ah, encore un si belle histoire si bien racontée ! J'en ai encore le frisson +++

    C'est génial que Minouche ait retrouvé sa maîtresse +++

    Gros bisous ma Havera.

    RépondreSupprimer
  13. LILIPLUME : Oui c'est le "happy end", mais pas de souci pour Minouche puisque de toutes façons elle était adoptée...

    JO : Oui, je pense que c'était ce qui pouvait lui arriver de mieux.

    RépondreSupprimer
  14. Quelle histoire attendrissante et comme je peux comprendre la douleur de perdre un chat, ou un animal qui est finalement un membre de la famille, un ami, un confident...
    Pour moi ça devient terrible, je pars un we et je n'ai qu'une hâte : retrouver les chats

    RépondreSupprimer
  15. Une bien jolie histoire !
    Bonne soirée
    Anne et Cat

    RépondreSupprimer

Caquetages