vendredi 17 septembre 2010

Kippour



La bas, le soleil touche déjà la mer, je regarde la température et ils annoncent 28 degrés. Depuis 15 heures cet après-midi, la circulation s’est ralentie, les boutiques ont fermé à 13 heures pour certaines, d’autres feront un peu de résistance jusqu’à 15 heures, seules les boutiques musulmanes resteront ouvertes.

A 17 heures plus aucune voiture ne roulera, on verra alors le pays s’arrêter lentement et par les fenêtres ouvertes, on entendra les gens prendre leur dernier repas, un repas en famille regroupées pour l’occasion.

Il est 18 h 15 en France, à l’heure où je rédige ce billet, Israël est déjà entré dans le jeûne de Kippour depuis maintenant une bonne demi-heure. Les religieux partent à la synagogue le taleth sur le dos,  les enfants vêtus de blanc envahissent les rues désertes, ces rues qui appartiennent aux piétons le seul jour de l'année.  Les télévisions n’émettent plus, les radios non plus,  aucun véhicule n’est autorisé à circuler, sauf les véhicules de secours et de police, l’aéroport est fermé….. On entend le calme, Eretz Israël est coupée du monde pendant 25 heures, les services de sécurité sont en état d’alerte maximale et moi je me dis « pourvu qu’il ne se passe rien pendant ces 25 heures", parce qu'il faut bien le dire, quand on est en dehors du pays, on a toujours peur pour lui.  

Mon repas pour demain soir est en train de cuire, mon repas pour tout à l’heure aussi, Kippour chez nous commence à 19 h 41, nous allons donc dîner et ensuite nous partirons pour 25 heures de jeûne, nous ne serons autorisés à boire et dîner qu’ à 20 h 45 demain soir….. 25 heures qui paraîtront bien longues et bien difficiles, loin de chez nous.

Pas de synagogue cette année, pas de poule farcie non plus, je n’ai pas de boucher pour me désosser la bestiole et je commande ma viande casher par Internet. Ca sera donc une poule mais pas farcie….. Nous serons tous les trois, et le temps va sembler long. La vie va continuer au dehors mais elle s’arrêtera aussi chez nous. Ca me fait bizarre, j'ai l'impression que ce n'est pas kippour..... si nous avions habité Paris il en aurait été autrement...... nous aurions pu nous rendre à la synagogue et partager un repas en famille comme nous le faisions autrefois..... c'est comme ça, c'est la vie..... quoi qu'il en soit, j’ai 25 heures devant moi, 25 heures pour faire le point, pour prier, 25 heures pour me rappeler mes souvenirs de la terre promise, 25 heures aussi pour expier mes fautes, 25 heures pour pardonner aux autres……

Vous savez quoi..... Je crois bien que je ne vais pas pouvoir pardonner à Raoul !!!

12 commentaires:

  1. Je comprends que hors de l'ambiance 25 h doivent sembler une éternité

    RépondreSupprimer
  2. le grand pardon..sauf pour raoul... non mais..

    RépondreSupprimer
  3. 25 heures sans manger : ça va bosster Dukan ça ! Allez pardonne-moi ! Bisous
    Joelle

    RépondreSupprimer
  4. c'est normal ma belle... on peut accepter des choses mais pardonner c'est énorme... je crois pas que sincèrement beaucoup de gens sont capables de le faire, on peut le dire le faire c'est autre chose...
    j'adore tes coups de gueule moi je vote pour

    avec retard je te souhaite un bon Kippour

    gros bisous de flolipo

    RépondreSupprimer
  5. BRICO GIRL : Ca y est c'est fini, finalement ça a été, sauf les dernières heures les plus difficiles, on ne pouvait pas dîner avant 20 h 45, mais tu vois on se sent bien après....

    CHARLES : Ah ah, pas de pardon pour le Raoul, en plus cet enfoiré a encaissé mes deux autres chèques en même temps, histoire de bien plomber mon compte bancaire et finalement de continuer dans son éthique de malhonnêteté.

    JOELLE : Et bien tu crois pas si bien dire, je te confirme, ça a bien boosté, plus d'un kilo pour le jour du jeûne... elle est pas belle la vie ?

    FLO : Merci, kippour s'est bien passé, on se sent bien après, j'avoue que je n'ai pas beaucoup prié.... j'ai peur de ne plus savoir bien le faire....

    RépondreSupprimer
  6. ici aussi, ça le faisait pas, tu parles avec 150 familles juives...

    RépondreSupprimer
  7. j'ai une amie qui désosse ses poules elle - même (elle en fait deux et en congèle une pour l'année d'après, donc c'est un an sur deux parce que c'est beaucoup de travail

    RépondreSupprimer
  8. Moi aussi je te souhaite un bon Kippour !
    Pourquoi faudrait-il toujours pardonner à tous ... je suis rancunière un peu moins avec l'age, mais j'estime qu'il y a des choses "impardonnables" mais peut être est ce parce que je ne "crois" pas enfin plus exactement je ne crois plus et chaque jour qui passe me conforte dans cet état ... Tout ce que l'on peut faire d'horrible au nom de Dieu quel-qu'il soit ....
    Bisous

    RépondreSupprimer
  9. Eh ben c'est un moment que nous devrions tous avoir...(le retour sur soi, ses actions, le bien, le mal...) je partagerais bien ta religion l'espace d'une année... pourquoi tu es si loin...???

    RépondreSupprimer
  10. et j'espère que tu ne pardonneras jamais à raoul, ce s...p comme je ne aprdonnerai jamais à ce fils adoptif qui a trahi mon homme en le poignardant dans le dos...
    le aprdon bien sûr que c'est beau...bien sûr et je l'ai pratiqué plus d'une fois....et on me l'a sans doute accordé...mais c'est quand même un mot qui a dû être invneté par ceux qui n'ont jamais souffert, c'est pas possible

    oh...je ne devari pas dire ça je suis catholique...

    que de nostalgie ici...Kippour !
    moi c'est le bouillon d'awara à Pâques en guyane qui me rend si nostalgique...
    ah belle Ysa...tu es géniale, tu écris tout comme si c'était dérisoire alors que c'est profond...très profond
    surveille chez Rébecca Cosmétiques cette semaine...
    au fait j'ai pensé à ta fille...Tokio Hôtel se sépare...quel drame !pour nos petites fans
    bisous forts

    RépondreSupprimer
  11. On a tellement de choses à penser pendant Kippour, moi j'ai l'impression que les 25h ne m'ont pas suffit ... !!!

    Le premier kippour que j'ai fêté en france, seule, c'était horrible, une coupure dans nos habitudes, l'impression de ne pas avoir assez profité des moments où on était en eretz...

    On réalise les choses une fois qu'on les a perdu, c'est bien connu, moi ce qui me rassure c'est de me dire, à chaque kippour, et comme à chaque fête, shana abaa be yeroushalaim... Ca ne sera pas shaba abaa mais dans quelques années !!

    Tant qu'Israel est dans nos coeurs, c'est comme si on n'était pas vraiment partis...

    Bisous, Mar

    RépondreSupprimer
  12. oui c'est vrai le travail des lavandières c'était énorme ! non seulement l'effort physique du lavage mais aussi le transport des lessiveuses pleines sur des brouettes... l'étendre etc. c'était énorme et vive le lave-linge !
    gros bisous

    RépondreSupprimer

Caquetages