vendredi 17 décembre 2010

Je n'ai rien oublié

Tel-Aviv dans la tourmente, Tel-Aviv sous la colère des cieux, c'est tellement inhabituel que ça mérite d'être souligné. J'ai reçu ces photos de mon amie Muriel qui sait à quel point je suis attachée à cette ville et à Eretz Israël.

Ces photos ont été réalisées par Gabriella Halperin que je ne connais pas mais que je félicite parce que ses prises de vue sont magnifiques.  Gabriella,  tes photos sont sublimes et réveillent en moi bien des souvenirs......

 
Cette vue est prise de Jaffa, cet endroit je le connais par coeur, je m'y suis promenée tant de fois que je pourrais y aller les yeux fermés. D'ici la vue est sublime et j'aime cette mer furieuse et démontée. J'aime les immeubles au loin dans la brume....

Peut-être que cette photo a été prise en bas, sur le port de Jaffa,  là ou la mer vient mourir sur le mur, là ou les pêcheurs aiment se poser. Combien de fois, accoudée au muret j'ai scruté l'horizon et j'ai laissé les embruns me fouetter le visage....

Je m'y promenais avec le chien. Moïse adorait cet endroit où il pouvait courir en toute tranquilité. J'y apercevais les joggeurs, les marcheurs, les gens à vélo et des promeneurs comme moi.... j'aimais y aller le matin et je ne me lassais jamais de regarder la mer....Moïse se hasardait parfois sur les rochers et comme moi il humait l'air du large....on était bien...

Je n'ai pas oublié le bruit  des vagues qui s'échouent sur les rochers, je l'entends encore c'est un bruit bien particulier, cette fois ci il doit être plus fort, j'aurais aimé y être, J'aime le grondement de la vague, il vient de loin, il roule et s'enroule, il râle et se défoule et quand enfin il se fracasse contre la roche c'est comme une délivrance.....

Je n'ai rien oublié du cri des oiseaux qui volent et virevoltent le long de la promenade. J'aime quand ils prennent leur envol par de grands battements d'ailes, une fois l'élan pris ils se laissent planer au dessus de l'eau et c'est beau..... j'ai souvent rêvé que je volais..... j'entends le bruissement de leurs ailes et leur piaillement..... il me suffit juste de fermer les yeux et de me projeter.... je suis là sur la tayelet,  je suis là tout à côté de Gabriella,  je sens les gouttes d'eau qui se posent sur moi, j'entends le ressac et au loin la circulation de Rehov Hayarkon et de la promenade herbert Samuel.....  j'entends l'appel à la prière du muezzin de Yaffo......

Il ne m'est pas inconnu, il est là sur les hauteurs de Yaffo, insouciant, indifférent,  j'ai du le croiser, lui ou l'un de ses cousins, peut-être même que je l'ai quelque part, sur l'une de mes photos, j'ai tellement photographié tous ces lieux. Je n'ai pas oublié les chats de Yaffo, ni les chats de la Tayelet qui vivent parmi les rochers, encore moins les chats du quartier de Neve Tsedek, là ou Bamba est née..... les chats de Tel-Aviv sont attachants, ils aiment les gens...

Non je n'ai rien oublié, ni le bruit ni les odeurs, ni la vie qui continue là bas sans moi. Ces photos me font du bien et me bouleversent....

Ce soir j'ai le coeur comme cette vague qui déferle et ne semble jamais vouloir s'arrêter..... je me demande simplement à quel moment elle viendra se briser sur le rocher......

Merci à Gabriella d'avoir autorisé la parution de ses photos, si vous souhaitez découvrir les autres, c'est ici .....  

mardi 7 décembre 2010

J'ai une idée !!!

Mi octobre, j’ai eu une idée de génie, de merde, qui en clair disait « il faut démocratiser un peu nos produits afin d’en faire profiter tout le monde ». J’ai donc décidé de faire quelques marchés de Noël afin d’aller à la rencontre des gens qui ne poussent jamais la porte d’un Institut de Beauté. 

« Démocratiser le produit » ça fait chouette non ? ça fait style,  c’est sûrement des restes de ma jeunesse socialo qui me fait penser à des trucs pareils,  des fois je me dis « roooo t’es trop forte toi, t’as de ces idées » !!!!  bein tu vois je me dis que des idées comme ça je ferais mieux  de m’abstenir parce que vouloir démocratiser c’est bien mais y a des limites et la réalité est toute autre.  Parfois au lieu de démocratiser, on dévalorise et là, forcément, ça marche moins bien !!!

Pour moi, marché de Noël rime avec  petits chalets tout mignons dans un décor féérique…. De la neige, des étoiles qui scintillent, la bonne odeur de la cannelle et du vin chaud….. Enfin j’voyais ça comme ça puis ça existe…. Seulement…..faut juste sélectionner les  bons endroits…. Sauf que….. Dans la famille blonde je demande Ysa…..

Et là t’es en train de te dire « qu’est ce qu’elle a encore trafiqué » et t’as pas tord je te le confirme.

Tout a commencé par une nuit sombre, le long d'une route solitaire de campagne, alors qu'il cherchait un raccourci que jamais il ne trouva. Cela a commencé par une auberge abandonnée et par un homme devenu trop las pour continuer sa route. Cela a commencé par l'atterrissage d'un vaisseau venu d'une autre galaxie.

Nan, j’rigole….  quoique le premier marché qu’on ait fait pourrait bien s’y apparenter. Alors voilà je t’explique parce que je vois que tu trépignes d’impatience…..

Mi octobre donc, après ma subite illumination, j’ai traqué les marchés de Noël sur le net en sélectionnant les marchés de la région Nord-Pas de Calais. J’ai trouvé un tas de petits marchés dans des villages inconnus et d’autres dans des villes plus connues sauf que… les marchés des villes connues étaient tous complets. Première déception… mais tu m’connais, c’est pas ça qui allait m’arrêter, vu que j’avais décidé de faire les marchés et que c'était une idée fixe, je me suis  rabattue sur des villes plus petites, -c’est bien connu, à défaut de grive, on mange du merle- !!! et j’ai sélectionné quelques villages qui organisaient des marchés les samedis et dimanche et y avait de la place !!!! (en même temps j’comprends mieux pourquoi maintenant !!!!)

Le premier marché c’était l’inconnu et heureusement sinon j’y serais pas allée. Nous avions convenu avec la commune de ne le faire que le dimanche parce que nous n’étions pas dispo le samedi. Nous avions donc prévenu de notre arrivée au petit matin afin de pouvoir installer notre stand. Pas de problème nous a dit la meuf, je serais là pour vous ouvrir et vous accueillir…. Je ne sais pas pourquoi mais je l’ai crue qu’à moitié !!!!

Dimanche dès l’aube, à l’heure ou blanchit la campagne, nous avons pris la route. Il faisait un froid de canard. On a chargé la bagnole, trois voyages pour tout descendre (y a pas d’ascenseur et on est au deuxième) et nous voilà partis. Pas un chat sur l’autoroute, nous étions seuls au monde.

120 kilomètres plus tard, nous arrivions dans un village du pays minier et j’avais l’étrange impression de me retrouver dans une scène de Germinal, ce qui n’était pas pour me déplaire parce que ce livre fait partie de mes préférés, et là,  nous avons trouvé porte close. Je me suis dit que ça commençait mal.

Quand j'ai vu la gueule du gymnase où se déroulait l'expo j'étais en panique, il flottait comme un étrange brouillard qui donnait une ambiance glauque à l'endroit et j'aurais voulu ne jamais être là.

On a poireauté comme deux cons, 10 minutes plus tard arrivait un premier commerçant, suivi d’un autre et d’encore d’autres….. des gars bien du coin, avec un accent bien de chn’ord…… le décor était planté. Ils nous ont fait comprendre que c’était la désorganisation totale et qu’il fallait s’armer de patience. En même temps on avait compris.

Le marché ouvrait à 10 h 30 et les portes se sont ouvertes à 10 h 00, 30 minutes montre en main pour installer notre stand, autant te dire qu’il fallait speeder. J’avais prévu un décor de Noël style polaire avec de la fausse neige, un sapin en bois qui clignote, des ours, des lutins, bref un truc sympa qui change des pères noël et des boules de couleur ringards.

Enfin pour installer un stand encore faut-il en avoir un de prévu. Le mien avait été réservé payé et tout…. Sauf que….. bein le gars qui était chargé d’ouvrir les portes ne le trouvait pas  ni sur le plan, ni dans la salle !!!! mon nom et mon paiement étaient bien enregistrés mais la gourde chargée de l’organisation avait du nous zapper. Evidemment elle n’était pas présente et pas joignable sur son portable…..

Le gars bien gentil a pris les devants « on va pas perdre cht’emps, y reste eune dmi heure, mi j’vas aller chercher eune tab pis vous allez vous inchtaller là » !!!!

Et en deux temps trois mouvements, on s’est retrouvés installés entre la buvette et…… Nanard le marchand de bonbons et de Barbe à Papa !!!!

Ah ça casse, ça casse tout de suite le moral et t’as qu’une envie c’est de rentrer chez toi, sauf que tu viens de te taper 120 bornes, que t’es levé depuis 6 heures du mat, que t’as payé ton emplacement et que tu respires un grand coup en te disant ça va le faire. Puis Nanard il est gentil, non c’est vrai il est gentil, gros nounours, tu comprends rien quand il parle mais il est adorable, on pouvait quand même pas laisser tomber Nanard !!!!

En 45 minutes le stand était monté, y avait pu qu’à attendre le client et quand on attend on a froid, parce qu’il faut que je t’explique qu’on était dans un vieux gymnase pas chauffé, en fait le chauffage ne tenait plus qu’à un fil et il a rendu l’âme….. on était près de la porte d’entrée qui devait rester ouverte en permanence pour accueillir le badaud….. j’ai attaqué au vin chaud histoire de me réchauffer, il était même pas bon puis je me suis dit que j’allais pas pouvoir consommer du vin chaud toute la journée sinon j’allais très vite rouler sous la table.

A 11 heures 30 on a fait notre première vente ce qui nous a un peu boostés et à 12 heures les squatteurs de buvette sont arrivés. Pastis, whisky, vin chaud, bière, y en avait pour tous les goûts. A 13 heures je me suis dit que j’aurais mieux fait de tenir une buvette au moins j’aurais fait fortune, c’était le seul endroit de la salle où il y avait un attroupement continu. Quelle journée de merde !!!!

Le Maire à joué les prolongations au comptoir jusqu’à 4 heures de l’après-midi , à chaque fois que je le regardais il avait un verre de jaune à la main, il allait pouvoir ouvrir un bar lui aussi,  il est d’ailleurs venu saluer le Jules comme s’ils se connaissaient depuis toujours, l’était pas bien frais le garçon !!!  Le médecin du village est reparti en titubant, sa femme était obligée de le retenir, j’ai espéré qu’il ne soit pas de garde ce jour là. La commerçante en face a plié bagage à 15 heures et nous avons tenu jusqu’à 17 heures. Nous étions gelés et inertes et avons fait un chiffre d’affaires mirobolant.....  ni l’endroit, ni le public n’étaient adaptés pour ce genre de vente. Je peux te dire que dans ce lieu j’ai dévalorisé mon produit et j’ai eu honte mais j’ai eu honte…. tiens là tout de suite ça me stresse encore rien que d'y penser !!!!

Je suis rentrée fatiguée, stressée et en colère contre moi-même d’avoir fait une telle connerie et de ne pas avoir préalablement mieux étudié les endroits où nous aurions pu exposer. Je m’en suis voulue de mes idées farfelues de démocratisation.

Heureusement les WE se suivent et ne se ressemblent pas. Samedi et Dimanche, nous avons exposé dans une jolie salle, bien chauffée avec de beaux exposants ( y avait même un marchand d’art  t’as qu’à voir !!!!)

Un marché de Noël combiné à un Téléthon, un feu d’artifice, une organisatrice au top qui nous a accueillis avec café et  pain au chocolat le matin,  apéro de bienvenue le midi, et surtout des clients intéressés, qui posaient des questions et achetaient….. un  pur bonheur, un marché sur lequel je me suis éclatée…..

Bein tu sais quoi, j’ai découvert que j’aimais vachement bien jouer à la marchande….. faudrait que je demande au père Noël s’il veut pas m’offrir une boutique…. Mais attention hein, une belle boutique, en centre ville….. une boutique aux airs un peu chic..... parce que mon produit le vaut bien !!!!! tiens, en vla une idée qu’elle est bonne……