mardi 8 juin 2010

Nostalgie



Il ferait encore chaud mais déjà une petite brise viendrait nous délivrer de la chape de plomb qui a sévi toute la journée. Le soleil entamerait sa descente dans la mer, laissant derrière lui des trainées ocres et orangeés pour tout à coup disparaître dans les eaux calmes de la méditerranée.  

Le muezzin aurait déjà appelé pour la prière, on aurait dîné sur la terrasse, quelque chose de simple, quelque chose de frais comme une salade composée, un peu de fromage et des fruits achetés sur le souk Hacarmel, une mangue, une papaye, une grenade qui sait.....

Je débarasserai la table comme je le fais tous les soirs, en regardant la mer et en me disant que j'ai de la chance de vivre ici....je regarderai l'horizon en pensant que là bas très loin il y a la France, ce pays où je suis née, où j'ai grandi....

Je surveillerai encore une fois l'arrosage automatique pour voir s'il se déclenche bien, j'ai peur pour mon olivier, j'y tiens beaucoup à cet arbre, je l'ai vu grandir, s'épanouir et je m'en suis bien occupée, dans quelques années il sera immense, l'olivier est vraiment mon arbre préféré....

Je dirai à Jules que j'ai envie d'une glace alors on prendrait tous les trois la direction du glacier, le nouveau qui s'est installé à Jaffa, pas très loin d'Aboulafia, il a de bonnes glaces, des parfums exotiques, on peut même goûter avant d'acheter.

En descendant j'humerai pour la énième fois l'odeur des bougainvilliers, il y en a de plus en plus dans ma petite rue et à cette époque ils sont vraiment touffus. Les couleurs pourpres flirtent avec les roses, les blancs viennent s'immiscer sans qu'on ne leur aie rien demandé.... j'aime les bougainvilliers....

Dror et Sharon, nos voisins du dessous nous salueraient de leur balcon....leurs jumeaux commenceraient à bien parler, ils auront deux ans dans quelques jours..... je me souviens des "un an" de l'année dernière, la famille était là, il y avait des ballons accrochés à la porte d'entrée....

Dans la rue Yeffet mon poissonnier baisserait ses volets, ma makolète ne ferme pas avant 23 heures, Aboulafia est ouvert 24 heures sur 24.... on achèterait notre glace et comme d'habitude on rentrerait par la vieille ville, on arpenterait ses ruelles étroites et silencieuses, on glisserait sur les pavés, on croiserait des chats quémandant à manger....

La nuit serait complètement tombée. Dans le ciel les hélicoptères zèbreraient le ciel, surveillant la côte comme à l'accoutumée,  ils se feraient un peu plus pressants, surtout en ce moment. Une fois rentrés, pas question d'aller se coucher, on s'est toujours couchés très tard en Israël.... Tel-Aviv n'est-elle pas la ville qui ne dort jamais ?

On profiterait encore et encore, assis sur la terrasse à regarder les lumières de la vieille ville, assis sur la terrasse à scruter l'horizon...assis sur la terrasse en pensant qu'on a de la chance de vivre ici.....

Je n'ai pas envie d'ouvrir les yeux, pas maintenant, c'est encore trop tôt, j'avais encore tellement de choses à faire......

19 commentaires:

  1. Israël va s'éloigner doucement de toi, tu garderas une certaine nostalgie, il te suffit de retrouver tes marques en France. Je t'embrasse...

    RépondreSupprimer
  2. Que tu écris bien Ysa !
    On est tous nostalgique de quelque part ou de quelqu'un...
    Tu dois garder au fond de toi tout ce qui fait ta vie là bas et qui va la refaire un jour...
    Et lorsque vous repartirez, tu te souviendras avec la même nostalgie de cette partie de toi qui sera restée un peu en France...
    Dans quelques semaines, quelques mois tu vas reconstruire d'autres souvenirs sans t'en apercevoir...
    Les moments avec tes enfants, ta famille , des amis anciens et nouveaux...
    C'est bien de garder en soi ce petit jardin secret et d'ouvrir la porte de temps en temps, ça fait du bien !
    Ce mois ci les soirées se font plus longues aussi...
    Je t'embrasse très fort et je te comprends...
    Belle soirée à vous...

    RépondreSupprimer
  3. garde cette faculté de pouvoir t'évader...

    RépondreSupprimer
  4. Voilà tout ce que je verrai peut être, mais sans te voir et ça n'aura pas le même goût.
    Je comprends ta mélancolie, mais tu sais que tu y retourneras ! Peut être en vacances, peut être pour plus...
    Dis, mon médecin m'a parlé du jus de grenade pressé devant toi... il parait que ça a un effet boostant ! Il va souvent en Israël (c'est aussi sa terre !) je me demande parfois si ce n'est pas un peu la mienne, tellement elle m'attire !!
    Bisous Ysa, et n'oublies pas, que même si ici ce n'est pas forcément où tu voulais être, tu y as des amis et amies !

    RépondreSupprimer
  5. Tu as la nostalgie contagieuse, je m'y voyais sur ta terrasse et dans ta rue!

    RépondreSupprimer
  6. tu m'as touché là! je me souviens de cette bouffée de manque qui vous envahit tout d'un coup!j'ai du attendre 35 ans en stand back, c'est dur mais pas sans espoir. Courage, comme je te comprends!

    RépondreSupprimer
  7. Ah ma belle, ça m'a fait la même chose il y a bien des années mais tout s'estompe et les bons souvenirs seuls restent !
    Gros bisous et douce journée.

    RépondreSupprimer
  8. très beau texte. La nostalgie je connais...courage Ysa !

    RépondreSupprimer
  9. je ne suis pas tout à fait d'accord avec d'autres lectrices la nostalgie ne s'éloigne pas facilement et même peut s'accentuer à faire très mal


    tu sais bien que pour moi c'est la guyane, donc en lisant ton post, je te comprend si bien et mon coeur se serre ,je revis ce que tu écris...et comme dis Virginie, que tu écris bien Ysa, un vrai talent ..

    je t'adore je pense très souvent à toi et crois moi C'EST VRAI mais tu le sais

    tu auras souvent de ces returs en arrière tu manqueras de tes amis mais le temps apaise... mais on a aussi tellement tendance à idôlatrer notre nostalgie !

    RépondreSupprimer
  10. Très "belle" nostalgie. Nous nous emmène tellement facilement avec toi dans tes pensées !
    Je comprends ton regard en arrière et je me surprends à regretter TES bons moments israëliens... Mais, quoiqu'il en soit, pour l'heure tu as de nombreux bons moments également à vivre ici ; l'été arrive et les ballades nocturnes, sorties entre ami(e)s et autres coucher de soleil ne feront que RE-commencer et te permettront peut-être de mieux accepter ta présence en France...
    Allez, souris ma belle blonde, ça te va si bien !!!
    DAN.

    RépondreSupprimer
  11. Ton beau texte réveille tous les deuils que l'on n'a pas encore faits .... et qu'on ne fera peut-être jamais.

    RépondreSupprimer
  12. Il faut laisser le temps au temps ...et bientot tu sentiras a nouveau cette petite brise !

    RépondreSupprimer
  13. J'ai réussi à faire le parcours jusqu'à ton glacier ;-)))
    bises
    jojo

    RépondreSupprimer
  14. D'abord, bravo pour la qualité du texte, on a le cœur serré, on t'imagine dans ce quotidien ou tout parait idyllique et facile. Et puis voilà, tu es en France; revenue en marche arrière et avec Môsieur Raoul l'as de la magouille, alors cela n'aide pas.
    Je me dis toujours que dans les expatriations on passe son temps à pleurer: on pleure quand on part, on pleure quand on arrive. Et puis voilà qu'on repleure en partant à nouveau. Ce qui était l'inconnu devient petit à petit une valeur sure, les nouveaux voisins deviennent des amis, la maison pas vraiment choisie devient un home sweet home et on prend des habitudes, on prend racine quoi. Jusqu'au moment où il faut encore partir, pleurer et recommencer.
    Je ne sais pas ce qui est le plus dur, dire au revoir, adieu, ou recommencer à zéro...
    Ce qui est sûr c'est que rien n'est définitif, que les débuts difficiles ne durent pas, que ce sont des étapes et que petit à petit, les choses prennent leur place. Il ne faut pas se laisser gagner par la mélancolie, mais caresser ces bons souvenirs, et puis s'en créer de nouveaux.
    Il y a de bons glaciers à Paris, et je suis sure que dans 3 mois, tu seras lancée et pleine d'entrain!
    Crois moi, vas de l'avant et continue de nous raconter ces couchers de soleil, ces parfums délicieux!

    RépondreSupprimer
  15. HEURE BLEUE : Je ne sais pas... je ne peux pas te dire, certainement que dans quelques temps ça sera moins difficile mais il y a toujours quelque chose, chaque jour qui me rappelle là bas...

    VIRGINIE : Oui je garde au fond de moi plein de choses et je sais que j'y retournerai, le problème est de savoir quand.....

    VIRGINIE B : Oui c'est bien de pouvoir s'évader, rien qu'en fermant les yeux...

    RAINETTE : J'espère bien que tu viendras en Israël quand j'y habiterai de nouveau, tu vas quand même pas y aller sans moi !!

    BRICO GIRL : Et on était bien sur ma terrasse non ?

    MAE : Oui tu as trouvé le mot juste, une bouffée de manque qui envahit tout à coup !!

    JO : Oui je sais que le temps estompe les choses, je veux qu'il n'estompe que les mauvais souvenirs et je veux garder les bons pour pouvoir les revivre un jour....

    LILIPLUME : J'ai encore un peu de courage, parfois il part puis il revient.... le fait de savoir qu'un jour j'y retournerai me donne des ailes...

    NANOU : Je sais à quel point tu es attachée à la Guyane, à tout ce que tu as vécu là bas, à tes amis.... je sais que tu peux ressentir ce que je ressens.... tu as raison, le temps apaise, le temps fait tellement de choses....

    CARELI : Tu as raison "Yaffa cheli", je me souviens encore de notre promenade dans la vieille ville, d'ailleurs hier j'ai regardé les photos.... j'ai des choses à construire ici et je les continuerais là bas un jour....on va dire que mon retour en France est un petit intermède.... pour mieux repartir...

    JOELLE : J'aime bien ce que tu dis, c'est tellement vrai....

    MANUE : Point de brise pour l'instant, mais du vent et de la pluie.... ça oui !!!

    NUAGE DE LAIT : et elles sont bonnes les glaces hein ?

    PASCALE : Pour moi c'était un petit paradis même si à la fin c'était difficile et qu'on a été obligés de rentrer pour pouvoir continuer à bosser convenablement. C'est toujours difficile de dire au-revoir, c'est encore plus compliqué de repartir à zéro. Dire adieu je n'y pense pas, je sais que je retournerai là bas...

    RépondreSupprimer
  16. comme je te comprends...
    ferme les yeux dès que tu en ressens le besoin.. n'hésites pas.
    ce monde est toujours en toi.. profite-en
    et bientôt avec Jules, vous y retournerez.
    pour l'instant ce sont des vacances.

    RépondreSupprimer
  17. tu y retourneras... et quand tu y seras à nouveau, tu n'en seras que plus heureuse d'avoir patienté !!

    RépondreSupprimer
  18. Nostalgie quand tu nous tiens ! L'age avançant il m'arrive de me retourner sur mes 30 ans ( oui j'ai préféré mes 30 au 20 !) mais j'essaye vite de revenir au présent sinon ........
    Aller de l'avant, voilà ce qu'il faut faire il parait alors ... Droit devant toute !

    RépondreSupprimer
  19. eh oui ma jolie Ysa... tu as une bonne réaction mais tu dois la positiver à mort... (quelle expression finalement), tu sais que tu retourneras vers ton pays un jour c'est très bien c'est un objectif par contre enlève de ta tête le LE PROBLÈME C'EST QUAND ! car cette phrase va te bloquer... non fais ta vie en France pour l'instant, reprenez vos marques, vos repères, un rythme... et quand le moment sera venu tu le sauras mais surtout ne pas penser à ce moment tout le temps car tu ne pourras pas avancer... tu me comprends...
    je te fais de gros bisous et je te souhaite je vous souhaite un très bon dimanche

    RépondreSupprimer

Caquetages